Retour sur les deuxièmes Journées AFC de la Postproduction

Par Laurent Andrieux pour l’AFC

La Lettre AFC n°305

[English] [français]

Ambiance sympathique et chaleureuse mais d’un haut niveau technique pour ces deuxièmes Journées de la Postproduction organisées par l’AFC au Forum des images, dans le cadre du Paris Images Trade Show (PITS), après le Micro Salon. Introduites par Caroline Champetier, AFC, et Gilles Porte, président de l’AFC, les Journées ont été préparées par Thierry Beaumel, membre consultant de l’AFC, et modérées par François Reumont.

Je n’ai pas pu assister à toutes les conférences mais j’ai retenu quelques présentations particulièrement intéressantes, soit par la qualité des interventions, soit par l’intérêt de leur contenu.

La présentation de M141 "Sony Venice : Recherches sur la texture"
Photo Thomas Danieau

- Le Labo Paris a présenté une gamme de petits outils "maison" permettant d’agir sur l’espace colorimétrique d’un worflow ACES en amont de la postproduction, sans recourir au keyer ni aux masques, mais d’une grande efficacité pour corriger la palette de couleur sur Baselight sans affecter les carnations. Une approche très innovante en jouant, entre autres, sur l’amplitude des saturations, par exemple.

- HD Systems a présenté un projet de bibliothèque de Looks pour la Sony Venice, comme Arri le propose déjà pour l’Arri Alexa.

- Mikros nous a montré l’exploitation faite du système TechnoDolly présenté l’an dernier mais illustrée cette année, d’une part, par une pub très impressionnante, visible en ligne, ainsi qu’un making of, qui avaient été montrés au Micro Salon, et, d’autre part, par les images truquées sur Chambre 212, de Christophe Honoré, dont le directeur de la photographie Rémy Chevrin, AFC, nous a expliqué la genèse et la production. Ce système de motion control sur grue a permis de réaliser ces trucages presque intégralement à la prise de vues.

- Hiventy s’est attaché à nous montrer le travail de postproduction numérique réalisé pour La Vérité, de Hirokazu Kore-eda, photographié par Eric Gautier, AFC, et pour Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma et photographié par Claire Mathon, AFC. Cette présentation venait utilement compléter celle faite au Micro Salon par Claire Mathon. Eric Martin et Jérôme Bigueur, l’étalonneur du film, nous ont montré le travail d’émulation de l’argentique réalisé sur les images tournées en RED Monstro et optiques Leitz après des essais comparatifs en 35 mm. Nous avons eu droit à une très bonne démonstration du travail réalisé, tant sur le rendu des peaux que dans les flammes des feux et des bougies, par exemple, et pour une fois, à une projection des images RAW du film.

  • Voir le PDF de la présentation d’Hiventy dans les notes ci-dessous.
  • Voir ou revoir l’interview donnée à la CST à Cannes par Claire Mathon à propos de son travail sur Portait de la jeune fille en feu.

- Pour Les Tontons Truqueurs, Christian Guillon et Pierre-Marie Boyé nous ont montré leurs systèmes de Previz On Set et de VFX On Set, qui ont aussi su retenir l’attention du public. Ils permettent de réaliser la prévisualisation d’effets spéciaux en direct sur le plateau et, dans certains cas, de les tourner sans avoir à réaliser ensuite le compositing en postproduction.

Les Tontons Truqueurs {PNG}

Le système se révèle particulièrement efficace pour les incrustations sur fond bleu ou vert et même pour du tracking caméra, pour du prolongement de décor, par exemple, et est utilisable en prise de vues à l’épaule, en travelling ou au Steadicam.

  • Voir ou revoir les vidéos présentées sur le compte Vimeo des Tontons Truqueurs ou dans les notes ci-dessous.

- Sony a présenté les dernières innovations développées pour la Venice, qui intègrent désormais un High Frame Rate et l’ACES, et un moniteur HDR de plateau qui était aussi visible sur le stand de l’association des DIT dans l’espace convivial du Forum.

- La société Poly Son, dont les services de postproduction incluent le montage et le mixage, a insisté sur le besoin, dans l’objectif de "mieux travailler ensemble", de fournir aux monteurs et mixeurs une qualité de monitoring égale à celle du plateau ou des stations d’étalonnage.

