Jacques Tati

Réalisation

Index des termes :

Jacques Tati;Tati

Résultats de la recherche

Films (1)

Articles (33)

Restauration du film " Play Time " de Jacques Tati
Gulliver et Mikros Image conjuguent leurs talents

Nos associés à Cannes

L’année passée, la majorité des droits des films de Jacques Tati devait quitter la France. Macha Makeïeff, Sophie Tatischeff et Jérôme Deschamps se sont réunis pour les reprendre et créer ensemble " Les Films de Mon Oncle ". Sophie Tatischeff est partie trop tôt, mais " Les Films de Mon Oncle " ont décidé d’aller jusqu’au bout et de se lancer dans la restauration des négatifs, à commencer par celui de Play Time, tourné en 70 mm en 1967. Ce film sera de nouveau visible dans ce format et en 35 mm à partir du prochain Festival de Cannes.

Mikos Image restaure " Play Time " de Jacques Tati
présenté à Cannes

Nos associés à Cannes

L’année passée, la majorité des droits des films de Jacques Tati devait quitter la France. Macha Makeïeff, Sophie Tatischeff et Jérôme Deschamps se sont réunis pour les reprendre et créer ensemble "Les Films de Mon Oncle". Sophie Tatischeff est partie trop tôt, mais Les Films de Mon Oncle ont décidé d’aller jusqu’au bout et de se lancer dans la restauration des négatifs, à commencer par celui de Play Time, tourné en 70 mm en 1967. Ce film sera de nouveau visible dans ce format et en 35 mm à partir du prochain Festival de Cannes.

Tati et Sylvette
sont dans un bateau

Livres et revues

En 1950, pour le tournage des Vacances de Monsieur Hulot, le CNC veut que Tati engage une scripte avec carte professionnelle. Deux jours plus tard, je suis dans le bureau de Tati qui me lâche d’emblée : “ Je vous préviens, je n’ai pas besoin de scripte. J’ai tous mes raccords en tête, mais, le CNC m’en impose une, donc je suis obligé de vous prendre... ”

Décès du directeur de la photographie Jean Badal

Jean Badal

Nous avons appris avec tristesse la nouvelle du décès du directeur de la photographie Jean Badal, survenu à Paris, le vendredi 9 octobre 2015, à son domicile parisien. Il était l’âgé de quatre-vingt-huit ans. Si les images de Playtime, de Jacques Tati, d’Un roi sans divertissement, de François Leterrier, ou de La Fiancée du pirate, de Nelly Kaplan, restent gravées dans les mémoires, sa filmographie compte plus de cinquante longs métrages et films pour la télévision. Jean Badal a été membre de l’AFC dès sa création et de son CA en 1990 et 1991. Les directeurs de la photographie de l’AFC présentent à Clotilde, Sandor et Nicolas, ses enfants, ainsi qu’à leurs proches, leurs sincères condoléances.

Retour sur la carrière singulière de Jean Badal
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Jean Badal

« Même un film de divertissement devrait avoir un visage. »
Jean Badal est décédé le 9 octobre 2015 durant son sommeil, à son domicile parisien dans le quartier de la rue Mouffetard, à l’âge de 88 ans. Hongrois d’origine, l’essentiel de sa filmographie se déroula cependant en France avec quelques films phares qui jalonnent les années 1960 : Un roi sans divertissement (François Leterrier, 1963), Playtime (Jacques Tati, 1967), La Fiancée du pirate (Nelly Kaplan, 1969).

Le métier de scripte - Toute la mémoire du film, Sylvette Baudrot
exposition virtuelle

Côté profession

Cette exposition explore les ressorts d’un métier aussi mal connu qu’essentiel à la vie d’un tournage : celui de scripte. Grâce à des documents conservés dans les archives de la Cinémathèque française provenant de l’exceptionnel fonds Sylvette Baudrot, l’Internaute prend ainsi la mesure de l’importance du rôle de la scripte qui, plus qu’une technicienne, participe à la composition d’un film, de son élaboration jusqu’aux finitions, en passant par le temps du tournage dans ses moindres détails.

Cahier Louis-Lumière n° 5 "Coupe découpe découpage"

Livres et revues

Le 5e numéro des Cahiers Louis-Lumière vient de paraître.
Coupe découpe découpage est paradoxalement un thème que nous avons souhaité fédérateur, rassembleur, unifiant. Nos pratiques de l’image et du son nous semblaient posséder en commun ce geste, cet usage syntaxique, cette pratique. Nous voulions en partager les définitions et les emplois.
Dans ce numéro 5 des Cahiers Louis-Lumière se confrontent et s’affrontent un éventail aussi grand que possible de points de vue sur " coupe découpe découpage ".

