Retour sur la Conférence Angénieux "The Optimo Collection"

Menée par Dominique Rouchon, Jean-Yves Le Poulain, Séverine Serrano et Christophe Remontet

Les optiques du constructeurs français Angénieux sont reconnues par les chefs opérateurs du monde entier. À l’occasion d’une conférence pendant le festival Camerimage, le constructeur est revenu sur son histoire, ses valeurs et ses succès auprès des chefs opérateurs les plus prestigieux. C’était également l’occasion de mettre en lumière la dernière série de zooms Optimo Ultra Compact, ainsi que de revenir sur la grande originalité de la série de focales fixes Optimo Prime.

En partenariat avec le Festival de Cannes, le constructeur a fondé le prix Pierre Angénieux pour l’excellence cinématographique. Il a été remis cette année à Agnès Godard, AFC, qui succède à quelques-uns des plus grands noms de la direction de la photographie actuelle : Philippe Rousselot, AFC, ASC, Vilmos Zsigmond, ASC, Roger A. Deakins, BSC, ASC, Peter Suschitzky, BSC, ASC, Christophe Doyle, HKSC, Ed Lachman, ASC, et Bruno Delbonnel, AFC, ASC. La conférence est ponctuée par les interventions vidéo de ces chefs opérateurs, témoignant de leur expérience avec ces objectifs.

La marque, fondée en 1935, peut se vanter de certaines des plus grandes avancées en terme d’optiques cinéma, comme son invention du rétrofocus en 1950, et du premier zoom à compensation mécanique en 1956. Angénieux a depuis lors axé son activité sur les zooms, peaufinant au cours de décennies de fabrication et d’innovation la précision mécanique de ces objectifs spécifiques. Le constructeur se compare à la haute couture française, dont la qualité est reconnue à l’internationale.

Tous les objectifs modernes d’Angénieux sont travaillés pour pouvoir se raccorder parfaitement entre eux. Ils font preuve d’une grande précision, sans passer par une accentuation des contrastes. En plus de leur grande qualité optique, ils font preuve d’une grande robustesse et d’une adaptabilité à toute épreuve, comme en témoigne Christopher Doyle, racontant son dernier tournage en Chine, en haute altitude, et lors duquel les objectifs ont subi des voyages cahoteux sans s’abîmer. Le chef opérateur les juge également très polyvalents, capables de rendre la beauté d’un grand paysage autant qu’une scène d’intimité, grâce à leur rendu à la fois crémeux et très défini.
Grâce aux progrès de l’informatique et aux nombreux outils de calculs qu’a créé en interne le constructeur, les ingénieurs mettent désormais entre six mois et un an à concevoir un objectif, qui passe par de multiples sessions d’essais, de plus en plus poussés, au fur et à mesure de sa conception. Dans l’actualité d’Angénieux, on peut noter deux nouveaux zooms Optimo Ultra Compact qui devraient arriver sur le marché pour Noël en Europe.

Cependant, c’est sur sa récente série de focales fixes, les Optimo Prime, que le groupe continue de concentrer sa communication. Riche de 12 valeurs, allant du 18 au 200 mm, ces objectifs vont quasiment tous jusqu’à une ouverture de T1.8 et sont compacts et légers. Mais leur réelle originalité réside dans leur utilisation du système IOP, qui permet de customiser les objectifs, pour obtenir un look au plus proche du projet. La combinaison par exemple d’un iris ovale et d’un filtre interne "blue streak" permettent d’imiter un look anamorphique. Jean-Yves Le Poulain rappelle en effet que maintenant que les capteurs Full Frame sont de plus en plus horizontaux, la compression particulière de l’anamorphisme n’a, en termes strictement de résolution, plus beaucoup d’intérêt. D’autres fonctions plus originales sont également disponibles. En intervenant à différents endroits de l’objectif (le diaphragme, la zone afocale, la lentille arrière), le système IOP permet d’obtenir différents effets optiques.

Jean-Yves Le Poulain
Jean-Yves Le Poulain
Photo Renaud Personnaz

En pratique, le changement des accessoires optiques se fait en une quinzaine de minutes, et nécessite les outils spécifiques fournis par Angénieux. L’idéal est de personnaliser les objectifs avant le tournage, lors des essais, mais il est également possible de les modifier en cours de tournage, si celui-ci inclut dans sa logistique le temps nécessaire ainsi qu’un lieu dédié, propre et isolé. L’assistant caméra aguerri pourra alors se charger de cette chirurgie à cœur ouvert, puisqu’il s’agit, dans une version simplifiée, de démonter l’objectif pour venir y changer les composants internes. Jean-Yves Le Poulain se veut pourtant rassurant : « On ne peut pas se tromper ! C’est très simple et très rapide ! ».

Pour le moment, la technologie IOP pose trop de problèmes de mise en pratique pour être utilisée sur les zooms. Elle est donc exclusive à la série fixe Optimo Prime. Mais nul doute que si cette possibilité complète de personnalisation rencontre suffisamment de succès, les ingénieurs Angénieux rechercheront les solutions pour intégrer l’IOP aux futurs zooms de l’entreprise.

(Compte rendu rédigé par Margot Cavret, pour l’AFC)

En vignette de cet article, une vue de la Conférence Angénieux dans la Salle de conférences de Camerimage - Photo Jean-Noël Ferragut