Retour sur la Caméra d’or 2017

Par Patrick Blossier, AFC
Une fois dépassées les obligations protocolaires (montées des marches incontournables, costume et nœud papillon obligatoires, photocalls et dîners interminables), l’expérience est inoubliable. Je vous conseille tous, toutes, d’y participer si l’occasion se présente.
Le jury de la Caméra d’or lors d’une séance de photocall

Sur les sept membres du jury, trois sont nommés par la direction du festival : la présidente Sandrine Kiberlain (comédienne), Elodie Bouchez (comédienne) et Michel Merkt (producteur). Les quatre autres sont choisis au sein de la corporation.
SRF : Guillaume Brac (réalisateur), FICAM : Thibault Carterot (gérant du labo M141), SFCC (Syndicat français de la critique de cinéma) : Fabien Gaffez, et un membre de l’AFC.

Les membres du jury en bas des marches
De g. à d. : Sandrine Kiberlain, Thibault Carterot, Guillaume Brac, Michel Merkt, Elodie Bouchez, Patrick Blossier et Fabien Gaffez

Cette année vingt-cinq films, toutes sélections confondues, concouraient pour la Caméra d’or. Onze films ont retenu notre attention. La totalité des films présentés a la semaine de la critique (six films), deux films de la Quinzaine et trois films de la Sélection officielle.

Semaine de la critique :
- Oh Lucy !, de Atsuko Hirayanagi, photographié par Paula Huidobro, Japon
- Ava, de Léa Mysius, photographié par Paul Guilhaume, France
- La Familia, de Gustavo Rondon Cordova, photographié par Luis Armando Arteaga, Vénézuela
- Theran Taboo, d’Ali Soozandeh, photographié par Martin Gschlacht, Allemagne (VO en perse)
- Brigsbea Bear, de Dave McCary, photographié par Christian Sprenger, Etats-Unis
- Petit paysan, photographié par Sébastien Goepfert, France

Quinzaine des réalisateurs :
- Cuori puri, de Robert de Paolis, photographié par Claudio Cofrancesco, Italie
- I Am Not a Witch, de Rungano Nyoni, photographié par David Gallego, Grande-Bretagne, Zambie

Sélection officielle, Un Certain Regard :
- Tesnota, de Kantemir Balagov, photographié par Artem Emelyanov, Russie
- Jeune femme, de Léonor Serraille, photographié par Emilie Noblet, France
- They, d’Anahita Ghazvinizadeh, photographié par Carolina Costa, USA

Huit films français et trois films étrangers. Cette première sélection s’est faite tout naturellement et unanimement. Chaque film avait au moins un ardent défenseur dans le jury. Après, ça s’est compliqué puisqu’un seul de ces onze films devait recevoir la Caméra d’or. La direction du festival était formelle, pas de mention spéciale, pas d’ex æquo. Un prix, un seul, un peu comme en politique en ce moment : Un seul gagnant.
Le jury se réunissait tous les deux jours pour faire le point. Les discussions ont été vives mais bienveillantes. Au début de la délibération finale quatre films restaient en lice. : Cuori puri, I Am Not a Witch, Tesnota et Jeune femme. Au terme de la délibération deux films semblaient ne pas pouvoir être départagés : Tesnota et Jeune femme. Tesnota avait entre temps reçu le FIPRESCI (Prix de la critique internationale), il a fallu trancher, la voix de la présidente a fait pencher le choix vers Jeune femme.

Laetitia Dosch, Léonor Séraille et Sandrine Kiberlain