Marco Ferreri

Réalisation

Index des termes :

Marco Ferreri;Ferreri

Résultats de la recherche

Articles (25)

Cinémathèque française, la saison 2020-2021 présentée

Les Cinémathèques

Présentant habituellement sa saison à venir au milieu de l’été, la Cinémathèque française vient d’en dévoiler la programmation 2020-2021. Comme de coutume, ce lieu-culte propose un foisonnement d’évènements comprenant ouvertures d’un musée et de studios, expositions – parfois itinérantes –, rétrospectives – pas moins d’une trentaine –, reprises de festivals, entre autres programmes réguliers et activités pédagogiques. L’occasion de voir ou revoir d’innombrables films, photographiés par une crème d’opérateurs de renom ou méconnus. Voici un aperçu de cette saison qui débute...

Les quotidiennes "Un jour, un décor" de l’ADC

Vie des associations, sociétés et fédérations

L’ADC (Association des chefs décorateurs et cheffes décoratrices de cinéma) propose sur son site Internet, dans le rubrique "A voir, à lire, à écouter…", la quotidienne "Un jour, un décor", coup de cœur d’un des décorateurs "maison". Depuis le 18 mars dernier, vingt-et-un décors de film ont été revisités par l’ADC, de Blade Runner à Pierrot le fou, de Fenêtre sur cour au Silence des agneaux ou d’Alien à Une étoile est née...

2019 "Manaki Brothers" Festival Awards

Manaki Brothers

The closing ceremony of the 40th-annual Manaki Brothers Festival was held on Saturday, 21 September 2019 in Bitola (Republic of Northern Macedonia), in the Great Hall of the local Palace of Culture. The jury, which was presided over by Ed Lachman, ASC, presented the golden Camera 300 award to Hélène Louvart, AFC, for her work on The Invisible Life of Eurídice Gusmão, by Karim Ainouz. Due to her inability to be present in person, the award was accepted on her behalf by Eric Gautier, AFC. Yorgos Arvanitis, AFC, GSC, received the Golden Camera 300 for Life Achievement Award.

Au palmarès du 40e Festival "Manaki Brothers" 2019

Manaki Brothers

La cérémonie de clôture de la 40e édition du festival Manaki Brothers s’est déroulée le samedi 21 septembre 2019 dans la Grande salle du Palais de la culture de Bitola (République de Macédoine du Nord). Le jury, présidé par Ed Lachman, ASC, a décerné la Caméra 300 d’or à Hélène Louvart, AFC, pour son travail sur La Vie invisible d’Eurídice Gusmão, de Karim Ainouz. En son absence, c’est Eric Gautier, AFC, qui est monté sur scène pour recevoir le trophée. Yorgos Arvanitis, AFC, GSC, a reçu le “Golden Camera 300 for Life Achievement Award”.

Au palmarès du 73e Festival de Venise

Films AFC dans les festivals

La cérémonie de clôture de la 73e Mostra de Venise, samedi 10 septembre 2016, aura été l’occasion pour le jury présidé par Sam Mendes d’annoncer son palmarès. Le Lion d’or du Meilleur film a été attribué à The Woman Who Left (Ang babaeng humayo), réalisé et photographié par Lav Diaz, le Lion d’argent - Grand prix du jury, à Nocturnal Animals, de Tom Ford, photographié par Seamus McGarvey, BSC, ASC, et le Lion d’argent du Meilleur réalisateur, ex-aequo à Andreï Kontchalovsky pour Paradise (Raй), photographié par Aleksandr Simonov, et Amat Escalante pour The Untamed (La región salvaje), photographié par Manuel Alberto Claro, DFF.

Entretien avec Luciano Tovoli, AIC, ASC
Par Dominique Maillet

Caméflex 2015

Riche d’une carrière mélangeant les aventures les plus diverses, les expériences photographiques les plus extrêmes et les rencontres les plus marquantes, de Michelangelo Antonioni à Francis Veber, de Marco Ferreri à Gérard Oury ou Maurice Pialat, de Dario Argento à Barbet Schroeder, le directeur de la photographie italien Luciano Tovoli, AIC, ASC, a traversé plus de cinquante ans de cinéma international. En prélude au 3e Caméflex-AFC – du 7 au 11 février 2015 au Grand Action – Dominique Maillet s’est entretenu avec Luciano Tovoli.

