Ty Roberts

Réalisation

Résultats de la recherche

Entretiens Afc (13)

Entretien avec le directeur de la photographie Pierre Milon, AFC, à propos du film "Les Neiges du Kilimandjaro" de Robert Guédiguian

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Pierre Milon, AFC, a photographié les quatre derniers films de Robert Guédiguian. Déjà sur la Croisette avec L’Armée du crime en 2009, Guédiguian nous offre avec Les Neiges du Kilimandjaro un retour à un style qui a longtemps marqué son cinéma et dont le public se souvient certainement avec Marius et Jeannette.
Inspirés d’un poème de Victor Hugo Les Pauvres gens, Les Neiges du Kilimandjaro mélange les comédiens fidèles des films de Robert Guédiguian – Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan – à ceux de la nouvelle génération : Grégoire Leprince-Ringuet, Anaïs Demoustier, Adrien Jolivet... Avec le port de Marseille et le soleil, bien sûr, en toile de fond !

Tourner dans des conditions extrêmes...
entretien entre Pierre Lhomme, Eric Guichard et Robert Alazraki sur la lumière en extérieur

Les Entretiens AFC

Tourner dans l’Himalaya implique-t-il une contrainte physique particulière ? Eric Guichard : C’est sûr que par rapport à des extérieurs classiques, la contrainte de l’Himalaya, c’est une contrainte physique. C’est-à-dire que faire un plan c’est déjà une difficulté en soi. Mais ça, ça fait aussi un peu partie du jeu. D’ailleurs toute l’équipe a passé un test d’altitude et certains membres ne sont pas partis à cause de ce test. Mon assistante Sylvie Carcedo, qui était quand même limite au niveau du test, a fait plusieurs fois du caisson de décompression. Mais (...)

L’Armée du crime
de Robert Guédiguian, photographié par Pierre Milon, AFC

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Directeur de la photo sur le film de Laurent Cantet Entre les murs, Palme d’or 2008, Pierre Milon revient à Cannes pour le film hors compétition de Robert Guédiguian L’Armée du crime. C’est sa troisième collaboration avec le réalisateur-producteur et une nouvelle expérience pour chacun d’eux, avec ce film d’époque et sa foisonnante distribution.
Le film se situe dans le Paris occupé par les Allemands, autour de résistants devenus des héros, partisans étrangers qui vont harceler les nazis pour défendre le pays qu’ils aiment et qui symbolise pour eux la liberté.

Director of photography Thierry Arbogast, AFC, discusses his work on "The Family", by Luc Besson
A Mafia boss in Normandy

Entretiens avec des directeurs de la photographie

For his first project filmed inside the Cité du cinéma, Luc Besson decided to make an adaptation of Tonino Benacquista’s novel depicting a reformed New York ‘godfather’ forced to live under a false identity in the Normandy countryside. A mix of comedy and film noir that is largely carried by the presence of a cast that would make even the largest Hollywood studios jealous (Robert De Niro, Tommy Lee Jones, and Michelle Pfeiffer). Here, along with Thierry Arbogst, AFC, who regularly works alongside Besson, we take a look at this film’s approach to visuals and filming in studio. (FR)

On ne peut pas filmer de la même manière Isabelle Adjani et un Dolpopa
(suite de l’entretien sur la lumière en extérieurs)

Les Entretiens AFC

E. G. : Je voudrais juste revenir sur une chose ; ce qui est différent par rapport au film que Pierre a éclairé et Himalaya, c’est que je n’ai pas eu les mêmes moyens que lui, mais c’est aussi vrai que j’ai pu faire sur Himalaya des choses difficiles parce que j’avais des comédiens qui se prêtaient à des lumières difficiles. Il faut aussi se dire : « Qui va-t-on filmer ? ». On ne peut pas filmer de la même manière Isabelle Adjani et un Dolpopa. Ce sont des questions qu’on se pose forcément quand on prépare un film, on peut imaginer qu’on travaille dans des (...)