- Dolby a présenté le système HDR Dolby Vision, qui permet de produire, à partir d’un master HDR unique, des versions HDR adaptées aux différents écrans Dolby Vision selon leur dynamique de luminance propre, et SDR, et nous a montré un extrait du film de concert diffusé récemment en télévision après sa sortie en salles, Mylène Farmer 2019 – Le Film, l’étalonneur du film expliquant son process de postproduction, qu’il a dû finaliser à Londres. Le public a exprimé le souhait de voir implantée en France une salle de postproduction Dolby Vision.

  • Lire ou relire l’article de Thierry Baumel, CST, membre consultant de l’AFC, sur une présentation à Camerimage du HDR selon Dolby.

- Arri présentait le tournage en Arri Alexa 65 et optiques Arri Prime 65 du long métrage Kaamelot – Premier volet, d’Alexandre Astier, photographié par Jean-Marie Dreujou, AFC, qui, avec son assistante Amandine Hanse-Balssa, le DIT Nejib Boubaker, l’étalonneuse du film, Aline Conan, le réalisateur, le producteur éxécutif Henri Deneubourg, un technicien d’Arri et Natasza Chroscicki pour Arri France, nous ont clairement exposé les méthodes de production propres au tournage en 65 mm et les implications de ce choix de format.

Aline Conan, Natasza Chroscicki, Jean-Marie Dreujou, Alexandre Astier, Amandine Hanse-Balssa, Nejib Boubaker, Henri Deneubourg
Photo Dominique Gentil

Pour le réalisateur et son directeur de la photo, le choix du système s’est fait après de larges essais comparatifs, et le surcoût de ce choix parfaitement assumé par la production au regard de l’apport qualitatif de l’Alexa 65. Ils décrivent une douceur comparable à celle des Arri Alexa, et pour le directeur photo, un travail comparable, mais, de plus, une restitution des détails dans les basses et hautes lumières (costumes, flammes des torches, par exemple) et une définition incomparables avec les autres systèmes de prise de vues.

Natasza Chroscicki, Jean-Marie Dreujou, Alexandre Astier, Amandine Hanse-Balssa, Nejib Boubaker
Photo Dominique Gentil

Le DIT a expliqué l’ampleur de la gestion des rushes et l’assistante opératrice la faible profondeur de champ du système, quand bien même les optiques obligent à travailler à 4 de diaph minimum. Outre la qualité de la projection 2K compte tenu de la taille de l’écran, j’ai particulièrement été impressionné par la qualité de définition des plans larges, réalisés évidemment à des focales plus longues que leur équivalent dans les formats classiques.

Natasza Chroscicki, Jean-Marie Dreujou, Alexandre Astier, Amandine Hanse-Balssa, Nejib Boubaker
Photo Dominique Gentil

- Enfin, pour Kodak, Rémy Chevrin, AFC (Chambre 212, de Christophe Honoré), et Paul Guilhaume, AFC (Ava, de Léa Mysius, et les courts métrages Plaisir fantôme, de Morgan Simon, et L’Île jaune, qu’il a co-réalisé avec Léa Mysius), nous ont exposé le plaisir et les particularités du tournage en pellicule argentique.

Rémy Chevrin, François Reumont, Paul Guilhaume

Le public nombreux, dans une salle pleine quasiment en permanence – obligeant même certains à s’asseoir sur ses marches – démontre, si c’était nécessaire, l’engouement confirmé par les professionnels et les étudiants pour ces Journées AFC de la Postproduction.

Des vidéos des conférence ont été réalisées sous la supervision de Dominique Gentil, AFC, et devraient être bientôt visibles en ligne.

Rappelons que ces Journées n’auraient pu avoir lieu sans le soutien du CNC, d’Ecran Total, du Forum des images, du Film français, de Mediakwest, de Moovee, du Paris Images Trade Show, de PhotoCineRent, de RVZ, de Satellifax, de Sony et de Tapages & Nocturnes.

En vignette de cet article, la salle 300 du Forum des images entre deux présentations - Photo Thomas Danieau