Que sont devenus Magali, Benoît, Jérôme, Nathalie, Brahim… ?

Par Frédéric Serve, AFC
Il y a une quinzaine d’années (déjà…), j’ai travaillé sur un beau documentaire qui explorait la langue mystérieuse des sourds–aveugles. Ce très beau film, réalisé par Laetitia Mikles, montrait toute l’humanité d’individus qui, simplement, ne communiquent pas comme nous, n’agissent pas comme nous : hors de nos repères visuels et sonores, leur façon d’être pouvait paraître surprenant, voire dérangeante.

L’image qu’ils renvoyaient n’ayant aucun sens, il y avait dans leurs mouvements quelque chose qui pouvait nous mettre à distance de leur simple humanité.
Nous avions fait le choix de tourner ce film en pellicule. En Super 16. Le choix de la pellicule était un geste courageux (ne serait-ce que pour des raisons de production…), mais c’était d’abord et avant tout un choix éthique, esthétique, politique : nous étions en 2004 et nous voulions le meilleur choix de reproduction d’image possible. Nous leur devions une forme de... partage. Je dirais un partage de dignité esthétique.
Peu à peu, le film mettait le spectateur face à la simple humanité de Magali, Benoît, Jérôme, Nathalie, Brahim. Nous finissions, non pas par comprendre toute la complexité de cette langue mystérieuse mais par ressentir les émotions qui s’échangeaient : l’apprentissage, la jalousie, l’amour…

Touchée a été développé, étalonné, par le laboratoire GTC. Il a eu une belle vie en son temps.
Aujourd’hui la réalisatrice constate l’émergence d’une renaissance pour ce film, à nouveau très demandé. Il existe une copie 35 mm, et quelques copies SD. La nécessité de faire un DCP a donc été évoquée.
Seulement voilà : où est le négatif ?
Après enquête (dont je vous passe les rebondissements : finalement personne ne sait ce que ce sont vraiment devenus ces négatifs…) voici là où nous en sommes. Il semblerait que le stock de GTC se soit en partie retrouvé chez Éclair, on ne sait où. Nous sommes en attente d’un hypothétique retour du côté de ce qui reste de la société Éclair si mal en point (si l’information quant au fait qu’ils auraient le négatif est bien exacte).
L’étalonnage argentique est évidemment perdu.
Nous avons aussi découvert qu’en ce qui concerne les stocks de LTC ce serait pire encore : les négatifs seraient dans un hangar du côté d’Épinal.
Sensation de terre brûlée, difficultés incroyables pour retrouver les négatifs, stockage de ce qui a été récupéré vu comme un purgatoire...
Avec la chute des labos, on est en train de perdre sans tambour ni trompette bon nombre de films.
Que sont donc devenus Magali, Benoît, Jérôme, Nathalie, Brahim ?
Qu’est devenu ce partage de dignité esthétique ?

Touchée, de Laetitia Mikles (Qualia films), monté par Anne Souriou