"Réouvrir Hollywood"

Où il est question des problèmes liés à la pandémie que les studios tentent de résoudre avant le redémarrage

AFC newsletter n°308

Des assurances aux tests, scènes de foule et prestations de service, il sera difficile de savoir naviguer afin de faire repartir l’industrie du spectacle dans ce nouveau monde dû au Covid-19. Avec une récente rubrique intitulée "Reopening Hollywood", le magazine américain en ligne Deadline.com propose de mettre l’accent sur l’effort particulièrement ardu qu’il faudra faire pour remettre l’industrie du cinéma sur pied tout en s’assurant de la sécurité de chacune des personnes concernées.

Mardi, le gouverneur Gavin Newsom a dévoilé un guide en six points sur la façon dont la Californie va rouvrir son activité économique, alors que les autorités envisagent la levée des ordonnances visant à freiner la propagation du coronavirus. Le spectacle est une partie importante de l’économie californienne et, avec l’arrêt de la production qui vient de franchir le cap d’un mois et les licenciements, les congés et les coupes de salaire mis en œuvre par les studios impactés, il y a eu une discussion croissante entre les dirigeants et les producteurs sur la façon de reprendre la production, ainsi que sur les grands défis que cela pose, de la sécurité de chacun à la souscription d’une police d’assurance, au tournage de foules et d’extérieurs, et à la détermination du contenu approprié à montrer dans une société modifiée par le coronavirus.

Nous sommes encore à des mois de cette reprise - les projections les plus optimistes des studios concernent les redémarrages de la production en juillet-août, et les plus réalistes visent à être opérationnels d’ici septembre. La Californie est toujours sous une ordonnance de confinement, qui expire actuellement le 15 mai. Il y a de nombreux problèmes que nous devrons aborder dès aujourd’hui, avec la reprise des tournages en décor naturel et en studio sonore.

Se remettre en marche dans ce nouveau monde va être très difficile. D’une part, les assureurs ne couvriront probablement pas les productions pour les risques de cas de COVID-19 lorsque les affaires reprendront, selon plusieurs sources connues. Partout, des producteurs ont déposé des plaintes de plusieurs millions de dollars lorsque les autorités civiles - les gouvernements - ont empêché les tournages de se poursuivre et ont forcé des arrêts de production. Lorsque l’entreprise redémarrera, cela sera désormais considéré comme un risque identifié et les assureurs ne le couvriront pas, ont déclaré des sources, alors que le CDC (Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies NdT) annonce une deuxième vague de coronavirus.

Qu’est-ce que ça veut dire? Que très probablement, tout le monde sur une production de film ou de télévision devra signer un engagement, comme ceux qui existent sur les codes de comportement dans des domaines comme le harcèlement sexuel, pour couvrir les productions. « Vous savez que vous allez dans une zone de haute densité, et bien que nous fassions de notre mieux pour vous protéger, rien n’est infaillible, et si vous contractez le COVID-19, nous ne sommes pas responsables », a déclaré une source impliquée dans l’élaboration de ces directives. « Il n’y a pas d’autre moyen de penser à résoudre ce problème. Si vous ne voulez pas signer, ne prenez pas le travail. »

Les conversations sur la façon de retourner à la production ont commencé à s’intensifier à la fin de la semaine dernière au moment de la stabilisation des niveaux de nouveaux cas de COVID-19 et de décès dans le comté de Los Angeles, dopées par une baisse encourageante des nouvelles infections au cours du week-end. Malheureusement, l’optimisme a été de courte durée - mardi et mercredi ont connu des pics record de décès - mais les discussions se poursuivent parce que l’industrie ne peut pas commencer à se redresser avant qu’une entreprise ait repris le travail.

Pour l’instant, les studios n’ont élaboré aucun protocole, mais des discussions actives se poursuivent, y compris avec les commissions du film de New York et de Los Angeles. L’AMPTP et IATSE (les partenaires sociaux NdT) s’attellent avec ardeur à établir les listes des problèmes et des solutions de sécurité, et tous les grands studios d’Hollywood ont des gens de premier plan qui essaient d’envisager tous les scénarios possibles avant que les tournages puissent redémarrer. Les mêmes conversations ont lieu dans d’autres domaines qui touchent l’industrie, des bureaux où les gens travaillent et se rassemblent, aux restaurants et aux cinémas...

(Traduit de l’américain par Laurent Andrieux pour l’AFC)

En vignette de cet article, photo Eric McCandless/ABC/Deadline