Rémi Waterhouse

Réalisation
Scénario

Résultats de la recherche

Films (100)

|

Articles (41)

L’éditorial de la Lettre de juin 2015 N° 5
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

L’exposition "Lumière" au Grand Palais nous replonge aux sources de ce qui fait notre métier. Depuis plus de cent ans maintenant, les opérateurs rendent compte de l’état du monde. Dans ces premières images en mouvement se tient déjà la force d’un art. Aujourd’hui paraît Lumières n° 5. N° 5, comme un parfum envoûtant de cinéma et de lumière !

L’éditorial de la Lettre de mai 2015 Ouverture
Par Nathalie Durand, Laurent Chalet et Vincent Mathias, coprésidents de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

L’ouverture, nous en parlons souvent. L’ouverture vers les nouveaux talents, vers ceux dont la filmographie se situe hors des sentiers battus, vers un cinéma reflet d’une société en constante évolution. Force est de reconnaître que l’AFC est reconnue, écoutée. Elle est associée au cinéma de qualité, à une profession qui affirme ses spécificités et qui veut tirer les films toujours vers le haut.

Autoportrait d’un peintre, filmé image par image avec un Canon 5D
Par François Catonné, AFC

Rencontres, Projections, Diffusions

Avec Albert Sauteur, peintre suisse installé près de Fribourg, nous avons décidé en 2011 de réaliser une expérience, peut-être unique : qu’il peigne son autoportrait et qu’on le filme image par image, depuis le blanc de la toile jusqu’à l’œuvre terminée. Cet autoportrait, il l’a commencé en octobre 2011, achevé en mai 2012, après sept mois et 107 séances de travail.

Jérôme Alméras au sein de l’AFC
Par Patrick Blossier, AFC

Nouveaux venus à l’AFC

A l’occasion de l’une de ses dernières réunions, le conseil d’administration de l’AFC a décidé d’admettre au sein de l’association le directeur de la photographie Jérôme Alméras en tant que membre actif. Qu’il soit chaleureusement accueilli !
Selon l’usage, Patrick Blossier nous présente Jérôme en quelques lignes.

L’éditorial de la Lettre de septembre 2015
Par Nathalie Durand, AFC

Editoriaux de la Lettre

Quand j’étais assistante, je me souviens de ces séances de rushes après la journée de tournage, prendre le scooter, la voiture, aller jusqu’à Epinay, monter les escaliers qui mènent à la salle de projection, attendre le ventre noué, le noir qui se fait, le premier clap, les images brutes, sans son, la découverte des plans tournés la veille, le soulagement quand le point est là, l’envie de se fondre dans le noir quand il n’y est pas. Voilà, pour moi c’est ça les premiers souvenirs d’Eclair.

AFC Newsletter Editorial, September 2015
By Nathalie Durand, co-president of the AFC

Editoriaux de la Lettre

When I was a camera assistant, I remember watching the dailies at the end of a day of shooting. I would take my scooter or my car, go to Epinay, go up the stairs that led to the screening room, where I would wait with a knot in my stomach for the room to go dark and see the raw images, with no sound, where I would see the scenes we had shot the previous day, and my relief when we had gotten it right, and the desire to melt into the darkness when we hadn’t. Those are my first memories of Éclair.

L’âme des Summilux ou une visite chez CW Sonderoptic - Leica
Par Rémy Chevrin et Nathalie Durand, membres de l’AFC

Technique

Une invitation lancée par Gerhard Baier, dirigeant de CW Sonderoptic, relayée par son représentant en France Tommaso Vergallo, la sortie d’un nouveau boîtier chez Leica, partenaire de CW Sonderoptic fabricants de la série Summilux-C, tout était réuni pour profiter pleinement des installations de cette entreprise dynamique installée non loin de Francfort dans la région de la Hessen en Allemagne.

L’éditorial de la Lettre de mars 2017
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

« Je me sens chez moi ! » C’est par ces mots qu’Andres Torres, président de l’AEC, association espagnole des directeurs de la photographie, a exprimé son ressenti à la visite du Micro Salon 2017. Nos amis espagnols de l’AEC étaient venus observer, s’inspirer pour organiser leur premier Micro Salon à Madrid. Et ils nous sollicitent pour une "Carta Blanca" à l’AFC en décembre prochain…

L’éditorial de la Lettre d’octobre 2016
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

La Machine Cinéma, concoctée à la Cinémathèque française par Laurent Mannoni, nous transporte dans l’histoire du cinéma. L’art qui dépend le plus de la technique, lié à l’industrie. Un art collectif aussi, les cinéastes s’entourant dans la majorité des cas de collaborateurs essentiels dans le processus créatif. Et un art sans cesse en évolution. Les outils toujours nouveaux façonnant de nouvelles écritures.

L’éditorial de la Lettre de juin 2016
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

Cannes met en lumière le cinéma d’auteur. Mais comme le dit Christian Mungiu : « Le temps d’exploitation d’un film est de plus en plus bref… Le cinéma d’auteur n’existera pas à moins de faire un effort. Il faut éduquer les jeunes. Ce que nous faisons est difficile, il faut pouvoir l’expliquer. Le Festival de Cannes s’en assure déjà. Il est important de poursuivre ces efforts, de découvrir les films des jeunes réalisateurs et d’encourager le cinéma d’art et d’essai. »

Firefly Cinema, un nouveau membre associé rejoint l’AFC

Nouveaux venus à l’AFC

Lors de sa dernière réunion, le CA de l’AFC a décidé d’admettre un nouveau membre associé, la société Firefly Cinema, au sein de l’association. Cogérée par Philippe Reinaudo et Luc Guénard, spécialisée dans le développement de logiciels, elle offre des solutions innovantes du tournage à la postproduction. L’un de ses deux parrains, Nathalie Durand, AFC, fait ci-après les présentations d’usage.

