Disparition du directeur de la photographie Jean-Paul Schwartz

Par Elsa Manet Schwartz

La Lettre AFC n°274

Jean-Paul Schwartz nous a quittés, nous ses proches, et le monde du cinéma qui a été le sien durant plus de soixante-cinq ans, le 24 février 2017.

Né le 10 mars 1929, il a commencé sa carrière dans les années 1950 comme 2e assistant opérateur avec Paul Cotteret et Roger Fellous, puis très rapidement est devenu 1er assistant avec Henri Decaë, notamment sur des films de Claude Chabrol, René Clément, Jean-Pierre Melville, Serge Bourguignon, Edouard Molinaro, Louis Malle, Joseph Losey et Jean Valère.

C’est Claude Chabrol et Jean Rabier qui l’ont fait passer au cadre sur Les Godelureaux. Et les années 1960 se sont déroulées au gré de films emblématiques qui assurent toujours les audiences :
- L’Homme de Rio et Les Tribulations d’un Chinois en Chine (Philippe de Broca et Edmond Séchan),
- Tendre voyou (Jean Becker et Edmond Séchan), Les Grandes vacances (Jean Girault et Marcel Grignon), A cœur joie (Serge Bourguignon et Edmond Séchan)
- Le Gendarme à New York (Jean Girault et Edmond Séchan), Le Gendarme se marie (Jean Girault et Marcel Grignon), Le Gendarme en balade (Jean Girault et Pierre Montazel)
- Pierre et Paul (René Allio et Georges Leclerc), Les Camisards (René Allio et Denys Clerval, AFC), Le Tatoué (Denys de la Patellière et Sacha Vierny)
- Hibernatus (Edouard Molinaro et Marcel Grignon), Le Silencieux (Claude Pinoteau et Jean Collomb), L’Animal (Claude Zidi et Claude Renoir)
- La Poudre d’escampette et Le Magnifique (Philippe de Broca et René Mathelin), L’Incorrigible (Philippe de Broca et Jean Penzer).

Début des années 1970, Marco Pico l’a fait passer chef opérateur pour Le Nuage entre les dents (avec Philippe Noiret et Pierre Richard), film qui vient d’être restauré et qui devrait refaire une nouvelle carrière bien méritée.
Encore de belles années riches en films “grand public” :
- L’Aile ou la cuisse (Claude Zidi), Le beaujolais nouveau est arrivé (Jean-Luc Voulfow)
- Le Cavaleur,Tendre poulet,On a volé la cuisse de Jupiter,Psy (Philippe de Broca)
- Josepha (Christopher Frank), Le Ruffian (José Giovanni), Le Juge (Philippe Lefèvre).

Pour en retrouver la liste se référer à la filmographie. Jean-Paul a travaillé sur plus de 100 films.

Il a éclairé plus de 200 pubs. Plus de nombreux téléfilms et séries — avec notamment Serge Leroy, François Luciani, Maurice Dugowson, Philippe Lefèvre, Pierre Mondy, Charles Bitsch, Agnès Delarive et Laurent Carcélès —, dont “Le Grand Batre” (neuf épisodes de 90 minutes).

Ce qu’on retient de lui, dans les messages qui nous sont parvenus, c’est sa vitalité, sa joie de vivre, son humour, ses rires, sa puissance, son indestructibilité. Il a su avancer, sans jamais jouer des coudes, au gré des films et des rencontres. Il a su transmettre sa passion à ses enfants Thierry et Romain, sa nièce Catherine, ainsi qu’à son petit fils Lucas, qui tous travaillent dans le cinéma et l’audiovisuel.

On aimerait l’imaginer au milieu de ses amis metteurs en scène et machinos, producteurs et électros, acteurs et accessoiristes, réunis dans une super production pleine de gags, de tendresse et de fous rires. Clap de début dans les étoiles.

Rédigé à Paris, le 22 mars 2017, par son épouse, Elsa Manet (Schwartz)

Dans le portfolio ci-dessous, quelques images de Jean-Paul Schwartz, photos prises entre 1962 et 2017 extraites des archives familiales.