Parution des "As de la manivelle", de Priska Morrissey

Le métier d’opérateur de prises de vues cinématographiques en France (1895-1930)

Contre-Champ AFC n°329

« Tourneurs de manivelle », « as de la manivelle », « tourneurs de moulins à café » : autant d’expressions qui renvoient au métier d’opérateur de prise de vues cinématographiques dont Les As de la manivelle, livre de Priska Morrissey paru en janvier, vise à retracer l’histoire inédite.

Quelles furent les possibilités d’existence de ce métier ? De quelles tâches concrètes l’opérateur était-il responsable avant, pendant et après le tournage ? Comment ces tâches ont-elles évolué entre les premiers tours de manivelle demandés aux employés des frères Lumière et la généralisation du parlant ?

Autant de questions dont s’empare cette étude. S’appuyant sur le dépouillement de nombreux fonds d’archives, de la presse spécialisée comme sur l’analyse de photographies de tournage et de films, l’autrice rend compte des réalités d’un métier essentiel au processus de création cinématographique. Gestes, pratiques et savoir-faire sont recontextualisés dans une histoire des techniques, dans une histoire des formes comme dans une histoire de l’organisation de la production des films. Cet ouvrage s’intéresse particulièrement au processus de professionnalisation des opérateurs : l’histoire des groupements professionnels et syndicaux, la mise en place des premières écoles ou encore les représentations de l’opérateur. C’est tout à la fois l’histoire d’un métier, d’une figure et celle d’un groupe qui, riche des trajectoires singulières des hommes qui le composent, est ici envisagé dans sa pluralité.

Tournage en 1903
Tournage en 1903
Photographie prise par Léancour (DR) parue dans Photo Pêle-Mèle, n°4, 25 juillet 1903 : « Lorsque la répétition [des artistes] a été bonne, chacun se met à son poste : les acteurs à leur place, le cinématographiste à son appareil, et, sur un signe du chef, la séance commence ». Il s’agit peut-être du tournage d’Epopée napoléonienne : Napoléon Bonaparte (Lucien Longuet, Pathé frères, 1903)

Cette étude richement illustrée est accompagnée d’un DVD (sept films ou documents audiovisuels mettant en scène des opérateurs).

Priska Morrissey est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université Rennes 2, membre de l’unité de recherche Arts : Pratiques et Poétiques (EA3208) et chercheuse associée à l’UMR Thalim (CNRS, ENS, Paris 3). Elle a codirigé deux numéros spéciaux de 1895, revue d’histoire du cinéma, respectivement consacrés à l’histoire des métiers du cinéma en France avant 1945 (avec Laurent Le Forestier, 2011) et à l’histoire des procédés couleur avant la fin des années 1950 (avec Céline Ruivo, hiver 2013).

Les As de la manivelle, de Priska Morrissey
Éditions de l’AFRHC
462 pages / 183 illustrations / 1 CD-Rom

  • Informations complémentaires, table des matières et extraits sur le site de l’AFRHC (Association française de recherche sur l’histoire du cinéma).

En vignette de cet article, image recadrée de la couverture. Photographie de tournage d’Un jour au large (Jean Grémillon, 1926). Le film fut photographié par Lucien Le Saint dont on reconnaît la silhouette près de l’appareil de prise de vues.