Anne Le Ny

Réalisation
Interprétation

Résultats de la recherche

Articles (30)

Nouveau CA du collectif Ecoprod constitué depuis 2021 en association

Vie des associations, sociétés et fédérations

Le Collectif Ecoprod (Audiens, CST, Film France, Film Paris Region, Canal+, France Télévisions, TF1) se félicite des récentes annonces du CNC en faveur d’une politique publique ambitieuse de transition écologique du cinéma, de l’audiovisuel et de l’image animée. En 2021, Ecoprod s’est constitué en association pour accompagner la transition de la filière Image.

Darius Khondji, AFC, ASC, discusses his work on "Armageddon Time", by James Gray
Autumn in New York

Les entretiens au Festival de Cannes

A dark, autumnal film bathed in flickering golden sunlight, James Gray’s Armageddon Time is a feature film full of memories from its director. The story is composed of a gallery of characters all drawn from the director’s real childhood in the borough of Queens. At the center of the plot is a teenager in search of himself – played on screen by young actor Banks Repeta – surrounded by Anne Hathaway (his mother), Jeremy Strong (his father) and Anthony Hopkins (his grandfather). Darius Khondji, AFC, ASC was the mastermind behind this film’s visuals, creating a sober and soft image of mid-1980s New York, where hip hop music was being born just as the punk movement was slowly dying out. (FR)

Darius Khondji, AFC, ASC, évoque son travail sur "Armaggedon Time", de James Gray
Automne à New York

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Film automnal et sombre, baigné d’une lumière solaire dorée vacillante, Armageddon Time, de James Gray, est un long métrage rempli de souvenirs pour son réalisateur. Une histoire constituée d’une galerie de personnages ayant tous existé, tirés de son enfance dans le quartier du Queens. Avec au centre de l’intrigue un adolescent à la recherche de lui-même – interprété à l’écran par le jeune Banks Repeta – entouré de Anne Hathaway (la mère), Jeremy Strong (le père) et Anthony Hopkins (le grand-père). Darius Khondji, AFC, ASC en est le maître d’œuvre à l’image, proposant une image sobre et douce dans ce New York du milieu des années 1980, où la musique hip hop naît tandis que le mouvement punk s’éteint peu à peu. (FR)

"Fixer le mouvement", exposition de photographies de Cédric Klapisch et Emmanuelle Jacobson-Roques, à la Galerie Cinema

Expositions et Musées

À l’occasion de la sortie sur les écrans, le 30 mars 2022, du film En corps, de Cédric Klapisch – photographié par Alexis Kavyrchine –, la Galerie Cinema Anne-Dominique Toussaint présente "Fixer le mouvement", une exposition des photographies de Cédric Klapisch et Emmanuelle Jacobson-Roques, photographe qui travaille avec lui depuis plusieurs années.

La Grande Famille de la Galerie Cinema

Expositions et Musées

En février, la Galerie Cinema Anne-Dominique Toussaint met à l’honneur sur ses murs et sur son site une sélection d’œuvres de ses artistes fidèles. Dans la première salle de la galerie, le public peut (re)découvrir les œuvres de Kate Barry, Ed Lachman et Bruno Nuytten. La deuxième salle est dédiée au dessin, avec des tirages d’art des dessins extraits du livre Le Jeune Acteur - Aventures de Vincent Lacoste au cinéma, de Riad Sattouf, ainsi qu’une sélection de dessins de Romain Duris, Charlotte Le Bon, Annabel Briens et Stéphane Manel.

FilmLight rencontre les coloristes Peter Bernaers et Veerle Zeelmaekers sur la Croisette

Laboratoires, Postproduction, VFX

Les coloristes Peter Bernaers et Veerle Zeelmaekers, basés en Belgique, sont complices devant et derrière leurs écrans. Ils ont récemment étalonné quatre films projetés à Cannes cette année, finis sur Baselight : Titane, de Julie Ducournau a remporté la Palme d’or, tandis qu’Annette, le film très attendu de Leos Carax, faisait l’ouverture de la compétition. Où est Anne Frank ?, un film d’animation d’Ari Folman, et Libertad de Clara Roquet ont concouru à la Semaine de la Critique.

Parution de "Georges Pierre - Profession : photographe de plateau - 100 ans 100 films"
Un ouvrage de Laurence de Geyer, Laurent Benyayer, Philippe Sichler

Livres et revues

Roger Corbeau, Raymond Cauchetier, Jean-Marie Leroy, Emmanuel Lowenthal, Vincent Rossell, Raymond Voinquel, Bob Willoughby ou encore Pierre Zucca sont des photographes de plateau reconnus, même si l’on connaît moins les publications dont ils ont fait l’objet. On saluera ainsi la récente parution de Georges Pierre – Profession : photographe de plateau – 100 ans 100 films, reflet de trois décennies (1960-1990) d’un regard posé avec humour et tendresse sur les plateaux de cinéma.

