Présentation à Londres de la Sony 4K Venice

Par Rémy Chevrin, AFC

par Rémy Chevrin La Lettre AFC n°279

A l’occasion de la sortie mondiale de la nouvelle caméra Sony 4K Venice, Fabien Pisano et son équipe m’ont chaleureusement invité à passer une journée de présentation à Londres dans les locaux de Sony, au cœur des studios Pinewood. Un plateau équipé d’un décor et de quelques projecteurs ainsi qu’une salle d’étalonnage sur Baselight permettent d’y faire des tests grandeur nature et de mieux comprendre les enjeux de ce nouvel outil.
La caméra Sony Venice équipée lors de la présentation

Tout d’abord, le premier grand changement apparaît sur la forme même de la caméra et dans son ergonomie générale : plus compacte, plus maniable sur pied comme à l’épaule, cette caméra est plus proche des modèles de prises de vues classiques que nous connaissons depuis plusieurs années. En effet, sa compacité 5 153 x 159 x 172 mm), sa couleur (gris sombre et noire) et les matériaux (mélange d’alliage métal et plastique) qui la constituent en font une caméra facile d’utilisation (poids nu de 4 kg), où le menu est facilement atteignable par l’assistant à droite (mais aussi à gauche si le DP est seul et veut changer un réglage caméra). Elle propose aussi un changement facile et rapide de la monture en PL ou Sony ou autre si besoin et surtout le bloc monture en entier peut s’extraire de la caméra pour avoir accès au ventilateur et pouvoir facilement le nettoyer ou le changer. Un jeu de Lego très ludique et rapide !
Les ingénieurs de Sony, suite à une expérience de plus en plus forte dans le domaine de l’image cinéma, ont décidé de développer une technologie moderne de capteur CMOS maison, proposant un capteur de 24 x 36 de diagonale 43,5 permettant le grand format de captation sur une surface de 24 M de pixels. Une des améliorations sensibles : le choix de 8 valeurs de neutres intégrés dans la caméra allant de 0,3 à 2,4.
Donnée pour une sensibilité de 500 ISO, la caméra mérite que l’on fasse des essais plus poussés dans les hautes sensibilités.

Le grand changement s’effectue sur les formats d’enregistrement qui vont de l’XAVC au RAW en passant par le ProRes, en intégrant un format propriétaire le X-OCN qui est proche du RAW mais moins lourd et plus précis sur l’échantillonnage et la définition : à mieux comprendre en faisant des essais sur l’entièreté de la chaîne.
Sur le menu, 6 boutons qui peuvent être assignés selon le choix du directeur de la photographie. Enfin, une visée exceptionnelle OLED de clarté et de couleur, facile à orienter et très ergonomique.
Grâce au capteur 24 x 36, il est possible de faire des images anamorphiques 4K 6:5 sur une surface de 4 096 x 3 432 à 24 et 25 i/s mais aussi des images en 6K 3:2 full frame. Un choix qui séduira un certain nombre de "cinematographers".
Les premières images tournées par Claudio Miranda font espérer que cette caméra sera un outil indispensable sur les plateaux.

Dès le mois de novembre, Fabien Pisano et son équipe proposeront un workshop à Paris afin que les opérateurs de l’AFC puissent découvrir ce nouvel outil dont l’espace colorimétrique semble très performant.
Evidemment, cette journée à Londres nous a permis aussi de rencontrer d’autres membres des associations européennes invitées et les discussions allaient bon train autour d’un verre et de quelques canapés.
Un grand merci à Fabien pour cette journée londonienne !

Dans le portfolio ci-dessous, quelques photos de la présentation prises par Rémy Chevrin.