L’Arri Alexa LF sur la série originale Netflix "La Révolution"

by Arri Camera Systems AFC newsletter n°314

La première série Netflix tournée en Arri Alexa LF en France, "La Révolution", utilise toutes les capacités de la caméra grand capteur d’Arri : Look Large Format, ArriRaw, HDE. Pour cette série d’époque très ambitieuse, Netflix a confié l’image à un trio de directeurs de la photo aguerris : Antoine Sanier, Mathieu Plainfossé et Martial Schmeltz. Ils nous font part de leur expérience en tournage avec l’Alexa LF.

Pourquoi avoir choisi l’Alexa LF pour la nouvelle série Netflix "La Révolution" ?
Antoine Sanier : Parce que je suis tombé amoureux de cette caméra. Netflix m’a laissé entièrement libre du choix de la caméra 4K que je voulais. Nous avons fait des essais comparatifs poussés et j’ai trouvé que l’Alexa LF avait quelque chose en plus que les autres caméras à grand capteur. Il y avait un gros enjeu au niveau du workflow, notamment pour transformer les fichiers ArriRaw en HDE. Nous avons beaucoup travaillé en amont avec les équipes techniques de Netflix et tout s’est très bien passé.

Quelles sont les qualités qui vous ont séduit dans l’Alexa LF ?
Antoine Sanier : Ce qui est extraordinaire avec cette caméra, c’est la profondeur qu’elle apporte aux images. On a une vraie sensation de volume, même dans les plans larges. "La Révolution" est une série d’époque, avec beaucoup d’ampleur dans les plans : des chevaux, des costumes, des décors superbes. Cette caméra arrive à faire vivre les décors en profondeur, tout en détachant les acteurs au premier plan. La perception de l’espace est magnifique. Sur le tournage, je l’ai aussi bien utilisée à l’épaule qu’au Steadicam. Cela a très bien fonctionné...

Antoine Sanier, DoP : « Je suis tombé amoureux de cette caméra »


Antoine Sanier
Antoine Sanier
Photo : David Bersanetti

Comment expliquez-vous cette profondeur ?
Antoine Sanier : Cela tient au format : c’est du 24x36. Il n’aplatit pas l’image comme un petit capteur. De plus, avec l’Alexa LF, quand je fais un plan large, j’utilise un 27 mm à la place du 21 mm. Cela permet de conserver les caractéristiques optiques de focales moins "grand angle". Du coup, les volumes existent vraiment. Et la matière du capteur, son velouté, restent les mêmes qu’avec l’Alexa classique. Je connais bien cette caméra : avant même de l’allumer, je sais comment elle va réagir. Et ça, je ne le perds pas avec l’Alexa LF. Je reste en terrain connu, mais j’obtiens plus de précision dans la composition. J’ai aussi choisi de l’utiliser avec des LUTs vraiment fortes, avec beaucoup de désaturation et de contraste. J’ai travaillé sur les deux premiers épisodes et nous avons pu mettre en place un vrai look pour cette série très ambitieuse.

Martial Schmeltz, DoP : « L’Alexa LF est une vraie révolution »


Martin Schmetz
Martin Schmetz
Photo : Edouard Salier - Courtesy of Netflix

Comment s’est passé le tournage de "La Révolution" avec l’Alexa LF ?
Martial Schmeltz : Très bien. Il y a eu un véritable travail de collaboration entre le showrunners, les réalisateurs et les trois directeurs de la photographie. C’était très agréable à tout point de vue. Pour moi, l’Alexa LF est une vraie révolution. Elle met une énorme claque en termes de dynamique des couleurs et de contraste. C’était le bon choix pour cette série qui revisite la Révolution avec beaucoup d’originalité. Netflix apporte de la modernité à un sujet assez classique, sans trahir les codes de l’époque. Au niveau de l’image, il nous fallait garder une forme de vérité dans un univers assez fantasmé.

Qu’avez-vous pensé de votre utilisation de l’Alexa LF ?
Martial Schmeltz : C’est la première fois que j’utilisais cette caméra. Ce qui m’a frappé, c’est la profondeur et la dynamique qu’elle apporte à l’image. J’ai l’impression que l’Alexa LF voit plus loin que nous : elle perçoit ce que l’œil ne voit pas. C’est flagrant. Je trouve que c’est une grande avancée par rapport à la série Alexa. L’échantillonnage des couleurs est impressionnant et, comme le capteur est plus large, cela apporte une grande subtilité sur les peaux. On gagne aussi en rendu dans les ombres, tout en gardant du détail dans les hautes lumières. Avec l’Alexa LF, les choix deviennent plus artistiques que techniques. En tant que chef opérateur, cette caméra me redonne de la marge de manœuvre, elle m’offre une vraie liberté de création.

