Editoriaux de la Lettre

Editorial de la Lettre de janvier 2018
Par Richard Andry, président de l’AFC

Si le mois de novembre s’était montré très cruel avec nous, il s’est quelque peu racheté en son dernier jour, nous offrant une rencontre tonique avec Claudine Nougaret et Raymond Depardon venus en duo "baptiser" la salle de projection de l’Ecole nationale supérieure Louis-Lumière qui s’orne maintenant de leurs deux patronymes.

Editorial de la Lettre de décembre 2017
Par Richard Andry, président de l’AFC

Dimanche 26 novembre. De retour à Paris. Temps froid mais ensoleillé. Par la fenêtre, je vois tomber les feuilles mortes. Encore tout empreint de Camerimage, je vais m’atteler à l’écriture de l’éditorial de la Lettre. Le téléphone sonne. C’est Rémy Chevrin qui appelle. Terrible et inconcevable nouvelle : notre ami Matthieu Poirot-Delpech nous a quittés, emporté brutalement. Je ne peux pas y croire. Matthieu, c’est la vie, la sensibilité même. C’est la permanence d’un regard distancié sur les vanités de la (...)

Editorial de la Lettre de novembre 2017
Par Richard Andry, coprésident de l’AFC

Si côté météo, ce début d’automne s’est montré très clément, côté humain, il a été très cruel. Jean-Jacques Bouhon notre compagnon de toutes les aventures nous a quittés et dans les pages qui suivent, les témoignages de ceux qui le regrettent nous rapportent l’intensité de l’émotion ressentie par la grande famille du cinéma. Repose en paix J.J.

L’éditorial de la Lettre de juillet-août
Par Richard Andry, coprésident de l’AFC

A Paris, en période de forte canicule, comme c’est le cas actuellement, on peut aller se réfugier dans une salle de cinéma, lieu privilégié où l’on partagera, avec d’autres "cinocheurs", un bon (ou moins bon) film et un peu (beaucoup) de fraîcheur. Moment de plaisir que l’on peut même parfois agrémenter d’une crème glacée et que l’on peut répéter à satiété tout au long de la journée et dont je ne me suis jamais privé depuis ma plus tendre enfance.

L’éditorial de la Lettre de mai 2017
par Richard Andry, coprésident de l’AFC

C’est mon premier édito et je tiens, avant tout, à saluer le travail exemplaire effectué par Nathalie Durand pendant ses trois années de présidence de l’AFC, et sa disponibilité, sa générosité et son efficacité qui ont permis d’assurer la continuité et la pérennité de la dynamique initiée par les "pères fondateurs" et par celles et ceux qui, tout au long des vingt-sept années de son existence, ont donné beaucoup de leur temps et de leur énergie pour en faire l’association internationalement reconnue et respectée, tout autant active qu’interactive, qu’est devenue aujourd’hui l’AFC.

L’éditorial de la Lettre de mars 2017
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

« Je me sens chez moi ! » C’est par ces mots qu’Andres Torres, président de l’AEC, association espagnole des directeurs de la photographie, a exprimé son ressenti à la visite du Micro Salon 2017. Nos amis espagnols de l’AEC étaient venus observer, s’inspirer pour organiser leur premier Micro Salon à Madrid. Et ils nous sollicitent pour une "Carta Blanca" à l’AFC en décembre prochain…

L’éditorial de la Lettre de janvier 2017
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Il occupait un poste au CNC alors, produisait un court métrage sur lequel j’étais assistante caméra à ma sortie de Louis-Lumière. Des années plus tard, je l’ai retrouvé directeur de La fémis. Pendant des années nous nous sommes côtoyés rue Francœur, lui fervent militant de la culture, nous directeurs de la photo de l’AFC.

L’éditorial de la Lettre d’octobre 2016
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

La Machine Cinéma, concoctée à la Cinémathèque française par Laurent Mannoni, nous transporte dans l’histoire du cinéma. L’art qui dépend le plus de la technique, lié à l’industrie. Un art collectif aussi, les cinéastes s’entourant dans la majorité des cas de collaborateurs essentiels dans le processus créatif. Et un art sans cesse en évolution. Les outils toujours nouveaux façonnant de nouvelles écritures.

L’éditorial de la Lettre de juin 2016
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Cannes met en lumière le cinéma d’auteur. Mais comme le dit Christian Mungiu : « Le temps d’exploitation d’un film est de plus en plus bref… Le cinéma d’auteur n’existera pas à moins de faire un effort. Il faut éduquer les jeunes. Ce que nous faisons est difficile, il faut pouvoir l’expliquer. Le Festival de Cannes s’en assure déjà. Il est important de poursuivre ces efforts, de découvrir les films des jeunes réalisateurs et d’encourager le cinéma d’art et d’essai. »

L’éditorial de la Lettre de mars 2016
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Je pourrais parler de Carol, de la beauté du Super 16 et du travail formidable d’Ed Lachman, de Ce sentiment de l’été, filmé par Sébastien Buchmann en Super 16 et de ses couleurs, des 8 salopards, de Tarantino et son 70 mm, du plaisir de revoir Le Vent nous emportera, filmé par Mahmoud Kalari, bref de tous ces bijoux qui nous réjouissent dans cet écrin qu’est la pellicule.

L’éditorial de la Lettre de décembre 2015
Par Nathalie Durand, AFC

« Le cinéma sert à représenter les fractures et les questionnements, à leur donner une forme. » Thomas Bidegain, à propos de son film Les Cowboys Depuis que l’homme existe la culture a toujours été le ciment de la civilisation. Depuis ce sinistre vendredi 13 novembre, règne un climat étrange à Paris. Bien sûr, il y a plus de police, plus d’armée, plus de kalachnikov mais plus de convivialité aussi. Comme si nous, témoins proches de ces attentats, recherchions dans l’échange, même le plus ténu, ce besoin (...)

L’éditorial de la Lettre de septembre 2015
Par Nathalie Durand, AFC

Quand j’étais assistante, je me souviens de ces séances de rushes après la journée de tournage, prendre le scooter, la voiture, aller jusqu’à Epinay, monter les escaliers qui mènent à la salle de projection, attendre le ventre noué, le noir qui se fait, le premier clap, les images brutes, sans son, la découverte des plans tournés la veille, le soulagement quand le point est là, l’envie de se fondre dans le noir quand il n’y est pas. Voilà, pour moi c’est ça les premiers souvenirs d’Eclair.

L’éditorial de la Lettre de juin 2015 N° 5
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

L’exposition "Lumière" au Grand Palais nous replonge aux sources de ce qui fait notre métier. Depuis plus de cent ans maintenant, les opérateurs rendent compte de l’état du monde. Dans ces premières images en mouvement se tient déjà la force d’un art. Aujourd’hui paraît Lumières n° 5. N° 5, comme un parfum envoûtant de cinéma et de lumière !

0 | 18 | 36 | 54 | 72 | 90 | 108 | 126