Kodak EXR 50D

Pellicule

Index des termes :

Kodak EXR 50D;5245;7245

Résultats de la recherche

Articles (7)

Interview with Yves Cape, AFC, SBC
About his work on "Persecution" by Patrice Chereau and "White Material" by Claire Denis

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Eric Guichard : Yves Cape, hello. Two films that you’ve photographed were in competition at the 2009 Venice Film Festival. Let’s talk about both films, but perhaps we can begin by talking about the one by Patrice Chereau.

You spoke to me about doing tests with the Red, but you ended up shooting in 35 mm. When did you decide to do these tests in Red and why the final choice of 35 mm ?
}}Yves Cape : During one of my first encounters with Patrice Chereau, he discussed the possibility of making a film in HD without being specific. He wanted to know if I was up for it. Without hesitation, my answer was yes. Once it was established that I was doing the film, Patrice told me his idea : he had documented one of his plays with the Red and had been surprised by the quality. He wanted to explore that option to see what it could bring from an aesthetic and an economic standpoint.

Entretien avec Yves Cape, AFC, SBC
A propos de son travail sur "Persécution" de Patrice Chéreau et "White Material" de Claire Denis

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Eric Guichard : Yves Cape, bonjour. Deux films que tu as photographiés sont en compétition au festival de Venise. Alors si tu veux bien, on va parler de ces deux films et en premier peut-être de celui de Patrice Chéreau, puisque tu m’avais appelé un jour pour me demander ce que je pensais de faire des essais en RED, et finalement tu as tourné en 35 mm. On peut peut-être commencer par cette question-là : à quel moment avez-vous décidé de faire ces essais en RED et pourquoi finalement le choix du 35 mm ?

Yves Cape : Lors d’une de mes premières rencontres avec Patrice, il a évoqué la possibilité de faire le film en HD, sans précision. Il voulait savoir si même dans ces conditions, j’étais partant. Sans hésitation, ma réponse a été oui.

Les films " AFC " vus par leurs directeurs de la photographie
" Indigènes " de Rachid Bouchareb, photographié par Patrick Blossier

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Rachid Bouchareb signe avec Indigènes son cinquième long métrage en tant que réalisateur. Un film d’époque qui se situe durant la deuxième guerre mondiale. En 1942 la France manquait de soldats, elle est allé en chercher 200 000 au Maghreb et en Afrique noire. Les tirailleurs ont été placés en première ligne, et n’avaient pas les mêmes droits que les métropolitains. La moitié d’entre eux sont morts au combat. Nous suivons avec Indigènes l’épopée d’une douzaine d’entre eux dont Sami Bouajila, Jamel Debbouze, Sami Nacéri et Roschdy Zem. Un sujet très fort, un enjeu exceptionnel pour ces comédiens dont les grands-pères ont vécu exactement cette histoire-là. Un film touchant et juste pour lequel nous nous sommes entretenus avec Patrick Blossier.

Agenda

festival de Cannes 2006

  • Journée du 25 mai 2006
  • Le film AFC du jour
  • En Sélection officielle
  • Indigènes de Rachid Bouchareb, photographié par Patrick Blossier
    Projections à 8h30 - 14h30 - 19h30 au Grand Théâtre Lumière.
  • Lire l’entretien accordé par Patrick Blossier à propos d’Indigènes
  • Dans la sélection de la Quinzaine des réalisateurs
  • Dans Paris de Christophe Honoré, photographié par Jean-Louis Vialard
  • Membres de l’AFC présents à Cannes
    Patrick Blossier, Jean-Jacques Bouhon, président de l’AFC, Jean-Noël Ferragut, vice-président, Pierre-William Glenn, président de la CST, Darius Khondji, Pierre Milon, Jean-Louis Vialard et toujours, bien sûr, Nathalie d’Outreligne, qui sera présente pendant toute la durée du Festival.

    Suite de l’agenda (...)

La lumière du Cambodge
par Alain Choquart

Propos et entretiens

Avec l’aimable autorisation du technicien du film, nous reproduisons
ci-dessous " La lumière du Cambodge ", un article paru dans le n° 549 (novembre 2004) dans lequel Alain Choquart s’entretient avec Dominique Maillet sur son travail sur Holy Lola de Bertrand Tavernier.

Kabala
de Hassan Kouyaté, photographié par Jean-Michel Humeau

Semaine de la critique

Produit par Francine Jean-Baptiste, Mandala Productions. « Kabala est le nom d’un village imaginaire reconstitué pour les besoins du film au sud du Mali. Village incomplet au pied des falaises qui en posent les limites dans une petite plaine autour d’un puits. L’histoire est celle de ce puits dont la veine est tarie, où le peu d’eau boueuse, jaunâtre, décime les habitants de ce village car porteuse du choléra. Autour de ce puits, dont le caractère sacré est défendu par le forgeron, se noue le drame de la tradition et du modernisme. Au risque de perdre (...)

Films (26)