Entretiens avec des directeurs de la photographie

Le directeur de la photographie Dick Pope, BSC, parle de son travail sur "Peterloo", de Mike Leigh
"Le massacre des innocents", par François Reumont pour l’AFC

Vingt-cinq ans après leur première participation à Camerimage, le duo Mike Leigh et Dick Pope, BSC, se retrouvent de nouveau en compétition avec Peterloo, un film à multiples personnages qui couvre un drame authentique de l’histoire britannique. « Depuis cinq ans que nous travaillons sur ce projet » , a expliqué Mike Leigh en présentant son nouveau film, « je ne cesse de m’étonner combien le thème de ce film - la démocratie- résonne dans l’actualité internationale ». Retour sur cette mise en image épique et audacieuse avec Dick Pope.

Entretien avec le directeur de la photo Benoît Debie, SBC, à propos de son travail sur "Climax", de Gaspar Noé
Suivi d’un entretien avec Ernesto Giolitti, chef électricien

Tourné en deux semaines "comme un film de potes", ce Climax est fidèle aux thèmes et au style de Gaspar Noé (sexe, drogue et descente aux enfers). Mélangeant improvisation et travail extrêmement répété sur le plateau (comme la longue chorégraphie qui ouvre le film), Benoît Debie, SBC, nous explique comment il a abordé ce tournage plein d’énergie et de choses un peu dingues... (FR)

Les entretiens de Cannes 2018

Découvrir et lire - ou relire - l’ensemble des entretiens de l’AFC parus durant cette 71e édition du Festival de Cannes.

"Manque d’amour", par François Reumont pour l’AFC Le directeur de la photographie Guillaume Schiffman, AFC, parle de son travail sur "Gueule d’ange", de Vanessa Filho

Pour son premier long métrage en tant que réalisatrice, la photographe Vanessa Filho a eu la chance de convaincre Marion Cotillard de se glisser dans la peau d’une jeune maman alcoolique délaissant sa fille de sept ans. Un tournage à hauteur d’enfant pour Guillaume Schiffman, AFC, et son Easy Rig. (FR)

"L’hiver en été", par François Reumont pour l’AFC Où il est question du travail du directeur de la photographie Rémy Chevrin, AFC, sur "Plaire, aimer et courir vite", de Christophe Honoré

Plaire, aimer et courir vite signe le retour en Compétition officielle pour le réalisateur Christophe Honoré (après Les Chansons d’amour, en 2007). Ce mélodrame entre deux hommes met en scène la vie parisienne d’un jeune, venu de Bretagne pour ses études. Un film qui se déroule au cœur des années 1990 et qui évoque le sida et l’œuvre d’artistes dans le monde homosexuel de cette époque. Rémy Chevrin, AFC, nous parle de ce tournage de film de passé immédiat. (FR)

"Sierra pas torride", par François Reumont pour l’AFC Entretien avec le directeur de la photographie José Luis Alcaine à propos de son travail sur "Todos lo saben", d’Asghar Farhadi

Après la France, décidant de tourner son nouveau film en Espagne, le cinéaste iranien Asghar Farhadi s’est lancé dans un thriller familial qui évoque à la fois la tragédie classique théâtrale et le western. Un huis clos familial dans un village de la sierra madrilène, entre vendanges, passions et jalousies. C’est le grand chef opérateur espagnol (et francophone) José Luis Alcaine qui ouvre la compétition de Cannes 2018 avec cet authentique feu d’artifice d’acteurs et de cinématographie. (FR)

Où le directeur de la photographie Pierre-Hugues Galien, AFC, parle de son travail sur "Monsieur Je-sais-tout", de François Prévôt-Leygonie et Stéphane Archinard

Entre comédie romantique et "buddy movie" sur fond de foot et d’autisme, le troisième film du tandem François Prévôt-Leygonie et Stéphane Archinard est l’adaptation d’un roman paru en 2015. Arnaud Ducret reprend le rôle du père malgré lui, cette fois-ci ex joueur de foot embarrassé par l’irruption dans sa vie d’un jeune neveu autiste surdoué d’échec. Pierre-Hugues Galien, AFC, a mis en image cette comédie familiale dont le personnage de Léo (interprété par le jeune Max Baissette de Malglaive) est la découverte. (FR)

La Master Class Ed Lachman, ASC, est en ligne

La vidéo de la Master Class d’Ed Lachman, ASC, est en ligne. Organisée par l’AFC, en partenariat avec l’ENS Louis-Lumière, elle a eu lieu lundi 12 février 2018 dans les locaux de l’Ecole, était animée par Caroline Champetier, AFC, modérée par François Reumont, les propos échangés en anglais traduits par Massoumeh Lahiji.