Vous avez des exemples ?
Martial Schmeltz : Dans "La Révolution", nous avions beaucoup de feux de torches. Le capteur de l’Alexa LF offre une grande latitude. Elle donne une profondeur dans les flammes, avec beaucoup de détails et de subtilités dans les rouges et les orangés, alors qu’il s’agit d’une matière traditionnellement surexposée. Tout à coup, une torche, une bougie, un feu de camp avaient beaucoup de magie, de beauté. Il y avait aussi les reflets dans les basses lumières, sur les peaux, qui prennent vie tout-à-coup. C’était d’autant plus important pour cette série dans laquelle Antoine Sanier a voulu valoriser les ombres et les basses lumières.

Vous avez aussi pu tester l’Alexa Mini LF ?
Martial Schmeltz : Oui. Au début, nous avons travaillé avec l’Alexa LF, mais la Mini LF est arrivée en cours de route. Cela nous a beaucoup facilité les choses dans certaines scènes. C’est une caméra très mobile, très pratique, comme l’est l’Alexa Mini. Pour la fiction, la Mini LF, c’est un peu un 4x4 élégant : elle passe partout. Au niveau lumière, nous avons aussi beaucoup utilisé les Arri SkyPanels qui nous ont énormément facilité le travail. Ils étaient connectés entre eux et je pouvais manipuler la couleur et l’intensité lumineuse à partir d’un iPad. Cela m’a permis d’être très précis au niveau du résultat et de tourner plus vite. C’est important sur une série de cette envergure.

Mathieu Plainfossé, DoP : « Le capteur 24x36 de l’Alexa LF offre un rapport focal naturel »


Mathieu Plainfossé
Mathieu Plainfossé
Matériels caméra et lumière fournis par Transpacam. Photo : Edouard Salier - Courtesy of Netflix

Comment avez-vous abordé la série ?
Mathieu Plainfossé : C’était très agréable de travailler avec Netflix sur "La Révolution". Ils poussent toujours pour obtenir la meilleure qualité d’image. Avec l’Alexa LF, nous tournions en ArriRaw, jusqu’à 90 images par seconde, pour bénéficier de toute la latitude de couleur et d’exposition. Ce qui m’a beaucoup frappé avec la LF, c’est que l’on retrouve toutes les qualités du capteur de l’Alexa classique, notamment sa texture d’image très particulière, qui a quelque chose d’organique. Cette caméra, c’est la continuité de l’Alexa à tous les niveaux, même pour l’ergonomie. On ne peut pas faire plus simple d’utilisation.

Qu’avez-vous pensé du grand capteur de l’Alexa LF ?
Mathieu Plainfossé : Le grand capteur nous a permis de profiter d’une profondeur de champ plus courte et donc de bien détacher les personnages dans les décors. Comme un 27 mm équivaut à un 21 mm, on augmente les angles de champ mais en limitant les distorsions. C’est très agréable. Le fait que l’Alexa LF ait un capteur 24x36 est aussi un point crucial pour moi. Comme je fais beaucoup de photos, notamment pour les repérages, d’emblée, je savais à quoi m’attendre avec cette caméra. Je retrouvais tous mes repères. Pour moi, le 24x36 est le rapport focal naturel. Cela m’aide clairement dans ma vision du film : le placement de la caméra, le choix des focales... D’ailleurs, un incident sur le tournage a été révélateur. Nous tournions, dans la boue et la pluie, une scène de combats en plan-séquence. Tout à coup, j’ai perdu la vision du moniteur à cause d’un câble qui s’est détaché. Mais, avec la LF, je savais d’instinct comment cadrer la scène alors que je tenais la caméra à la main. J’ai continué à suivre les comédiens dans l’action sans retour caméra. Il y avait quelque chose d’évident.

Photo : Courtesy of Netflix

Avez-vous tourné avec la caméra dans d’autres configurations ?
Mathieu Plainfossé : J’avais déjà eu affaire à l’Alexa LF en publicité, mais sur la série "La Révolution", j’ai pu l’utiliser dans toutes les configurations : à l’épaule, sur grue, Dolly et Steadicam. Bien qu’elle soit plus lourde que l’Alexa, j’ai pu filmer avec elle comme une caméra normale. Quand je cadrais à l’épaule, je l’ai trouvée très équilibrée. Dans les scènes de batailles, où il fallait réagir dans l’instant, elle m’a apporté un vrai dynamisme. Et c’est en partie dû à son poids, à sa manière d’être équilibrée.

Comment avez-vous éclairé la série ?
Mathieu Plainfossé : C’est Antoine Sanier qui a mis en place le look de "La Révolution". Il a choisi des partis pris très forts au niveau de l’image, en jouant beaucoup sur le contraste et les contre-jours en silhouette. Cela se prêtait bien avec l’univers de la série. C’était génial à travailler pour nous. J’ai beaucoup rentré de lumière par réflexion dès que je pouvais. Il y avait aussi beaucoup d’éclairages à la bougie, avec des renforts de LEDs quand c’était nécessaire. L’Alexa LF a été poussée jusqu’à 2 500 ISO. C’était super de jouer avec ça.

  • Matériels caméra, lumière, machinerie et studios by Transpagroup #Transpacam #Transpalux #Transpastudios.