Le meilleur d’entre nous !

Par Caroline Champetier, AFC
Quand on rentrait dans la famille, il y avait les parents, chacun choisissait le sien, François Truffaut, Jacques Rivette, JLG… Il y avait les tantes, Suzanne Shiffman, Lydie Mayas, les oncles, les neveux et les nièces. Jean-François était le neveu adoré, non pas fils adoptif, comme Jean-Pierre Léaud, il venait d’ailleurs, de son Jura natal et tant aimé, et des films de Cassavettes et John Boorman.

Les nièces, Juliette Berto, Moune Jamet, Bulle Ogier, étaient folles de Jean-François, il était drôle et poétique, et ressemblait à Marlon Brando.
Un jour, il y eut Passe-montagne, dont la genèse et le tournage ont été si bien racontés par Yann Dedet dans Le Point de vue du lapin.
Ça a été une déflagration. Comme si un neveu Corleone avait fait le casse du siècle.
D’un coup tout changeait, la famille explosait, les parents, oncles et tantes, ont essayé de garder la tête haute mais une autre famille s’était constituée, pas vraiment rivale mais ô combien aventureuse, sauvage, libre et comme la première folle de cinéma !
Tous les Patrick, Yann, Stéphanie, Bruno, Jacques, Arnaud, Patricia ont suivi ce neveu magnifique parti le 27 juillet retrouver certains d’entre eux, les autres, ceux qui restent savent qu’ils devront raconter l’histoire.

Yann Dedet, à la table, et Jean-François Stévenin pendant le montage de "Double messieurs", en 1986
Yann Dedet, à la table, et Jean-François Stévenin pendant le montage de "Double messieurs", en 1986
Photo Caroline Champetier