L’éditorial d’octobre

Par Céline Bozon, coprésidente de l’AFC

Contre-Champ AFC n°324

J’étais cet été avec mon fils dans le musée de l’Acropole à Athènes et nous admirions les statues peintes "à la manière de", comme elles étaient supposées l’être à l’époque (colorées), côte à côte avec ce qu’il nous restait d’elles (blanches)… Sont exposés à côté les pigments et les minéraux qui permettent de fabriquer les couleurs ; la gamme est très riche et belle. Me revient ma sidération devant la séquence du Mépris, de Godard, autour des statues colorées. Je ne savais pas, alors.
Ci-dessus et en vignette, fresques reconstituées du palais du roi Minos, à Cnossos, en Crète (gamme de couleurs)
Ci-dessus et en vignette, fresques reconstituées du palais du roi Minos, à Cnossos, en Crète (gamme de couleurs)
Herakleion, Musée archéologique © Photo Luisa Ricciarini / Leemage

Et puis mon fils de 8 ans m’emmène un peu plus loin et me dit : « Regarde comment ils cassaient les statues » et là, dans une télévision, passait un petit film pédagogique en 3D montrant les soldats perses détruisant le Parthénon, en 480 av. J.-C.

« Ceux des Perses qui étaient montés allèrent d’abord aux portes, et, les ayant ouvertes, ils tuèrent les suppliants de la déesse. Quand ils les eurent massacrés, ils pillèrent le temple, mirent le feu à la citadelle, et la réduisirent en cendres. » Hérodote, Histoires, LIII, Ve siècle av. J.-C.

Dans le petit film, on voit des soldats tirer avec des cordes sur les statues colorées et les mettre à terre. Les larmes me sont montées aux yeux immédiatement, j’ai dit à mon fils : « Je ne peux pas regarder ça, c’est trop violent ».
Ma réaction était extrêmement viscérale et archaïque (comme les couleurs). Comme si on m’attaquait directement dans ma chair.
Mon fils n’a pas compris et a continué à regarder avec un plaisir non dissimulé.

Je pensais évidement aux Bouddah de Bâmiyân détruits par les talibans en 2001 dans le centre de l’Afghanistan, œuvre de l’art gréco-bouddhique (issu de la rencontre culturelle entre peuples nomades d’Asie centrale, monde grec, monde indien et monde perse-iranien…).

Et puis m’est revenue cette scène d’Andreï Roublev, de Tarkovski, film absolument fondamental pour moi. Andreï Roublev, le peintre, erre dans l’église en flamme au milieu des cadavres et de son œuvre massacrée ; dans une ville envahie par les Tatars, qui pillent, incendient, assassinent….
Après cela, Andreï décide d’abandonner la peinture et fait vœu de silence.