Alain Boutillot, un ami, un soutien de la première heure

Par Laurent Chalet, AFC
J’ai eu du mal à croire la nouvelle quand on me l’a apprise au détour d’un couloir en début du Micro Salon. Le sourire et la bonne humeur contagieuse d’Alain Boutillot ne viendront plus jamais ensoleiller nos rencontres.
Alain Boutillot, Laurent Chalet et Antonio Riestra, au Festival de Cannes, en 2007
Photo Jean-Noël Ferragut

J’ai perdu un ami, un soutien de la première heure à mes débuts d’opérateur.
Souvenirs de lui à Cinecam et des copains assistants...
Souvenirs de sa bienveillance et de son aide décisive en préparation du tournage de La Marche de l’empereur, mon premier film...
Souvenirs de son énergie débordante...
Souvenirs de ses blagues et des verres levés à l’amitié...
Alain, merci pour tout ce que tu as été pour moi et nombre d’autres.
Tes yeux rieurs vont me manquer...