Le problème de la lumière extérieure...
(suite de l’entretien)

Les Entretiens AFC

P. L. : Ce qui est formidable, c’est de tourner un film à budget relativement modeste où les comédiens sont toujours à disposition. On peut tourner dans l’ordre, c’est le rêve, mais c’est très rare. E. G. : C’est ce qui s’est passé sur Gadjo Dilo, Tony (Gatlif) ne voulait absolument pas tourner décor par décor. Il s’est arrangé pour avoir ses décors, avoir ses comédiens et l’on a tourné du premier plan au dernier, ce qui est contradictoire aussi pour nous parce que dans sa tête, tourner dans l’ordre, ça voulait aussi dire tourner les plans dans l’ordre. On (...)

Entretien avec le directeur de la photographie Guillaume Schiffman, AFC, à propos du film "The Artist" de Michel Hazanavicius

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Après avoir été assistant opérateur avec Dominique Chapuis, Robert Alazraki ou Sven Nykvist, Guillaume Schiffman entame une carrière d’opérateur sur Juste avant l’orage de Bruno Herbulot (1992). Depuis, il a signé l’image de nombreux longs métrages avec des réalisateurs aux styles très différents (Catherine Breillat, Albert Dupontel, Claude Miller ou Xavier Durringer). Sa rencontre avec Michel Hazanavicius et Jean Dujardin sur OSS 117 est un moment fort. The Artist marque aujourd’hui leur troisième collaboration.
Un étrange film muet, en noir et blanc, tourné au cœur d’Hollywood dans des décors tout droit sortis des années 1920...

La directrice de la photographie Céline Bozon, AFC, parle de son travail sur la série Netflix "Grégory"
Loin des images d’Epinal

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Pour écrire la trame narrative et superviser la mise en scène de la série documentaire "Gregory" (adaptée de l’affaire Villemin), Netflix a fait appel au réalisateur de fiction Gilles Marchand (Qui a tué Bambi ?, L’Autre monde, Dans la forêt). Une volonté éditoriale fictionnelle, que ce soit pour la mise en scène ou pour l’image. C’est Céline Bozon, AFC, qui signe la photographie, comme colonne vertébrale du projet, d’une série d’entretiens très audacieux en lumière. Egalement à retenir, le remarquable travail de montage et d’exploitation des archives (parfois inédites) comme des photos d’époque, dont la texture va encore dans le sens du long métrage de fiction plutôt que vers les canons du documentaire TV hexagonal (FR).

Articles (30)

Tout sur Robert, Berto, Lelouch... et les Leica Summicron
Par Ariane Damain Vergallo, pour CW Sonderoptic - Leica

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

A la fin du tournage du dernier film de Claude Lelouch, Chacun sa vie et son intime conviction, Ariane Damain Vergallo a rencontré, pour CW Sonderoptic-Leica, Robert Alazraki, AFC, directeur de la photographie du film, et Berto, son cadreur, pour parler d’optiques évidemment mais pas seulement…

Le directeur de la photographie Philippe Rousselot, AFC, ASC, parle de son travail sur "Et au milieu coule une rivière", de Robert Redford

Les entretiens au Festival de Cannes

Projeté en copie restaurée dans le cadre de la section Cannes Classics, Et au milieu coule une rivière, de Robert Redford, est le film qui a valu à Philippe Rousselot, AFC, ASC, l’Oscar de la Meilleure photographie en 1993. Cette chronique de l’Amérique rurale des années 1920 dépeint le trajet de deux frères interprétés par Brad Pitt et Craig Sheffer. Le chef opérateur, actuellement en préparation à Londres du deuxième opus des Animaux fantastiques, de David Yates, revient sur ce film marquant de sa prestigieuse carrière. (FR)

Cinematographer Philippe Rousselot, AFC, ASC, discusses his work on Robert Redford’s "A River Runs Through It"

Les entretiens au Festival de Cannes

Robert Redford’s A River Runs Through It is the film that earned Philippe Rousselot, AFC, ASC, the Oscar for Best Cinematography in 1993. A restored version of the film is being screened this year at Cannes. This chronic of rural life in 1920s America depicts the lives of two brothers, played by Brad Pitt and Craig Scheffer. The cinematographer, who is currently preparing for the second instalment of David Yates’ Fantastic Beasts franchise, discussed this noteworthy film from his prestigious career with us. (FR)

