Ni une ni deux

Je collabore avec Anne Giafferi depuis plusieurs années. Ni une ni deux est le second long métrage que nous tournons ensemble. L’histoire : une comédienne (Mathilde Seigner), suite à une opération de chirurgie esthétique ratée, fait appel à un sosie pour se faire remplacer sur son prochain tournage. Elle ne se doute pas qu’il s’agit de sa propre sœur jumelle dont elle ignorait l’existence.
L’histoire : une comédienne (Mathilde Seigner), suite Suite à une opération de chirurgie esthétique ratée, une comédienne fait appel à un sosie pour se faire la remplacer sur son prochain tournage. ... Elle ne sans se doute pas douter qu’il s’agit de sa propre sœur jumelle dont elle ignorait l’existence.

Les deux sœurs étant interprétées par la même comédienne, le tournage en studio était indispensable pour assurer les raccords lumière nécessaire aux trucages des jumelles. François Emmanuelli, chef décorateur, a construit le décor principal, un appartement, au studio de Bry. Pour des raisons budgétaires, nous avons choisi pour les découvertes, selon les axes, du fond vert ou une photo en grand format sur velum. Cela nous permettait, dans certains plans, de ne pas avoir de VFX et d’utiliser uniquement pour la large baie vitrée un fond vert avec des vues de Paris.

Anne a une vision très précise de son film, des intentions de jeu, des déplacements. En préparation, nous avons découpé chaque séquence et pré-minuté chaque plan pour anticiper l’implication sur la postproduction, il s’agissait de prévoir si nous aurions du fond vert ou une double passe dans le plan. Ce découpage était aussi nécessaire pour une organisation très méthodique des journées avec nos jumelles.
En général, nous tournions le matin les plans de Mathilde Seigner avec prothèse maquillage /SFX et l’après-midi, les plans de la sœur jumelle, (Mathilde sans prothèse). Il s’agissait alors de retrouver les raccords lumière. Notre installation d’éclairage en studio était composée de grosses sources HMI et de LEDs, sur système Connect-one/Luminair pour la mémorisation des effets.

En dehors des plans "classiques" avec une doublure en amorce, nous avons tourné quelques plans réunissant les deux sœurs en cache-contre-cache numérique, parfois en mouvement ou avec interaction entre les deux personnages, nous n’avons pas utilisé de "motion control". Nous avons souhaité conserver dans notre façon de filmer le plus de vie et de mouvement. Nous souhaitions éviter de révéler les trucages avec des plans trop statiques, une grande partie du film a donc été tournée à l’épaule ou au Steadicam.
Le film a été tourné en trente-cinq jours, dont quatre semaines à Bry, où nous avons également tourné les séquences "du film dans le film", sur d’autres plateaux et dans les loges. J’ai beaucoup apprécié le studio, la possibilité de pouvoir discuter de l’agencement, la maîtrise des volumes et des teintes du décor furent un vrai plaisir artistique.
La postproduction suivie par Digital Color et Digital District (pour la partie VFX) fut aussi une belle collaboration.

Bande-annonce officielle

https://youtu.be/nWBuBMd3ISY

Portfolio

Équipe

Cadreur : Patrick De Ranter
Assistants caméra : Delphine Desbruères, Denis Garnier, Emma Chenet
Chef électricien : Xavier Renaudot
Chef machiniste : Stéphane Rouillon

Technique

Matériel caméra : Next Shot (deux Arri Alexa Mini, série Leica Summilux, zoom Angénieux Optimo 28-76 mm)
Lumière : Transpalux
Laboratoire : Digital Color
Étalonneur : Julien Bodart