Décès du directeur de la photographie Bruno de Keyzer, BSC

La Lettre AFC n°299

[English] [français]

Nous avons appris avec tristesse la nouvelle du décès de notre confrère Bruno de Keyzer, BSC, survenu mardi 25 juin 2019 à Villerville (Calvados), dans sa soixante-et-onzième année. Personnalité vive, non dénuée de charme ni de talent, il aura accompagné, durant les trente-cinq ans de sa carrière d’opérateur en France et Outre-Manche, nombre de réalisateurs tels que, pour ne citer qu’eux, Mark Peploe, Arturo Ripstein, Jerry Schatzberg ou Bertrand Tavernier, pour qui il a signé six films à la photographie.

Né le 11 août 1949, Bruno de Keyzer débute en tant que 2e assistant opérateur aux côtés de Sven Nykvist et François Catonné sur Black Moon, de Louis Malle, en 1975, puis du Locataire, de Roman Polanski, en 1976. Il assistera par la suite Robert Fraisse et Bernard Zitzermann, ainsi que Pasqualino De Santis et Aldo Tonti, entre autres.
En 1984, il signe la photographie lumineuse et "césarisée" d’Un dimanche à la campagne, de Bertrand Tavernier, entamant ainsi une collaboration qui durera jusqu’au tournage de La Princesse de Montpensier, en 2010. Entre ces deux films, ils tourneront ensemble Autour de minuit (1986), La Passion Béatrice (1987), La Vie et rien d’autre (1989) et Dans la brume électrique (2007).

Bruno de Keyzer

Le boulot du directeur de la photo, c’est d’éclairer des émotions
« Ce qu’il faut, c’est coller à l’histoire. Le premier boulot d’un directeur de la photo, ce n’est pas d’éclairer des décors, c’est de comprendre l’histoire qu’il tourne et d’essayer de se mettre à son service. A partir de là, tout est simple. La photo arrive après. Nous, on n’éclaire pas des décors, on éclaire des émotions. La photo est réussie quand on a compris l’histoire et qu’on est juste par rapport à elle. Dans la littérature, chaque lecteur s’imagine quelque chose, au cinéma, on impose une vision d’un décor, donc on doit être juste. Si l’on est juste, on est pas trop loin de la réussite. » (Extrait de morceaux choisis d’une discussion avec Bruno de Keyzer à l’occasion de la projection, le 5 avril 2011, du film Dans la brume électrique au Ciné-club de l’Ecole Louis-Lumière)

Bruno de Keyzer sur le tournage de "Dans la brume électrique", en 2007

On pourra aussi noter, entre autres collaborations, celles avec Ariel Zeitoun (Souvenirs souvenirs, en 1984, Saxo, en 1988), Caroline Huppet (Signé Charlotte, en 1984), Jerry Schatzberg (L’Ami retrouvé, en 1989), Francis Girod (Lacenaire, en 1990), Claire Devers (Max & Jérémie, en 1992), Arturo Ripstein (La Reine de la nuit, en 1984), Volker Schlöndorff (Le Roi des aulnes, en 1996), Jerry Schatzberg (The Day the Ponies Come Back, en 2000), Emmanuelle Cuau (Très bien, merci), en 2005.

« Directeur de la photo, c’est comme rugbyman, il faut avoir l’intelligence du jeu. On ne va pas trahir le réalisateur, on va essayer d’avoir la même lecture de la scène que lui donc quand on a une idée, on va lui en parler. Le style d’un film est entièrement décidé avant le premier jour de tournage. Avec le réalisateur, on sait ce que l’on doit faire, ce que l’on ne doit pas faire. On en parle même plus. A partir de là, chaque jour, le réalisateur décide de tirer des acteurs ce dont il a envie. Et moi il faut que je lise dans les yeux des acteurs la manière dont il vont rendre ce que le réalisateur veut. J’ai une lecture visuelle. » (Extrait des morceaux choisis déjà cités)

Outre le César de la Meilleure photo en 1985 pour Un dimanche à la campagne, Bruno de Keyzer était nommé en 1989 pour La Vie et rien d’autre et en 2010, pour La Princesse de Montpensier. En février 2012, il était nommé chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres, décoration qu’il recevait des mains de Joëlle Bellon à la mairie de Villerville.

A signaler enfin sa participation à une Master Class organisée en octobre 2015 à Bucarest par la RSC (Association roumaine des directeurs de la photographie) et soutenue par Aaton/Transvideo, Angénieux et K5600 Lighting.

  • Lire un entretien à propos de son travail sur La Princesse de Montpensier publié en anglais par Benjamin B. sur le blog que ce dernier tient sur le site Internet de l’ASC.
  • Lire un entretien, datant de septembre 2013, dans lequel il parle brièvement de sa carrière, de son métier, de l’une de ses passions, sur le site Internet de Ouest-France.

Dans le portfolio ci-dessous, quelques photos de Bruno de Keyzer, prises certainement à Londres dans les années 1990 (photo 1), sur le tournage de Dans la brume électrique, en 2007 (photo 2), sur La Princesse de Montpensier, en 2010 (photo 3), et lors de la Master Class à Bucarest, en 2015 (photos 4, 5 et 6). Merci à Sylvaine de Keyzer, Jean-Yves Le Poulain et Marc Galerne.