Smells like spleen spirit, by François Reumont on behalf of the AFC Cinematographer Michael Gioulakis talks about his work on David Robert Mitchell’s "Under the Silver Lake"

Les entretiens au Festival de Cannes

Following the international success of It Follows, a conceptual horror-thriller portraying the lives of Detroit’s youth, David Robert Mitchell embarked on a much more ambitious project. At the center of the film is Los Angeles, like a labyrinth, and a young dilettantish fan of Nirvana. Malaise, enigmas, and suicide round off this portrait of an America that sparkles on its surface but whose darkness is reminiscent of David Lynch’s cinema. Michael Gioulakis, cinematographer of It Follows, joined ranks with the American director once again for this film, which is in Competition for the Palme d’Or.

"Smells like spleen spirit", par François Reumont pour l’AFC Entretien avec le directeur de la photographie Michael Gioulakis à propos de "Under the Silver Lake", de David Robert Mitchell

Les entretiens au Festival de Cannes

Après le succès international de It Follows, thriller horrifique conceptuel mettant en scène la jeunesse de Detroit, David Robert Mitchell se lance dans un projet bien plus ambitieux. Au centre du film, la ville de Los Angeles, comme un labyrinthe, et un jeune homme dilettante fan de Nirvana. Mal être, énigmes et suicide viennent compléter ce tableau d’une Amérique pétillante en surface mais dont la noirceur vient rappeler celle de David Lynch. Michael Gioulakis, chef opérateur de It Follows, fait de nouveau équipe avec le réalisateur américain pour ce film en compétition pour la Palme d’or.

Le chat sur l’épaule de Robert Kramer

Moyens métrages et films documentaires

Du 6 au 24 novembre 2019, la Cinémathèque française présente une rétrospective des films de Robert Kramer, décédé en 1999 : « Cinéaste curieux du monde et de ses changements, Robert Kramer a enregistré mille trajets et mille rencontres. Il s’est souvent donné pour philosophie de ne pas préparer ses tournages, afin de laisser la place la plus large possible à la surprise, aux intuitions et à l’improvisation. Le désir de filmer, “de faire”, comme il disait, devait être à l’origine des films. »

Disparition de Robert Frank, photographe et cinéaste
"J’aime regarder les choses les plus banales. Les choses qui bougent."

In memoriam

Robert Frank s’est éteint le 9 septembre 2019, à l’âge de 94 ans. Flashback... 1958... Après avoir parcouru 16 000 km en neuf mois, étalés entre avril 1955 et juin 1956, à travers trente États et impressionné 767 rouleaux de pellicule, soit 27 000 images, paraît The Americans (Les Américains), ouvrage majeur qui compile une sélection de 83 photos saisies par ce regard décalé et désenchanté qui révèle une Amérique que les Américains eux-mêmes ne veulent pas voir.

Le directeur de la photographie Pierre Milon, AFC, parle de son travail sur "Une histoire de fou", de Robert Guédiguian

Les entretiens au Festival de Cannes

Depuis une vingtaine d’années, Pierre Milon, AFC, travaille sur les films de Lucas Belvaux, Laurent Cantet, Anne Villacèque et Robert Guédiguian. Il collabore avec ce dernier pour un sixième film Une histoire de fou et ne trahit pas le goût du réalisateur pour les lumières chaudes de Marseille. Guédiguian renoue avec ses origines en s’appuyant sur l’histoire réelle d’un jeune Arménien en 1921. (BB)

"Un avenir incertain pour la cinémathèque Robert Lynen"
Par Clarisse Fabre

Revue de presse

Le Monde.fr, 15 décembre 2013
Que va devenir de la Cinémathèque Robert Lynen, située au 11 rue Jacques Bingen, dans le 17è arrondissement de Paris ? Dédiée à l’éducation à l’image, et aux jeunes spectateurs, elle est dotée d’un fond exceptionnel de films, pour la plupart des documentaires en 16 millimètres et 35 millimètres, et d’une collection de plus de 3 000 autochromes (premier procédé de photographie en couleur).

Rubriques (1)