En mémoire de Pierre Viot, ancien président du Festival de Cannes

La Lettre AFC n°312

Personnage oublié de nos jours – il avait été directeur du CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) dans les années 1970 et président du Festival de Cannes entre 1984 et 2000 –, Pierre Viot s’est éteint, jeudi 6 août 2020, à l’âge de 95 ans. Ayant été l’un de ceux qui ont permis à l’un de ses directeurs de la photographie de siéger tour à tour au jury de la Caméra d’or, et ce depuis vingt ans, l’AFC se devait de lui rendre hommage aujourd’hui.

Ayant entamé une carrière dans la fonction publique, Pierre Viot est nommé, en 1973, directeur du CNC, où il doit faire face à une baisse significative de la fréquentation dans les salles (divisée par deux depuis la fin des années 1950) et à une pénurie de ressources, tout en œuvrant malgré tout pour un rapprochement entre le cinéma et la télévision. Il œuvre également pour un autre rapprochement, celui entre le CNC et la profession cinématographique.
En 1984, Pierre Viot quitte le CNC et, peu de temps après, est élu par le conseil d’administration du Festival de Cannes à la direction de la manifestation cannoise. Il travaillera alors, de conserve avec Gilles Jacob, délégué général du Festival, à sa rénovation, afin de lutter contre la rivalité des festivals existants et des nouveaux venus, aux sections parallèles prenant de l’importance. Il crée, par exemple, la section Un certain regard et fait en sorte que le Festival soit plus visible dans les médias, s’assurant du partenariat, entre autres, de la chaîne Canal+ qui retransmet les cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que la montée des marches, à laquelle il tient à participer chaque soir.

C’est dans ces années-là – en 1996 exactement – qu’à l’intérieur de l’AFC a circulé l’idée de l’éventuelle présence d’un membre de l’association au sein du jury de la Caméra d’or. Une caméra, qu’elle soit ou non d’or, sans directeur de la photo à son côté, nous semblait peu banal, voire inconcevable...
L’année suivante, Pierre-William Glenn, venant d’être élu à la présidence de l’AFC, prit rendez-vous avec Pierre Viot et, accompagné par deux ou trois d’entre nous, lui fit part de notre souhait le plus cher. Grâce à son écoute et à son appui, à ceux de Gilles Jacob, Marc Tessier, directeur général du CNC, René Fauvel, président de la CST, et Monique Koudrine, directrice de la division cinéma et télévision de Kodak, alors partenaire de la Caméra d’or, l’idée fit son chemin. En mai 2000, nos vœux furent exhaussés avec le choix par le Festival de Yorgos Arvanitis, AFC, GSC, premier d’une liste de vingt directrices et directeurs de la photographie invités à faire partie, jusqu’à l’an dernier, du jury de la Caméra d’or.

Rendre hommage à Pierre Viot était, nécessairement, la moindre des choses que l’on put faire en son souvenir.

(Note rédigée par Jean-Noël Ferragut, AFC – Sources Le Monde du mardi 11 août 2020 et archives AFC)

En vignette de cet article, Pierre Viot, à gauche, et Gilles Jacob présentant l’affiche du Festival de Cannes, en 1986 - Archives AFP - Photo Pierre Verdy