Cinémathèque française, la saison 2020-2021 présentée

La Lettre AFC n°312

Présentant habituellement sa saison à venir au milieu de l’été, la Cinémathèque française vient d’en dévoiler la programmation 2020-2021. Comme de coutume, ce lieu-culte propose un foisonnement d’évènements comprenant ouvertures d’un musée et de studios, expositions – parfois itinérantes –, rétrospectives – pas moins d’une trentaine –, reprises de festivals, entre autres programmes réguliers et activités pédagogiques. L’occasion de voir ou revoir d’innombrables films, photographiés par une crème d’opérateurs de renom ou méconnus. Voici un aperçu de cette saison qui débute...

Rétrospectives

  • Automne
    • Louis de Funès (1914-1983) et exposition – 2 septembre - 28 février
    • Gérard Oury (1919-2006) – 2 septembre - 25 octobre
    • Don Siegel (1912-1991) – 3 septembre -12 octobre
    • Léonide Moguy (1899-1976) – 2 septembre - 24 septembre
    • Andreï Kontchalovski – 14 septembre - 17 octobre
    • Luis Buñuel (1900-1983) – 30 septembre - 1er novembre
    • Jean-Claude Carrière, en sa présence – 4 octobre - 7 novembre
    • Pionnières du cinéma soviétique – 14 - 29 octobre
    • Hiroshi Shimizu (1903-1966) – 28 octobre - 29 novembre
    • Elizabeth Taylor (1932-2011) – 4 novembre - 30 novembre

Et aussi...

  • La Semaine de la Critique hors-les-murs – 16 octobre - 18 octobre
  • Les Studios de la Cinémathèque – ouverture octobre 2020 –, de nouveaux espaces pour faire du cinéma à la Cinémathèque
  • Plein les yeux 4 – 16 décembre - 3 janvier
  • Musée Méliès – ouverture le mercredi 13 janvier 2021 –, nouveau parcours permanent de la Cinémathèque française, exposition permanente
  • Festival de Gérardmer 2021 – 3 février - 7 février
  • Toute la mémoire du monde, 9e édition du Festival international du film restauré – 3 mars - 7 mars
  • Reprise de la Semaine de la Critique
  • Ozploitation !, dans le cadre de Australia Now !
    Sur le tournage de "Père et fils"

A noter, comme nous le signale notre membre consultant Marc Salomon, parmi les choses intéressantes et rares du programme "Pionnières du cinéma soviétique", Père et fils (1936), de Margarita Barskaïa, photographié par le Français Louis Forestier, installé en Russie depuis 1910 !