Retour sur le Prix Vulcain 2017
Par Maxence Lemonnier, membre du jury

Festival de Cannes 2017

La valeur n’attend pas le nombre des... semaines écoulées. Maxence Lemonnier, membre du jury du Prix Vulcain lors du dernier Festival de Cannes, partait en tournage peu après la clôture. Il nous livre après coup ses impressions en tant que juré d’une manière générale et sur quatre des films dont le travail de l’image l’ont plus particulièrement marqué. (NDLR)

Les Rencontres de la CST 2006
« Anticiper - restaurer les savoirs (cinéma et audio-visuel) ».

Vie des associations, sociétés et fédérations

Les Rencontres de la CST ont pour thème cette année : « Anticiper - restaurer les savoirs (cinéma & audio-visuel) ».

Ces Rencontres sont coordonnées avec la Bibliothèque du Film (BiFi).

Elles se dérouleront sur deux jours.
La première journée aura lieu le 24 avril 2006 à l’Espace Pierre Cardin à Paris et sera présidée par Bernard Latarjet.

Silence, on restaure
Par Clarisse Fabre

Revue de presse

Le Monde, 14 juillet 2012

Lola, Jules et Jim, Les Enfants du paradis... Des chefs-d’œuvre du cinéma s’offrent une seconde jeunesse en étant nettoyés et numérisés, avant de ressortir en salles ou en DVD. Mais jusqu’où restaurer un film sans trahir son auteur ?

Entretien avec François Ede à propos de la version restaurée de "Lola Montès"

Entretiens avec des directeurs de la photographie

François Ede, directeur de la photographie, s’intéresse depuis longtemps aux différentes techniques du cinéma et à celle qu’il connaît plus particulièrement sur le bout du doigt, la prise de vues et tout ce qui touche aux images de film, à leur traitement et à leur pérennité.
Il a participé, entre autres restaurations, à celle de Jour de fête de Jacques Tati, film tourné en noir et blanc mais aussi, en parallèle, sur pellicule couleur avec le procédé Thomson Color, et, en 2002, à celle de Playtime qui avait été tourné en 70 mm.
François Ede est membre du Conservatoire des techniques cinématographiques de la Cinémathèque française.

Festival de Cannes 2002

festival de Cannes 2002

La direction technique des projections
Depuis l’installation au nouveau Palais en 1983, la CST a la responsabilité de la diffusion et de la qualité de l’image et du son dans toutes les salles de projections. Pour la première fois, l’Auditorium Lumière, la Salle Debussy et la Salle Buñuel seront équipés en matériel de projection cinéma numérique fourni par Barco, offrant ainsi aux sélectionnés le choix entre la projection photochimique et la projection numérique.

Pierre Etaix fête la libération de ses films
par Isabelle Regnier

Revue de presse

Le Monde, 26 mai 2010

Pierre Etaix, 81 ans, est un homme heureux. Venu présenter, mercredi 19 mai, à Cannes, la version restaurée du Grand amour, une comédie qu’il a réalisée en 1969, l’ancien " gagman " et dessinateur pour Jacques Tati a pu fêter la libération des cinq longs métrages qu’il a coécrits avec Jean-Claude Carrière dans les années 1960 (Le Soupirant, Yoyo, Tant qu’on a la santé, Le Grand amour) et en 1971 (Pays de Cocagne). Un imbroglio juridique avait privé les auteurs de leurs droits et interdit toute diffusion de leurs œuvres depuis près de vingt ans.

Enterrée, la numérisation des films ?
Par Clarisse Fabre

Revue de presse

Le Monde, 26 septembre 2012

C’est le président du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), Eric Garandeau, qui le dit : le chantier de la numérisation des œuvres du patrimoine, qui vient à peine de commencer, pourrait être l’une des premières victimes de l’austérité budgétaire, dans le domaine de la culture.

Les "quarante-cinq et quelques printemps" de Sylvette Baudrot

Revue de presse

Le quotidien Libération publie régulièrement sur sa dernière ou avant-dernière page le portrait d’une personnalité faisant de près ou de loin l’actualité, cinématographique parfois. C’est le cas du numéro daté du lundi 3 juin 2019, esquissant celui d’une dame qui inspire le respect, dû non seulement à son âge mais à son impressionnante filmographie, Sylvette Baudrot.

Bruxelles, 28 octobre, 8h30 du mat’...
Par Gilles Porte, AFC

Billets d’humeur

Ce matin je me suis réveillé à 8h du mat’ parce que j’ai entendu les bruits d’un marteau piqueur qu’il y avait au RDC de mon appart’ hôtel… J’ai alors ressenti les présences d’Alain Delon, de Jean Gabin, de Jacques Audiard et d’Henri Verneuil au-dessus de mon berceau : j’avais l’impression d’être à la place du coffre de Mélodie en sous-sol !

Décès du directeur de la photographie Claude Lecomte

In memoriam

Nous avons appris avec tristesse la nouvelle du décès du directeur de la photographie Claude Lecomte, survenu le 19 septembre 2017 à l’âge de quatre-vingt-six ans. En trente-cinq ans de carrière, il aura photographié plus de quarante films pour le cinéma et la télévision.