Theo Angelopoulos, mon compagnon de route
Par Yorgos Arvanitis, AFC

In memoriam

Il y a quelques jours un grand créateur, un grand cinéaste, digne représentant de son pays et de la Nouvelle Vague du cinéma européen, a perdu sa vie accidentellement sur le lieu du tournage de son dernier film, Theo Angelopoulos.
« Quelle bêtise, de traverser le périphérique de Pirée avec le viseur à l’œil ! », telle a été ma première réaction. Mais ensuite, je me suis dit qu’il est mort sur son lieu de combat ! Et ça m’a consolé.

La Frontière de l’aube
de Philippe Garrel, photographié par William Lubtchansky, AFC

Entretiens avec des directeurs de la photographie

En forme de clin d’œil au genre fantastique, La Frontière de l’aube réunit un jeune photographe qui tombe amoureux d’une star, qui se suicide, et qui réapparaît dans la vie du jeune garçon.
Ce deuxième film avec Philippe Garrel affirme une collaboration efficace et sereine. La manière de travailler de Garrel et l’immense expérience de William Lubtchansky (une centaine de longs métrages en une quarantaine d’années…) s’associent pour une mise en scène libre et efficace. Cette association permet d’atteindre une expression artistique sans effets ni démonstration.

Le Festival de San Sebastián 2006
a décerné ses prix

Festivals, Rencontres, Projections et Prix

Le 54e Festival de Donostia - San Sebastián qui s’est déroulé du 21 au 30 septembre 2006 a décerné ses prix.
Le Prix du meilleur film a été attribué ex-æquo au film Niwe mung (Demi-lune) de Bahman Ghobadi (Iran-Irak-Autriche-France), photographié par Nigel Bluck, et au film Mon fils à moi du Français Martial Fougeron, film dont les images sont signées Yorgos Arvanitis.
De plus, le Prix du jury pour la meilleure photographie a été décerné au directeur de la photographie australien Nigel Bluck pour Niwe mung de Bahman Ghobadi. Ce film est cophotographié par Crighton Bone.

Nominations pour le Prix Louis Delluc 2006

Prix, Trophées, Académies, Meilleure photo

Cinq films nommés, concourent pour le prix Louis-Delluc 2006

Flandres de Bruno Dumont, photographié par Yves Cape, AFC

Lady Chatterley de Pascale Ferran, photographié par Julien Hirsch

Jardins en automne d’Otar Iosseliani, photographié par William Lubtchansky, AFC
Bled Number One de Rabah Ameur-Zaïmeche, photographié par Lionel Sautier, Hakim Si Ahmed, Olivier Smittarello

Quand j’étais chanteur de Xavier Giannoli, photographié par Yorick Le Saux.

Décès du scénariste Gérard Brach
par Jean-Luc Douin

In memoriam

Le scénariste Gérard Brach est mort d’un cancer, samedi 9 septembre, dans un hôpital parisien. Il était âgé de 79 ans. Né le 23 juillet 1927, d’origine bretonne, Gérard Brach s’abreuve de lectures lorsque, atteint de tuberculose, il doit rester cinq ans dans un sanatorium, où il rencontre Benjamin Péret, qui lui fait connaître André Breton.

La 54e édition du Festival de San Sebastián
se déroulera du 21 au 30 septembre 2006

Films AFC dans les festivals

La 54e édition du Festival International du film de Donostia - San Sebastián se tiendra du 21 au 30 septembre 2006.
Présidé par Jeanne Moreau, le jury sera composé du réalisateur brésilien Bruno Barreto, de la réalisatrice espagnole Isabel Coixet, de l’auteure-réalisatrice-actrice américaine Sara Driver, du comédien suisse Bruno Ganz, du réalisateur espagnol Manuel Gomez Pereira et de l’écrivai portugais José Saramago.
Seize films seront en compétition pour la Concha d’Or, prix du palmarès officiel, dont Mon fils à moi de Martial Fougeron, photographié par Yorgos Arvanitis avec Nathalie Baye, Victor Sevaux et Olivier Gourmet, film également candidat aux Prix Altadis et Forever de Heddy Honigmann (Pays-Bas) photographié par Robert Alazraki- Nouveaux Réalisateurs et Montblanc - Nouveaux Scénaristes.
Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane Brizé, photographié par Claude Garnier, sera également projeté.