L’éditorial de la Lettre de mars 2016
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

Je pourrais parler de Carol, de la beauté du Super 16 et du travail formidable d’Ed Lachman, de Ce sentiment de l’été, filmé par Sébastien Buchmann en Super 16 et de ses couleurs, des 8 salopards, de Tarantino et son 70 mm, du plaisir de revoir Le Vent nous emportera, filmé par Mahmoud Kalari, bref de tous ces bijoux qui nous réjouissent dans cet écrin qu’est la pellicule.

L’éditorial de la Lettre de décembre 2015
Par Nathalie Durand, AFC

Editoriaux de la Lettre

« Le cinéma sert à représenter les fractures et les questionnements, à leur donner une forme. » Thomas Bidegain, à propos de son film Les Cowboys Depuis que l’homme existe la culture a toujours été le ciment de la civilisation. Depuis ce sinistre vendredi 13 novembre, règne un climat étrange à Paris. Bien sûr, il y a plus de police, plus d’armée, plus de kalachnikov mais plus de convivialité aussi. Comme si nous, témoins proches de ces attentats, recherchions dans l’échange, même le plus ténu, ce besoin (...)

François Catonné parle de son travail sur "Boxes" de Jane Birkin
Sélection officielle, hors compétition

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Une histoire de boîtes. Les boîtes dans lesquelles nous rangeons nos souvenirs, les boîtes pour les transporter, les boîtes qui restent au milieu du salon attendant d’être, enfin, déballées. Toutes ces boîtes à souvenirs sont mises en scène par Jane Birkin. Une foule d’acteurs pour l’accompagner dans ce voyage, dans le passé, dans le présent. Un lieu unique en Bretagne, une maison de famille, Jane interprétant son propre rôle, dans sa propre maison.
François Catonné l’a également accompagnée dans ce voyage si personnel, si atemporel.

En pensant à Claude Ruellan
par François Catonné

Claude Ruellan

On n’imagine pas l’importance qu’a eue Claude Ruellan pour beaucoup d’entre nous.
Quand j’étais assistant les caméras étaient peu fiables, et il y avait toujours quelque chose qui finissait par clocher dans les réglages. C’était toujours la veille du tournage qu’on découvrait un nouveau pépin, un défaut qui allait forcément mettre le film en péril.

Entretien avec Patrick Blossier

Les Entretiens AFC

Patrick Blossier : Moi je n’ai pas appris la lumière en étant assistant. J’étais vraiment concentré sur mon boulot, et je n’ai pas eu le temps de voir ou d’apprécier la lumière des opérateurs avec lesquels je travaillais, qui n’étaient pas très intéressants, à l’exception de Luciano Tovoli. C’est lui qui m’a donné le goût de faire de la lumière. Je n’avais pas le temps de voir comment il faisait, mais c’est juste le plaisir qu’il avait l’air de prendre dans son travail qui m’a donné envie de le faire... Après quoi j’ai fait des courts métrages, j’ai filmé des (...)

Références, clichés et exercices de style
par Lucie Adalid, David Chizallet, Louise Courcier, Matthieu-David Cournot, Samuel Lahu et Julien Poupard

Les Entretiens AFC

Les étudiants du département Image à La fémis nous proposent ce mois-ci un entretien entre William Lubchtansky et Patrick Blossier.

La lumière de votre dernier film, Petites coupures de Pascal Bonitzer, nous paraît être un intéressant point de départ pour aborder votre travail parce qu’elle rassemble des caractéristiques de ce qu’on pourrait appeler votre style, votre sensibilité ou votre recherche : une image très dense, un travail d’atmosphère à partir de la lumière naturelle, qui nous plonge progressivement dans le fantastique.
Comment s’est effectuée l’élaboration de ces différentes atmosphères ?

Les Revenants

Billets d’humeur

  • Série Canal + (8 fois 55 minutes)
  • Production : Haut et Court
  • Réalisation : Fabrice Gobert (Simon Werner a disparu).

J’ai tourné cette année une série pour Canal + en Alexa.
Les Revenants seront programmés mi-novembre et je vous invite à les regarder.
J’ai fait sur cette série destinée à la télé plus de " cinéma " que sur beaucoup de longs métrages...
Je ne pensais pas que la télévision et le numérique m’apporteraient autant de satisfaction dans mon travail autour de l’image.
Troublant non ?
Patrick Blossier AFC

Entretien avec Evelyne Madaoui : RVZ, de nouvelles dimensions

Entretiens avec les partenaires "industries techniques" de l’AFC

Depuis le 29 mars 2016, le siège de RVZ est installé dans un nouveau site à Ivry-sur-Seine. Profitant de l’occasion quelques jours avant le déménagement des locaux de Malakoff, nous avons demandé à Eveline Madaoui de nous présenter sa maison de location d’une part et la réorganisation de chacun des services fournis selon les espaces tels qu’ils ont été aménagés d’autre part. (ND et JNF)