Les Studios de Boulogne changent de mains, repris par le groupe Vivendi

Côté profession

Les Studios de Boulogne viennent une nouvelle fois de changer de propriétaire. Vivendi, groupe spécialisé dans la communication et le divertissement, a annoncé, dans un communiqué publié le 11 septembre 2015, l’acquisition de ce lieu particulièrement symbolique dans l’histoire du cinéma français et aujourd’hui de la télévision.

"Ne laissons pas la loi du plus fort priver d’écrans le cinéma français"
Par Serge Bozon, Dominique Cabrera et Nicolas Philibert, réalisateurs

Revue de presse

Le Monde, 8 mai 2013

Depuis quelques mois, le cinéma français traverse une crise grave. Un point essentiel est pourtant resté dans l’ombre : l’accès des films aux salles. Pour les films indépendants – à budget réduit, souvent sans acteurs connus et non financés par les chaînes de télévision –, les conditions de distribution et d’accès au public se sont considérablement dégradées.

Le directeur de la photographie Guillaume Deffontaines parle de son travail sur "P’tit Quinquin", de Bruno Dumont

Les entretiens au Festival de Cannes

Guillaume Deffontaines débute sa carrière de directeur de la photographie sur une quinzaine de courts métrages et de nombreuses publicités, puis éclaire son premier long métrage en 2007, Le Voyage aux Pyrénées, avec les frères Larrieu, qu’il retrouve plusieurs années plus tard pour L’amour est un crime presque parfait.
C’est avec Géraldine Nakache et Hervé Mimran pour Tout ce qui brille qu’il poursuit sa carrière, puis il enchaîne avec – entre autres – Une pure affaire, d’Alexandre Coffre, Parlez-moi de vous, de Pierre Pinaud, et Télé Gaucho, de Michel Leclerc.
Sa rencontre avec Bruno Dumont a lieu pour Camille Claudel 1915 et cette collaboration se prolonge très vite sur P’tit Quinquin, un 4 x 2’ pour Arte, projeté dans sa totalité en séance spéciale à la Quinzaine des réalisateurs. Nous avons rencontré Guillaume Deffontaines qui nous parle de cette expérience " décoiffante ".

Entretien avec Jean-René Failliot, directeur technique d’Arane-Gulliver
Par Rémy Chevrin, AFC, et Vincent Jeannot, AFC

Entretiens avec les partenaires "industries techniques" de l’AFC

Partenaire majeur depuis de nombreuses années auprès des directeurs de la photographie, aussi bien dans le domaine numérique qu’argentique, le laboratoire Arane-Gulliver évolue et propose depuis quelques semaines une nouvelle approche de ses activités à travers la création d’un outil de pointe technologique rue Médéric à Clichy à quelques encablures de ses locaux historiques. Vincent Jeannot et Rémy Chevrin ont rencontré Jean René Failliot, directeur de la société Arane pour nous parler de ses nouveaux outils et aussi de son parcours à travers l’histoire de son laboratoire.

D’où il ressort que la notion de gris n’est pas neutre…
par Marc Salomon A lire dans : Vertigo, Esthétique et histoire du cinéma / n° 23 - Été 2003

Livres et revues

Sous le titre quelque peu réducteur et provocateur Où sont passées les couleurs ? Puissance et inertie de la grisaille contemporaine, les auteurs nous proposent plusieurs analyses et réflexions nées d’un constat :
« Reste que le cinéma a parfois ressemblé, des derniers temps, à un grand nuancier, un camaïeu déroulant une gradation, évitant tout contraste ou aplat coloré. »

Où le directeur de la photographie Frédéric Serve parle de son travail sur "Cosmodrama", de Philippe Fernandez

Les entretiens au Festival de Cannes

Formé à L’ENS Louis-Lumière (Cinéma promotion 1999) et après avoir fait ses armes à l’image en tant qu’assistant opérateur, Frédéric Serve compte à son actif une quinzaine de courts métrages. Sa carrière de directeur de la photo débute en 2008 avec Un sourire malicieux éclaire son visage, de Christelle Lheureux. Après La Fin du silence, de Roland Edzard, sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs en 2010, et venant de terminer L’Astragale, de Brigitte Sy, il a photographié Cosmodrama, de Philippe Fernandez, programmé à Cannes cette année par l’ACID. (JNF)

Des élèves de maternelle et du primaire initiés au septième art
par Isabelle Regnier

Revue de presse

Le Monde, 20 octobre 2004

Depuis dix ans, l’association Enfants et cinéma ouvre les yeux des écoliers sur les grands classiques du cinéma.
Maître d’œuvre d’Ecole et cinéma, dispositif placé sous la double tutelle du ministère de la culture et de l’éducation, l’association fait le lien entre des professeurs des écoles et des salles de cinéma.