Festival de Cannes 2015

L’AFC de retour du 68e Festival de Cannes
Par Jean-Noël Ferragut, AFC

Si onze films de long métrage photographiés par des membres de l’AFC ont fait partie de l’une ou l’autre des sélections de ce 68e Festival de Cannes, nos partenaires membres associés ont quant à eux participé à pas moins de trente-cinq films, courts ou longs, toutes sections confondues, en fournissant du matériel de prise de vues ou en effectuant des travaux de postproduction. Certains d’entre eux se comptant parmi les partenaires, qui du Festival officiel, qui de la Quinzaine des réalisateurs, qui encore de la Semaine de la critique.

Cannes 2015, un beau festival pour Arri

Un beau festival encore pour Arri à Cannes, avec près 60 % des longs métrages, toutes sélections confondues, tournés avec du matériel Arri et plus de 40 % tournés avec l’Alexa et les optiques Arri. Globalement, plus de 50 % des longs métrages numériques ont utilisé l’Alexa comme caméra principale.

Couleur, douceur et liberté ! Les maîtres mots d’un tournage en Sony F55

Après son triomphe en 2011, grâce à Polisse, Maïwenn revient à Cannes en Sélection officielle avec son quatrième long métrage, Mon roi, une comédie dramatique qui dépeint la relation passionnelle et tumultueuse d’un couple. Le film, produit par Alain Attal (Les productions du Trésor) a été tourné avec la caméra F55 par Claire Mathon, AFC, jeune chef opératrice et collaboratrice de longue date de Maïwenn.

Le palmarès du 68e Festival de Cannes annoncé

Lors de la cérémonie du clôture du Festival de Cannes qui s’est déroulée dimanche 24 mai 2015, le jury international, présidé par les frères Joel et Ethan Coen, a annoncé le palmarès de cette 68e édition. Jacques Audiard est le lauréat de la Palme d’or pour Dheepan, photographié par Eponine Momenceau (lire ou relire son entretien).
Le Grand Prix a été décerné à László Nemes pour Saul Fia (Le Fils de Saul), photographié par Mátyás Ederly ; le Prix de la Mise en scène, à Hou Hsiao-Hsien pour Nie Yinniang (The Assassin), photographié par Mark Lee Ping-Bin ; le Prix du Scénario, à Michel Franco pour Chronic, photographié par Yves Cape, AFC, SBC (lire ou relire son entretien).

Les entretiens de l’AFC au Festival de Cannes 2015

Voici réunis les liens vers les entretiens que nous avons publiés au cours de cette 68e édition du Festival de Cannes. Des directeurs de la photographie y parlent de leur travail sur l’un des films programmés dans l’une ou l’autre des sélections. Ces entretiens sont présentés dans l’ordre chronologique des projections des films dans les salles de la Croisette.

Le directeur de la photographie Peter Suschitzky, ASC, parle de son travail sur "Tale of Tales", de Matteo Garrone
Héroïque Fantaisie

Triple actualité pour le chef opérateur britannique (et francophone) Peter Suschitzky présent à Cannes pour présenter à la fois le nouveau film de Matteo Garrone, Tale of Tales (Le Conte des contes), participer au jury de la Semaine de la critique, et animer une Master Class sous le patronage de Sony vue sur Internet le 21 mai. Le fidèle collaborateur de David Cronenberg revient sur la fabrication de ce film fantastique inspiré de contes traditionnels italiens. (FR)

Fulvio Risuleo remporte le Prix Découverte Sony CineAlta au Festival de Cannes pour son court métrage "Varicella (Varicelle)"

Lors de la cérémonie de remise des Prix de la Semaine de la Critique qui s’est tenue vendredi 22 mai 2015, le jury, présidé par l’actrice et réalisatrice israélienne Ronit Elkabetz et composé de quatre professionnels du cinéma, a récompensé le film Varicella (Varicelle), de Fulvio Risuleo, Prix Découverte Sony CineAlta 2015.

Au sommaire du numéro 711 de mai des "Cahiers du Cinéma"
Dossier spécial Cannes

Comme de nombreuses publications récentes, les Cahiers du cinéma ont consacré un dossier spécial au 68e Festival de Cannes. On peut lire en outre, dans le n° 711 de mai 2015, les "cahier critique" et "journal" habituels, un entretien avec Alexis Kavyrchine, directeur de la photographie des derniers films de Thomas Salvador, Emmanuel Finkiel et Kiyoshi Kurosawa, ainsi qu’un hommage à Manoel de Oliveira. Au sommaire...