Entretien avec le directeur de la photographie Aurélien Marra à propos de "Deux", de Filippo Meneghetti

Les entretiens de Camerimage

Sélectionné en compétition à Camerimage dans les catégories "Cinematographer’s debut" et "Director’s debut" ouvertes aux premiers et deuxièmes films, Deux, de Filippo Meneghetti, propose une histoire d’amour contrariée entre deux femmes à la retraite. A la fois romance, drame et même parfois thriller, le film est mis en image par Aurélien Marra, qui signe là son second long métrage. Le film est surtout placé sous le soleil d’automne du sud de la France, avec des intérieurs tournés en studio au Luxembourg. (FR)

Interview with cinematographer Aurélien Marra about "Two of Us", by Filippo Meneghetti

Les entretiens de Camerimage

Selected in competition in Camerimage in the "Cinematographer’s Debuts" and "Director’s Debuts" categories, which are open to first and second films, Two of Us, by Filippo Meneghetti, tells the turbulent love affair between two retired women. At once a romance, a drama, and even at times a thriller, this film was cinematographer Aurélien Marra’s second feature film. The film is mainly set under the autumn sun in the south of France, with interiors shot in studio in Luxembourg. (FR)

Articles (30)

Lettre ouverte d’une femme cinéaste à une jeune cinéaste prometteuse

Billets d’humeur

Le magazine en ligne Slate.fr a publié, vendredi 27 mars dans une de ses tribunes, une lettre dans laquelle la réalisatrice et scénariste Anne Villacèque s’adresse à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990, sorte de plaidoyer en faveur, selon ses termes, « d’un cinéma de femmes », suggérant qu’il y ait « davantage de femmes dans le Cinéma, davantage de femmes dans l’Histoire ». En voici un extrait...

Anne Seibel , cheffe décoratrice, "Une femme au cœur de l’illusion" dans l’exercice de son métier

Rencontres, Projections, Diffusions

L’ADC (Association des chefs décorateurs et cheffes décoratrices de cinéma) répond, dans un article publié sur sont site Internet, à la question - telle qu’elle est posée en titre d’une de ses rubriques - "Que font-ils d’autre ?" Et ce en mettant en lumière, à travers un documentaire de Tibo Pinsard, "Une femme au cœur de l’illusion", le métier de cheffe décoratrice qu’Anne Seibel, ADC, exerce de par le monde et enseigne aux étudiants en décor de cinéma. Avec la participation de Raphaël Benoliel, Rick Carter, Darius Khondji, AFC, ASC, Antonin Depardieu, Christelle Maisonneuve et Ralph Fiennes.

"Nos 100 premières années"
Un livre publié par l’ASC

Livres et revues

En honneur de son 100e anniversaire, l’ASC a publié Our First 100 Years (Nos 100 premières années), un ouvrage de 154 pages où figurent en bonne place des douzaines de photos d’archive de qualité aux côtés des histoires personnelles de soixante-dix-sept membres de l’association.

Yves Angelo parle de son travail sur "Blanche comme neige", d’Anne Fontaine, et des optiques Zeiss

Optiques

Alors que le film Blanche comme neige, d’Anne Fontaine, sortait en salles en avril dernier (sortie en DVD et Blu-ray le 21 août chez Gaumont), se terminait le tournage de Police, de la même réalisatrice et toujours photographié par Yves Angelo. Celui-ci a accepté de partager son expérience avec les optiques Zeiss très différentes qu’il a choisies pour ces deux films, les Zeiss Supreme et les Master Anamorphic, fournies par RVZ. L’occasion d’interroger en toute sincérité l’héritage culturel historique des outils, la notion de belle image et les transformations du métier de directeur de la photo qu’il pressent.

Monia prend tous les risques
Entretien avec la directrice de la photographie Josée Deshaies à propos de "La Femme de mon frère", de Monia Chokri

Les entretiens au Festival de Cannes

Hommage dans sa forme aux films de Claude Jutra ou Michel Brault, pionniers du cinéma direct des années 1960, La Femme de mon frère est un premier film réalisé par la comédienne québécoise Monia Chokri. Centré sur le mal de vivre de Sophia, une sorte d’anti-héroïne déprimée à la Woody Allen (interprétée par Anne Elisabeth Bossé), le film porte un regard ironique sur la société canadienne actuelle. Les thèmes de la réussite sociale et de l’immigration se mêlent au trajet parfois loufoque de cette jeune femme qui cherche le bonheur au milieu d’une famille encombrante. Josée Deshaies nous fait partager ses souvenirs du plateau. (FR)

Où Anne Seibel, ADC, parle de son métier, chef décoratrice

Propos et entretiens

Le photographe de plateau Roger Do Minh, PFA, porte un intérêt particulier aux artisans du cinéma. Ayant déjà mis en lumière, sur le site qu’il leur dédie, les métiers de directeur de la photo, cadreur, accessoiriste, premier assistant réalisateur, il pose aujourd’hui son regard sur l’art du décor en s’entretenant avec Anne Seibel, ADC, chef décoratrice, qui parle, entre autres sujets, de son étroite collaboration avec les directeurs de la photographie.

Un "Petit Prince" nous a quittés
Par Philippe Houdart

Max Pantera

Beaucoup de ses proches, du moins professionnels, appelaient Max Pantera « Le Petit Prince » car sur les tournages, c’est lui qui avait pour habitude d’appeler comédiens et comédiennes, techniciens ou techniciennes, « Petit Prince » ou « Petite Princesse », ce qui, avouait-il, avait le gros avantages de lui permettre de ne pas avoir à mémoriser les prénoms de ses interlocuteurs. Et les comédiennes, en particulier, étaient souvent ravies par cette gentille intention qu’elles pensaient leur être réservée.

De l’ICS au Cine Gear Expo
Par Richard Andry, AFC

Actualités AFC

Le "jet lag" a ralenti mes méninges pendant une semaine et l’enchaînement avec l’inauguration du Leitz Park ne l’a pas facilité. A l’aller, j’avais prévu d’arriver quelques jours en avance pour ne pas avoir à souffrir de ce décalage horaire.

Films (10)