Rétrospective Pierre Lhomme, AFC, à la Cinémathèque française

[English] [français]

La Cinémathèque française programme, du 1er octobre au 5 novembre 2008, un cycle de films en hommage au directeur de la photographie Pierre Lhomme. Dans son texte de présentation, Le Chemin de la lumière, Serge Toubiana retrace le parcours de Pierre. En voici quelques extraits. « Après Giuseppe Rotunno et Raoul Coutard, c’est à Pierre Lhomme que rend hommage la Cinémathèque française. Comme une manière d’entrer dans le cinéma, non par la porte des réalisateurs, mais par la plus belle des fenêtres : celle de la lumière. Voie royale de ceux qui " fabriquent " la lumière des films. »

« Pierre Lhomme a été un des plus grands directeurs de la photographie du cinéma français durant les quatre dernières décennies. Son parcours est passionnant à suivre, depuis ses années de formation dans les années cinquante à l’école Louis-Lumière (dite alors " Ecole Vaugirard " parce qu’installée dans la rue du même nom à Paris). Ses maîtres se nomment alors Henri Alekan, Nicolas Hayer, et surtout Ghislain Cloquet. […]
Ses débuts au cinéma coïncident avec ceux d’Alain Cavalier. Les deux hommes, après l’IDHEC et Vaugirard, se retrouvent au Service Cinématographiques des Armées. Cavalier tourne en 1958 un court métrage Un Américain, produit par AJYM Films, la société de production de Claude Chabrol. Pierre Lhomme en est le chef opérateur, assisté de Yann Le Masson. Et Maurice Pialat est l’assistant de Cavalier. Beau film en noir et blanc à découvrir. Lhomme collabore au premier long métrage réalisé par Alain Cavalier : Le Combat dans l’île (1962). Les deux hommes se retrouveront sur Mise à sac (1967) et La Chamade (1968). L’aventure professionnelle de Lhomme se place également sous le signe de la politique et de l’engagement. Viscéralement anticolonialiste, Pierre Lhomme est militant au tout début des années soixante. Sa collaboration avec Chris Marker en atteste ; les deux hommes coréalisent Le Joli mai (1962), se retrouveront en 1968 sur A bientôt j’espère (réalisé par Marker et Mario Marret), plus tard sur La Solitude du chanteur de fond (1974). Aujourd’hui encore, Marker et Lhomme se voient régulièrement, discutent du cinéma et des nouveaux outils liés au cinéma numérique…

[…] Cette trajectoire de la lumière, sobre et sophistiquée, attentive aux personnages et à leur psychologie, fera faire à Pierre Lhomme de belles rencontres. […] Il faudrait également citer Benoît Jacquot, Jacques Doillon, William Klein, Francis Girod, Bertrand Blier, James Ivory… Pierre Lhomme aura traversé le cinéma français de part en part, contribuant à éclairer avec un talent incroyable plusieurs dizaines de films qui dessinent une incroyable aventure cinématographique. »

Au programme, une trentaine de longs métrages photographiés par Pierre – dont Quatre nuits d’un rêveur de Robert Bresson, le dimanche 5 octobre 2008 à 19 heures, salle Henri Langlois –, quelques courts métrages et la projection du Feu follet de Louis Malle et du Trou de Jacques Becker en hommage à Ghislain Cloquet.
Signalons quatre films que Pierre a souhaité sortir de l’oubli et dont une copie neuve a été tirée à sa demande :
- Mise à sac d’Alain Cavalier
Copie neuve étalonnée par Pierre Lhomme et la Cinémathèque française avec le soutien de Kodak. A cette occasion, Pierre Lhomme, un responsable de laboratoires et un fabricant de pellicules évoqueront la question décisive et mal connue de l’étalonnage des copies. Mais aussi, les enjeux liés à la conservation du cinéma contemporain, la nécessité de continuer à fabriquer de la pellicule à l’ère du tout numérique…
Jeudi 23 octobre 2008 à 20 heures, salle Henri Langlois
Dimanche 2 novembre 2008 à 21h30, salle Georges Franju

- Les Enfants du placard de Benoît Jacquot, copie neuve avec le soutien de la Cinémathèque française
Mercredi 29 octobre 2008 à 21h30, salle Georges Franju

- La Chair de l’orchidée de Patrice Chéreau
Mercredi 1er octobre 2008 à 20 heures, salle Henri Langlois
Mercredi 5 novembre 2008 à 21 heures, salle Henri Langlois
Copie neuve restaurée grâce aux Archives du film et au producteur Vincent Malle

- L’Ombre des châteaux de Daniel Duval
Dimanche 12 octobre 2008 à 19h30, salle Georges Franju
Copie neuve restaurée grâce au producteur Michel Seydoux.
Cette rétrospective est réalisée avec le soutien de Kodak.

L’expérience-cinéma : les visages en lumière
A l’occasion de l’hommage rendu à Pierre Lhomme, un stage d’une journée en sa présence, animé par Jean Breschand (critique et cinéaste) pour aborder le travail du cadre et de la lumière, mais aussi les questions techniques liées à la pellicule, au développement ou à l’étalonnage.
Projection d’extraits de films et de documents de travail.
Dimanche 5 octobre 2008 de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h, salle Henri Langlois.