Suite au décès d’Armand Marco, d’anciens étudiants de La fémis témoignent

La Lettre AFC n°262

A la nouvelle du décès d’Armand Marco, de plus ou moins brefs témoignages nous ont été transmis provenant de quelques-uns des anciens étudiants de La fémis auprès desquels il est intervenu. Les voici...

Je suis très attristée du décès d’Armand Marco qui a été, je m’en souviens, un intervenant très à l’écoute et pédagogue, à un moment où nous en avions tous besoin, au début de nos études à La fémis.
Toutes mes sincères pensées.
Senda Bonnet (La fémis, 19e promotion, Image)

— 

Après avoir bénéficié de l’intelligence patiente d’Armand Marco comme pédagogue à La fémis, j’ai eu le privilège qu’il me transmette ses souvenirs et traces du travail au sein du groupe Dziga Vertov (Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Gorin). De la meilleure grâce du monde, il me consacra des journées entières pour m’aider dans mes recherches, en y évoquant aussi ses expériences détestables (avec Pialat) ou magnifiques (avec Armand Gatti et Miklós Jancsó).
La fringale de changer le monde incite, au moins, à se dire que, dès maintenant, on peut rêver le cinéma autrement, y expérimenter de nouvelles formes, de nouvelles façons de travailler, des rapports non-hiérarchiques...
À cette triste nouvelle, un inventaire s’amorce dans mon esprit et je n’ai pas fini de mesurer ce qu’Armand m’a apporté. Évidemment : une intelligence de la pratique du cinéma. Naturellement : une intelligence de l’histoire du groupe Dziga Vertov. Mais surtout : les qualités humaines qu’il communiquait presque malgré lui.
David Faroult (La fémis, 12e promotion, Réalisation), maître de conférences à l’École nationale supérieure Louis-Lumière

— 

Je ne serai malheureusement pas à Paris le 25, mais mes meilleures pensées vont à Armand, sa famille et ses amis. Il a en effet compté dans nos années d’apprentissage, en grande partie par sa générosité.
Thomas Favel (La fémis, 18e promotion, Image)

— 

C’est bien triste. Je l’ai eu en effet comme intervenant en première année et il était aussi dans notre jury de diplôme, avec un autre disparu, Loiseleux.
Mes condoléances à tous ses proches.
Michele Gurrieri (La fémis, 21e promotion, Image)

— 

Triste nouvelle effectivement.
Merci malgré tout de nous en avoir informés.
David Kremer (La fémis, 19e promotion, Image)

— 

Je me souviens de la gentillesse et de la tranquillité qu’apportait Armand lors d’une épreuve du concours ô combien stressante, n’est-ce pas, autant que lors des Fictions 16 en effet. Je ne pourrai pas être présent ce jeudi.
Simon Roche (La fémis, 21e promotion, Image)

— 

C’est une triste nouvelle. Nous avions eu la joie d’avoir Armand comme intervenant sur nos Fictions 16 et nous l’avions recroisé de nombreuses fois à La fémis. Je ne pourrai pas me joindre à vous jeudi mais je suis de tout cœur avec vous.
Alexandra Sabathé (La fémis, 22e promotion, Image)