Entretien avec le directeur de la photographie Tom Stern, AFC, ASC, à propos de son travail sur "Le 15:17 pour Paris", de Clint Eastwood
À 300 km/h

Adapté du fait divers terroriste d’août 2015 au cours duquel trois jeunes touristes américains ont pu éviter un carnage à bord du Thalys, Le 15:17 pour Paris est un étrange mélange au grand écran entre fiction et réalité. Interprété par les trois héros en personne, ce film passe du drame adapté au cinéma pour sa première partie (l’enfance des trois garçons) à une sorte de docu fiction où chaque élément semble sorti de la réalité jusqu’à l’intégration d’images d’archives pour l’épilogue élyséen. Tom Stern, ASC, AFC, fidèle directeur de la photographie du cinéaste californien, explique les enjeux photographiques de ce film pas comme les autres. (FR)

Où le directeur de la photographie Eric Gautier, AFC, parle de son travail sur "L’Apparition", de Xavier Giannoli
Filmer l’invisible, par François Reumont pour l’AFC

A cette question sur le potentiel paradoxe de mettre en image un film autour d’une apparition supposée de la Vierge Marie, Eric Gautier, AFC, sourit et se remémore le début de son aventure au côté de Xavier Giannoli : « C’est un peu un défi de filmer le mystère de la foi. L’amour de Dieu, c’est comme l’amour tout court : il n’y a aucune preuve tangible, seulement du don de soi. La sincérité (et le mensonge, comme dans d’autres films du cinéaste) est la question centrale de l’intrigue. Avec, comme catalyseur scénaristique, la solitude de ces deux personnages, Jacques (Vincent Lindon) et Anna (Galatea Bellugi) ».

Entretien avec le directeur de la photographie Bruno Delbonnel, AFC, ASC, à propos de son travail sur "Les Heures sombres", de Joe Wright
"De la fumée, du cognac et du latex", par François Reumont pour l’AFC

Traitant des premières semaines mouvementées de Winston Churchill en tant que premier ministre du Royaume-Uni (mai 1940), le film de Joe Wright offre un portrait attachant d’un homme lyrique et exalté tout en étant assailli par le doute. Une prestation impériale de Gary Oldman qui lui permettra sans doute d’atteindre la nomination aux Oscars 2018. Bruno Delbonnel, AFC, ASC, nous parle du tournage de cette ode à la langue anglaise. (FR)

Entretien avec le directeur de la photographie Glynn Speeckaert, AFC, SBC, ASC, à propos de "La Promesse de l’aube", d’Eric Barbier
Glynn Speeckaert filme Romain Gary, par François Reumont pour l’AFC

Le cinéaste Éric Barbier est principalement connu pour son premier long métrage en 1990, Le Brasier, entré jadis dans l’histoire du cinéma hexagonal comme le premier à dépasser les 100 millions de francs de budget. Un échec retentissant en salles – mais qui révéla alors le travail de Thierry Arbogast, AFC, avant qu’il ne connaisse la consécration aux côtés de Luc Besson. Éric Barbier revient donc à ses amours pour le cinéma épique après 25 ans de purgatoire (et deux thrillers). Un nouveau film ambitieux adapté du roman autobiographique de Romain Gary. Glynn Speeckaert AFC, SBC, ASC l’a accompagné sur cette coproduction franco-belge, italienne et hongroise annoncée à 20 millions d’euros. Soit 132 millions de francs ! (FR)

"Transferts", une série d’anticipation made in France
Entretien avec le directeur de la photographie Pascal Lagriffoul,

Pour sa deuxième incursion dans l’anticipation et après la série "Trepalium", Arte France a décidé de confier à Patrick Benedek et Claude Scasso l’écriture d’une saison de six épisodes consacrée à l’immortalité, au transfert de corps à corps. Une série diffusée à partir du 16 novembre et dont Pascal Lagriffoul, AFC, a signé l’image de la première saison. Le premier épisode est sélectionné à Camerimage en compétition Pilotes Série TV. (FR)

Virginie Surdej, directrice de la photographie, parle de son travail sur "Une famille syrienne", de Philippe Van Leeuw, AFC

Je me souviens très précisément de l’état dans lequel j’étais lorsque j’ai terminé ma première lecture du scénario d’Une Famille syrienne : j’étais bouleversée et même physiquement essoufflée. J’avais le sentiment d’avoir moi-même vécu cette journée de guerre. Pas la guerre comme on l’imagine : aventureuse, héroïque, sur le front… Masculine…

0 | 18 | 36 | 54 | 72 | 90 | 108 | 126 | 144 | ... | 270