Olivier C. Benoist

membre consultant de l’AFC

La Lettre AFC n°134

Olivier C. Benoist est décédé le 4 juin dernier à l’âge de soixante-six ans des suites d’un accident cérébral survenu à la fin de l’année 2003.
Gerry Fisher, Ricardo Aronovich, Gilles Henry et Emmanuel Machuel témoignent.
Olivier C. Benoist

Gerry Fisher, BSC
Earlier this week, my wife and I, with heavy hearts, took the Eurostar to Paris.
On the 9th June, together with at least 300 others, we attended the Ceremony for Olivier Benoist at the Eglise Réformée de l’Etoile. We felt a tremendous emotion around us during the Eulogy.
Knowing Olivier over some thirty years, I worked and dined with Him regularly, - we had a great friendship, - he was like a brother.
At his work he was punctual, attentive, reliable, enthusiastic, organised, passionate, dedicated, - stubbornly generous, - and always loyal.
He had concern for others, and helped many with less experience with useful advice. Nothing would make him release the terrier-like grip he had on a problem to resolve.
In spite of the inherent sadness of the occasion, I believe it to be fitting to Celebrate and have gratitude for his life and qualities.
Adieu, Olivier,
We will never forget you.

En début de cette semaine, ma femme et moi avons pris l’Eurostar en direction de Paris, le cœur serré.
Le 9 juin, nous avons assisté, avec probablement trois cents autres personnes, à la Cérémonie dédiée à Olivier Benoist en l’Eglise Reformée de l’Etoile. Nous avons senti une formidable émotion autour de nous lors de l’éloge funèbre.
Connaissant Olivier depuis plus d’une trentaine d’années, j’ai travaillé et mangé régulièrement avec lui ; nous étions de grands amis, je le considérais comme un frère.
Au travail, c’était un homme ponctuel, attentif, sérieux, enthousiaste, organisé, passionné, dévoué, obstinément généreux, et toujours loyal.
Il était très attentif aux autres et en a aidé beaucoup, moins expérimentés, d’un conseil pertinent et utile. Rien ne lui aurait fait lâcher prise devant un problème à résoudre.
En dépit de la tristesse inhérente à une telle occasion, je crois qu’il est juste que nous célébrions et que nous honorions sa vie et ses qualités.
Adieu, Olivier,
Nous ne t’oublierons jamais.

Gerry Fisher et Olivier C. Benoist à Londres en septembre 2002 (Photo Philippe Coroyer)

Ricardo Aronovich, AFC
Je regrette énormément le passage d’Olivier Benoist, mais aussi regrette de ne pas pouvoir être là : je me trouve à Tel Aviv, en train de donner une " master class " à l’Université... Amitiés.

Gilles Henry, AFC
Je m’associe à la peine de sa famille, de ses proches et de toutes les personnes qui l’ont connu.
Je suis fier d’avoir croisé la route d’Olivier plusieurs fois tout long de ma carrière, il fut un ami n’hésitant pas à rechercher toujours la possibilité d’aider les personnes qu’il aimait bien et à me recommander des assistants de valeur avec qui je travaille encore aujourd’hui.

Emmanuel Machuel, AFC
La mort d’Olivier Benoist me touche beaucoup. Une collaboration de plusieurs années m’a constamment permis d’apprécier ses qualités personnelles, profondément, sans arrière pensée, ancrées dans la générosité, la rigueur, la franchise. Adieu l’ami.

Olivier C. Benoist devant les plateaux de La femis en mai 2002 (Photo AFC)