  • Précisons que le festival de San Sebastián est l’un des rares grands festivals internationaux à décerner un prix de la meilleure photographie.

Christophe Pollock
par William Lubtchansky

Christophe Pollock

En 1976, ma fille Irina avait comme instituteur en CP un jeune homme : Christophe Pollock. Un jour, il vint me voir sachant que j’étais directeur de la photo pour me demander mon avis : il aimait beaucoup le cinéma, il était cinéaste amateur et aurait aimé quitter l’enseignement pour travailler dans la prise de vues. (...)

Panavision-Alga : l’image, une aventure
par Alain Coiffier

Mouvements, nominations, nouveaux locaux, nouvelles coordonnées

Lors de l’arrivée d’Alain Coiffier à la tête de Panavision-Alga, je lui avais demandé de nous livrer son parcours et les perspectives qu’il envisageait pour l’avenir de la société. Alain nous a envoyé ce texte qui permet à tous ceux qui ne le connaissaient pas de mieux découvrir son parcours professionnel et son point de vue après quelques mois d’activités très chargées au sein de Panavision France.
Bonne lecture à tous, Eric Guichard

Références, clichés et exercices de style
par Lucie Adalid, David Chizallet, Louise Courcier, Matthieu-David Cournot, Samuel Lahu et Julien Poupard

Les Entretiens AFC

Les étudiants du département Image à La fémis nous proposent ce mois-ci un entretien entre William Lubchtansky et Patrick Blossier.

La lumière de votre dernier film, Petites coupures de Pascal Bonitzer, nous paraît être un intéressant point de départ pour aborder votre travail parce qu’elle rassemble des caractéristiques de ce qu’on pourrait appeler votre style, votre sensibilité ou votre recherche : une image très dense, un travail d’atmosphère à partir de la lumière naturelle, qui nous plonge progressivement dans le fantastique.
Comment s’est effectuée l’élaboration de ces différentes atmosphères ?

Entretien avec William Lubtchansky

Les Entretiens AFC

William Lubtchansky : Dès la lecture du scénario, le film me faisait un peu penser à Hitchcock. J’ai travaillé avec cette référence en tête, notamment dans le traitement des paysages de montagne. Dans les plans de la voiture qui descend de Paris à Grenoble, on était à l’arrière, avec un petit HMI sur batterie. Puis on a mis la caméra à l’avant pour tous les plans subjectifs. On a tourné la séquence de la grande balade nocturne en voiture, avec des passages de tunnels, avec des rétroprojections, en transparence sur fond noir dans les studios d’Excalibur. (...)

A propos de Conrad Hall
par William Lubtchansky

Conrad Hall

A la suite des "Violons du bal", un film de Michel Drach tourné en 1973, j’ai reçu un coup de téléphone de Conrad Hall qui avait vu le film, étant de passage à Paris, et qui tenait à me féliciter pour mon travail. Je ne connaissais Conrad Hall qu’à travers son travail et fus très ému de recevoir les éloges d’un si éminent confrère. J’ai gardé un souvenir ineffaçable de sa démarche.

55e Festival International de Cannes
Les films photographiés par les membres de l’AFC

festival de Cannes 2002

Sélection officielle : "Kedma" d’Amos Gitaï, photographié par Yorgos Arvanitis "Le Principe de l’incertitude" de Manoel de Oliveira photographié par Renato Berta "Marie-Jo et ses 2 amours" de Robert Guédiguian photographié par Renato Berta "L’Adversaire" de Nicole Garcia, photographié par Jean-Marc Fabre "Demonlover" d’Olivier Assayas, photographié par Denis Lenoir Hors compétition (clôture) "And Now... Ladies and Gentlemen" de Claude Lelouch, photographié par Pierre-William Glenn Séance spéciale "La Dernière lettre" de Frederik Wiseman, (...)

Films (95)