Two Pictures a Day in Siberia (6)

Sixième semaine : du 1er au 7 mars 2015

par Gilles Porte La Lettre AFC n°252

[English] [français]

Suite du journal en images que nous envoie chaque jour Gilles Porte, AFC, actuellement en tournage du film Dans les forêts de Sibérie, de Safy Nebbou. Parallèlement, Gilles demande à d’autres membres de l’équipe de lui fournir une nouvelle photo chaque jour, dont il signe lui-même la légende. Aperçu en images de leur sixième semaine de travail.
Douceur sibérienne
« Chère Leslie… Il est probable qu’au retour de Cyril tu ne retrouves pas la peau de ton homme aussi douce que prévue… Nos mains d’hexagonaux devenant peu à peu du cuir, n’hésite pas à imaginer une liste de petits travaux à faire dans votre belle maison – murs à abattre…, planchers à construire, etc. – que Cyril se fera une joie d’effectuer dans l’élan… Bises aux filles qui vont certainement retrouver leur père un peu changé… Gilles » (Gilles Porte, dimanche 1er mars)


Horizontalité…
Jour off… Certains jouent au ping-pong… D’autres dorment encore… Quelques-uns partent faire une marche… Beaucoup se font masser… Frédéric Sauvagnac fige encore une fois le lac Baïkal sous la glace… Dans quelques semaines, il sera trop tard ! (Photo Frédéric Sauvagnac, directeur de production, dimanche 1er mars)


Esprit chamane es-tu là ?
Si « la totalité des jours de tournage restera inchangée » (sic), ce que j’avais promis à ma fille est totalement remis en question : en repassant par Paris, je l’aurais retrouvée… Elle m’aurait accompagné pour être avec moi lors de la 2e partie du tournage en Sibérie pendant les vacances scolaires et nous aurions prolongé tous les deux en Mongolie, à la recherche d’enfants rencontrés six ans plus tôt derrière une vitre. Voir la bande-annonce du film Dessine-toi. Comme il est encore « possible » (sic) que ce scénario se déroule comme ce qui avait été initialement prévu, je lance un SOS avec mes chaussettes dans ma chambre si jamais un esprit chamane venait à passer… (Gilles Porte, lundi 2 mars)


Mon étiquette boude
Nous attendions que le crépuscule "tombe" un peu plus pour filmer la cabane dans la bonne lumière… Safy profite de ce laps de temps pour demander à Raphaël Personnaz de jouer de la trompette sur le lac Baïkal… Le ciel est en flammes et se reflète dans un miroir immense… Etrangement, le dessin de Syrine tourne le dos à ce que je filme… (Photo Thomas Colban, 2e assistant réalisateur, lundi 2 mars)


La vitesse du son est-elle plus rapide que celle de la lumière ?
Quand le son et la lumière conjuguent ensemble… Ici, Laurent Cercleux, chef opérateur du son… (Gilles Porte, mardi 3 mars)


Aérolotka
Dans les forêts de Sibérie, Teddy se perd dans une tempête de neige… Pour récréer le vent, nous travaillons avec un petit aéroglisseur conduit par nos chauffeurs. De gauche à droite : Samia, chauffeur Uaz réalisation, Timothy, 2e assistant caméra, Benjamin, chef machiniste – qui a bricolé un chariot de travelling sur patins à glace –, Sergueï, chauffeur Uaz caméra, et Marie-Sophie, 1re assistante caméra… (Photo Cyril Girard, chef électricien, mardi 3 mars)


Perte d’horizontalité
Alors que nous sommes dans une région qui bénéficie du même ensoleillement que la Californie, Frédéric Sauvagnac, directeur de production, travaille sous une petite lampe Ikéa avec un agenda en carton et un plan de travail. Il imagine tous les scénarii possibles qu’il aura à composer en fonction des dates de la débâcle du lac … Il doit jongler entre le désir de beaucoup de repasser par Paris, l’impossibilité de rater cet instant pour la dramaturgie, les dates de visa d’une équipe française qui ne peuvent dépasser trois mois et les économies substantielles pour la production que représenteraient des non allers retours pour une vingtaine de Français… Comme par hasard, le cadre au-dessus de son bureau dans lequel repose une photo panoramique du lac Baïkal a perdu de son horizontalité… (Gilles Porte, mercredi 4 mars)


Heures d’équivalences
Benjamin, chef machiniste, semble assis sur une gueuse, tandis que Franck, perchiste, et moi attendons… C’est peut-être cela que la nouvelle Convention appelle « des heures d’équivalence » ! (Photo Cyril Girard, chef électricien, mercredi 4 mars)


Hollywood sur Baïkal
Safy voulait tourner dans une cabane qui donne sur le lac Baïkal… Pas question de dissocier les extérieurs des intérieurs… Alors, après qu’Arnaud, Nicolas et des Bouriates aient aménagé – doux euphémisme – une route pour rendre accessible une partie du lac qui ne l’était pas, Cyril, chef décorateur, a imaginé une série de caissons qui nous permettent d’utiliser des focales plus longues tout en restant au chaud et à l’abri d’un vent qui souffle parfois très fort ici… (Gilles Porte, jeudi 5 mars)


Hollywood sur Baïkal bis
Les caissons de la maison de Teddy photographiés par celui qui les a créés… (Photo Cyril Gomez-Mathieu, chef décorateur, jeudi 5 mars)


Toujours là !
Aujourd’hui je repasse – comme chaque fois que nous nous rendons à "la maison Teddy" – devant le poteau Chamane que Cyril et son équipe ont planté le 1er jour de tournage… Je me demande si Safy ne rajoute pas un bandeau de couleur chaque jour lorsqu’une nouvelle journée commence afin de conjurer le mauvais sort… J’ai le sentiment que ce "faux poteau chamane" restera après notre départ… (Gilles Porte, vendredi 6 mars)


Teddy et Aleskeï
« Mes deux comédiens après une journée de travail » (sic) (Photo Safy Nebbou, réalisateur, vendredi 6 mars)


Tour de contrôle Out !
Anne-Angèle est "Data Manager" quand elle n’est pas DJ pour l’équipe le samedi soir. Lorsque nous tournons la journée, elle fait des "back-up", étalonne des images, fabrique des QuickTime pour la production et tire des photos dans son petit labo transporté sur notre île. Depuis quelques jours sa tour Apple (Panavision) vient de la lâcher. Anne-Angèle fait donc face à des écrans qui restent désespérément noirs. Cela lui permet de nous rejoindre en cours de journée pour travailler comme assistante caméra sur une deuxième, voire troisième caméra, et orchestrer également des plans de deuxième équipe que nous aurions eu beaucoup de mal à faire au vu de notre emploi du temps. (Gilles Porte, samedi 7 mars)


Int-Ext Jour – Tente vidéo
La luminosité et la transparence du lac Baïkal sont sans doute les deux choses qui m’ont le plus marqué. Je me demande ce que donnerait un concert de nuit sur le lac gelé avec uniquement des sources de lumière… sous la glace ! (Photo Corinne Dubois, costumière, samedi 7 mars)