L’ARP, le cinéma et la "souveraineté culturelle"

La Lettre AFC n°308

Dans un texte initialement publié sur LeMonde.fr sous la forme d’une tribune, signée par les membres de son conseil d’administration, puis dans un communiqué du 12 avril 2020, L’ARP (société civile des Auteurs Réalisateurs Producteurs) demande au gouvernement de s’opposer à la revente du catalogue de Canal+ à un opérateur étranger et d’organiser la régulation des plates-formes numériques, en conformité avec les directives européennes, « pour que vive notre diversité culturelle ».

La France, ainsi que le reste de la planète, traverse aujourd’hui une crise sans précédent. Une crise sanitaire d’abord, où la bataille, épuisante, se livre jour et nuit, dans tous les hôpitaux. Une seconde crise, économique et sociale, fragilise davantage des milliers de citoyens se retrouvant sans ressources et des milliers de petites et moyennes entreprises.
Ces temps troublés s’invitent aussi dans tous les foyers où le temps suspendu du confinement invite à l’introspection collective sur nos propres vies et nos modèles de société. Plus que jamais, il semble nécessaire de penser notre avenir commun.
En tant que cinéastes, nous pensons évidemment à la culture et à son rôle essentiel. En ces heures difficiles, chacun mesure à quel point les films et les séries apparaissent comme une échappée importante pour la bonne santé des esprits. Et il faut espérer que demain, l’appétit pour la salle de cinéma et son irremplaçable voyage collectif sera encore plus grand.

Mais pour l’heure, dans cette période de crise, plusieurs phénomènes nous interpellent concernant le cinéma et l’audiovisuel. Le succès des plateformes payantes d’abord, essentiellement américaines, grands vainqueurs de ce confinement forcé. Quand l’ensemble de la planète se paupérise, elles seules augmentent leurs recettes et profitent du désarroi général, renforçant encore leur domination mondiale.
Rappelons qu’elles ne payent pas d’impôt en France alors que l’Etat et les citoyens vont devoir s’endetter pour survivre à la crise. Le lancement, cette semaine, de la plateforme Disney+ confirme ce constat.

Deuxième phénomène, les formidables succès d’audience des films français sur les chaines nationales gratuites, preuve de la vivacité et de la nécessité de cette expression culturelle dans le cœur des spectateurs hexagonaux. A ce titre, et alors que nos concitoyens se retrouvent plongés dans les abysses de cette crise sans précédent, le service public audiovisuel - à travers France Télévisions notamment - joue un rôle exemplaire de cohésion sociale et culturelle. Plus personne ne peut aujourd’hui douter de l’importance de ce joyau : il s’agira à l’avenir de consolider et rendre pérenne ses moyens. [...]

Lire la suite du communiqué sur le site Internet de L’ARP.