A Camerimage, sept films tournés avec des zooms Angénieux dans la course à la Grenouille d’or

par Angénieux La Lettre AFC n°259

[English] [français]

Parmi les 15 films sélectionnés en compétition officielle à la 23e édition du Festival du Film International de l’Art de la Cinématographie (Bydgoszcz, Pologne, du 14 au 21 novembre 2015), sept films ont été tournés avec des zooms Angénieux.

Le Festival Camerimage est l’un des plus importants festivals Internationaux dédiés à l’Art de la Cinématographie et ses créateurs – les directeurs de la photographie. La Compétition principale, qui voit remettre la fameuse Grenouille d’or, existe depuis 1993, date de la première édition du festival.
Le but de cette compétition est de présenter des films aux images particulièrement belles qui sont ensuite évaluées par un jury International qui remettra le trophée de la Meilleure Photographie à son auteur. Parmi les 15 films nommés pour cette compétition, sept ont été tournés avec des zooms Angénieux :
- The 33, réalisé par Patricia Riggen et photographié par Checco Varese, ASC, avec les Optimo 24-290, 17-80, 15-40 et 28-76
- Carol, réalisé par Todd Haynes et photographié par Ed Lachman, ASC
- I Saw the Light, réalisé par Marc Abraham et photographié par Dante Spinotti, AIC, ASC – avec le nouveau zoom anamorphique Optimo 56-152 A2S
- Mad Max : Fury Road, réalisé par George Miller et photographié par John Seale, ACS, ASC
- Sicario, réalisé par Denis Villeneuve et photographié par Roger Deakins, BSC, ASC – vues aériennes
- Les Suffragettes, réalisé par Sarah Gavron et photographié par Eduard Grau
- Wolf Totem (Le Dernier loup), réalisé par Jean-Jacques Annaud et photographié par Jean-Marie Dreujou AFC, qui a utilisé une large palette de zooms Angénieux : Optimo 28-340, 24-290, 15-40, 28-76 mm ainsi que le pack 3D Optimo DP.

Jean-Marie Dreujou AFC à propos du Dernier loup
« J’ai tourné avec 5 caméras !, 3 caméras 2D et 2 caméras 3D. J’ai utilisé un rig allemand Screenplane pour les caméras 3D, sur lequel j’ai installé soit des packs 3D 16-42, soit des packs 3D 30-80. Sur les caméras 2D, j’ai essentiellement utilisé des objectifs Angénieux ! 15-40 et 28-76, 24-290 et 28-340. Nous avons tourné environ1/4 en 3D natif et 3/4 en 2D. Le film a été ensuite entièrement spatialisé pour sortir dans les salles en 3D.
J’ai aimé utiliser le 28-340 avec le doubleur Angénieux. J’apprécie sa qualité optique très homogène. Lorsque j’ai commencé comme opérateur, j’utilisais beaucoup les objectifs Panavision, notamment le 24-275 qui avait déjà une ouverture à 2.8, ce qui est un avantage énorme particulièrement lorsque l’on tournait encore en 35mm argentique. J’alternais cet objectif avec le 25-250 HR Angénieux qui avait une ouverture moindre.

J’ai utilisé l’Optimo 24-290 dès sa sortie, car il correspondait exactement à ce que je recherchais dans la qualité des peaux, dans la colorimétrie. C’était pour moi l’objectif idéal. J’ai retrouvé cela, bien sûr avec le 28-340, mais aussi avec les Optimo lightweight 15-40 et 28-76 où je pouvais passer d’une caméra fixe en longue focale à une caméra à l’épaule. Ma cohérence de tournage est vraiment centrée autour de cela. J’utilise aussi des Cooke S4 et cela fonctionne très bien car je retrouve la même qualité.
Pour la 2D, j’ai tourné avec des Alexa, et pour la 3D avec des RED. J’ai enregistré en RAW, et nous raccordons ainsi rapidement les deux systèmes. Je suis accompagné d’Olivier Garcia, qui a installé le laboratoire sur place et qui règle tous les problèmes. Nous arrivons aussi à raccorder rapidement grâce aux objectifs Angénieux. Avec l’Alexa combinée aux Optimo, je retrouve exactement ce que je pouvais obtenir en argentique. »

L’intégralité du témoignage Jean-Marie Dreujou sur le site d’Angénieux.

Master Class AFC
Une Masterclass AFC, supportée par Angénieux et Panavison Alga Paris, en présence de Jean-Marie Dreujou, AFC, Claire Mathon, AFC, et Patrick Duroux, AFC, animée par Benjamin B. s’est tenue le jeudi 19 novembre de 17h15 au cinéma Multikino.
Le Dernier loup représentera la Chine dans la course à l’Oscar du Meilleur film de langue étrangère.

Mark Goellnicht – Opérateur Steadicam à propos de Mad Max : Fury Road (traduit de l’anglais)
« La production s’est déroulée pendant sept mois en 2012 dans des conditions difficiles en Namibie et en Afrique du Sud puis a repris en 2013 à Sydney. Nous avons utilisé l’Optimo 15-40 comme objectif de base à la fois sur Steadicam et sur les caméras portables Arri Alexa M. Je dois dire que cette plage de focales a parfaitement convenu à ce que George Miller souhaitait pour les prises de vues que ce soit dans ou autour des engins de guerre.
George Miller aime que la caméra soit proche des acteurs pour immerger le spectateur dans l’action. Les zooms grand angle peuvent le permettre du fait de leur compacité tout en évitant de multiples changements d’optiques qui pourraient être problématiques dans l’environnement extrême et poussiéreux dans lequel nous avons tourné. Ces optiques ont parfaitement fonctionné pendant tout le tournage, une preuve de la très bonne construction des zooms Optimo. »

  • Et retrouvez toujours toute l’actualité de la marque sur Facebook et Twitter.