Le directeur de la photographie Yves Cape, AFC, SBC, parle de son travail sur "Chronic", de Michel Franco

Yves Cape, AFC, SBC, s’est fait connaître comme directeur de la photographie en signant l’image de L’Humanité, réalisé par Bruno Dumont. Il a ensuite accompagné le réalisateur jusqu’à Hors Satan. Il a aussi collaboré avec Claire Denis, Martin Provost, Cédric Khan, Guillaume Nicloux et a éclairé le dernier film de Patrice Chéreau, Persécution(BB)

Le chef opérateur Raphaël Vandenbussche parle de son travail sur "Calme ta joie", court métrage d’Emmanuel Laskar

Raphaël Vandenbussche termine actuellement son cursus à La fémis, avec un mémoire porté sur la représentation de la peau en numérique. Il a signé les images du long métrage Trois contes de Borges, de Maxime Martinot, et du court métrage Tant qu’il nous reste des fusils à pompe, de Caroline Poggi et Jonathan Vinel. Il a travaillé aussi sur Les Chercheurs, film de fin d’études du département Réalisation de La fémis, en compétition à la Cinéfondation. Calme ta joie, film court sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs, est sa deuxième collaboration avec Emmanuel Laskar.

La directrice de la photographie Eponine Momenceau parle de son travail sur "Dheepan", de Jacques Audiard

Déjà à Cannes pour son premier long métrage, Regarde les hommes tomber, Jacques Audiard présente par la suite trois autres films en Compétition : Un héros très discret, Prix du scénario en 1996, Un prophète, Grand Prix du jury en 2009, et De rouille et d’os, en 2012. Pour son septième long métrage, Dheepan, en Compétition officielle de ce 68e Festival cannois, Jacques Audiard a choisi un acteur débutant inconnu dans le rôle central, à la manière de Tahar Rahim et Reda Kateb dans Un prophète(BB)

Le directeur de la photographie Bruno Romiguière parle de son travail sur "La Vie en grand", de Mathieu Vadepied

Pour son premier long métrage en tant que réalisateur, le chef opérateur Mathieu Vadepied a choisi de constituer une équipe composée de vieilles connaissances. Outre Nathalie Vierny, la scripte, Michel Sabourdy, le "gaffer", et François Tille, le chef machiniste, il a décidé de confier l’image du film à Bruno Romiguière, qu’il connaît depuis plus de dix ans. Discussions avec ce dernier autour de l’image et de la collaboration avec un opérateur passé à la réalisation... (FR)

A paraître dans le Hors-Série d’"Ecran Total" du 20 mai

Pour son troisième numéro "Spécial Cannes", Ecran Total publie, entre autres, un dossier sur la restauration numérique de quatre films présentés à Cannes Classics : Marius, restauré par Digimage Classics, et Ascenseur pour l’échafaud, Ran et Z, restaurés par Eclair Group. Egalement, un point sur "Le laboratoire sur le plateau" ou comment traiter l’image brute des caméras dès le tournage. Enfin, une interview de Roger Deakins, BSC, ASC, à l’occasion de la projection de Sicario et de la remise du prix "ExcelLens" par Thalès Angénieux, vendredi 22 mai.

Projection à Cannes Classics de "Panique", de Julien Duvivier, photographié par Nicolas Hayer

Dans le cadre des projections Cannes Classics, le film Panique (1946), réalisé par Julien Duvivier et photographié par Nicolas Hayer, fut présenté par TF1 DA. Le négatif original ayant disparu, restauration en 2K chez Digimage, membre associé de l’AFC, à partir du marron nitrate. Marc Salomon, membre consultant de l’AFC, décrit la carrière de Nicolas Hayer, directeur de la photographie ayant photographié les films de Henri-Georges Clouzot, Julien Duvivier, Jean Cocteau, Jean-Pierre Melville.

A Cannes Classics, "Ascenseur pour l’échafaud", de Louis Malle, photographié par Henri Decaë
Par Marc Salomon

Jeudi 14 mai, dans le cadre de Cannes Classics, était projeté Ascenseur pour l’échafaud, de Louis Malle (1958), photographié par Henri Decaë. Une restauration 2K présentée par Gaumont dont les travaux image furent effectués par Eclair, ainsi que le son restauré par Diapason en partenariat avec Eclair. Marc Salomon, membre consultant de l’AFC, rappelle ici la brillante carrière d’Henri Decaë.

0 | 18 | 36 | 54