Bruno Nuytten

Réalisation
Direction de la photographie

Index des termes :

Bruno Nuytten;Nuytten

Résultats de la recherche

Articles (133)

Lumière sur le Festival de Locarno 2020

Films AFC dans les festivals

Sous-titrée "Pour le futur des films", la 73e édition du Festival de Locarno se tient du 5 au 15 août 2020. Cette édition spéciale, conçue pour être une "année zéro", rassemble films et spectateurs sur une Piazza Grande numérique, située tant sur la Toile mondiale que dans les salles obscures locales. Le futur débute dès à présent et Locarno sera toujours au côté du cinéma. A noter qu’au nombre des films sélectionnés, sont présents à l’image cinq membres de l’AFC.

Retour sur le FIDMarseille 2020
Par Caroline Champetier, AFC

Festivals divers

Le FIDMarseille* est un festival extraordinaire. Les films projetés au travers des cinq sélections - Internationale, Nationale, Flash, Premiers Films et Autres Joyaux - sont libres, libres dans leur durée, leur format, leur sujet, sans carcan scénaristique ou économique. Ils surgissent dans l’impérieuse nécessité qu’une femme ou un homme, n’importe où dans le monde, a ressenti en souhaitant rêver et aboutir, une construction d’images et de sons.

A propos des César 2020
Billets d’humeur de DoP de l’AFC

Billets d’humeur

A la suite de la 45e cérémonie des César, et en raison de la pluralité des réactions et des ressentis des DoP qui composent l’AFC, le conseil d’administration, réuni ce lundi 2 mars 2020, et moi-même avons décidé de ne pas faire "l’édito du président" à propos de cet événement mais de nous exprimer personnellement et librement dans la rubrique "billets d’humeur". (Gilles Porte, président de l’AFC)

"La vie est un roman", d’Alain Resnais, projeté au Ciné-club des chefs décorateurs

Ciné-club de l’ADC

Pour leur séance de février, le ciné-club Du décor à l’écran et les chefs décorateurs de l’ADC rendront hommage à Jacques Saulnier en accueillant Matthieu Beutter, François Thomas et Jean-Marie Vivès. Ces trois invités échangeront après la projection du film La vie est un roman, d’Alain Resnais, dont les décors sont signés Jacques Saulnier - et la photographie, Bruno Nuytten.

Restauration 4K de "Souvenirs d’en France", d’André Téchiné, photographié par Bruno Nuytten

Sur les écrans

Souvenirs d’en France, la première collaboration en 1975 entre André Téchiné et Bruno Nuytten, est de nouveau sur les écrans depuis le 9 octobre 2019 dans une version restaurée en 4K par Hiventy, sous le contrôle de Bruno Nuytten et grâce à l’ “Aide sélective à la numérisation des œuvres cinématographiques de patrimoine”, du CNC.

Pierre Lhomme, from Sidney Bechet to the "Light of God"

Pierre Lhomme

Pierre Lhomme’s career has traversed nearly fifty years of French cinema, displaying the same ease and rigorousness with directors such as Alain Cavalier, Chris Marker, Jean Eustache, James Ivory, Joris Ivens, René Féret, Jean-Pierre Melville, Jean-Paul Rappeneau, Margurite Duras, Patrice Chéreau, Robert Bresson, Bruno Nuytten, and others. These richly-diverse collaborations were all nourished by an attentive and uninterrupted observation of natural lighting in all of its forms : “I train my eye everywhere, in the street, in the cinema. I am very curious about gazes, ambiences, climates. Reality is a prodigious source of inspiration.” (P.L.)

"Les lumières de Lhomme" à paraître bientôt
Par Luc Béraud

Pierre Lhomme

« Je ne suis pas entré dans le cinéma par amour de l’image, j’ai fait de l’image par amour du cinéma. » Pierre Lhomme
La première fois que je vois Pierre Lhomme, c’est à l’été 1970 sur le Pont-Neuf. Il tourne avec Robert Bresson Quatre nuits d’un rêveur. C’est en août mais les soirées sont glaciales et toute l’équipe est couverte de vêtements chauds. Elle est peu nombreuse et travaille en silence. Et curieusement, malgré la nuit, avec peu de matériel d’éclairage.

Benoît Delhomme, the eye, the hand… and beyond
By Ariane Damain-Vergallo for Leitz Cine Weltzar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

In 1935, Benoît Delhomme’s grandfather Georges helped create Lancôme, a fragrance house for which he designed bottles or, more accurately, glass sculptures that were at once ethereal, bright and fanciful. "Magie", "Trésor", "Peut-être", "Joyeux Été" were the scents these bottles contained, the aim of which was to help women overcome the traumas of World War2.

Pierre Lhomme, de Sidney Bechet à "la lumière du bon Dieu"

Pierre Lhomme

La carrière de Pierre Lhomme traverse près de cinquante ans de cinéma français, passant avec la même aisance et les mêmes exigences d’Alain Cavalier à Chris Marker, de Jean Eustache à James Ivory, de Joris Ivens à René Féret, de Jean-Pierre Melville à Jean-Paul Rappeneau, de Marguerite Duras à Patrice Chéreau, de Robert Bresson à Bruno Nuytten…, collaborations riches par leur diversité qui se nourrissent d’une observation attentive et ininterrompue de la lumière naturelle sous toutes ses formes : « Je fais mon œil partout, dans la rue, au cinéma. Je suis très curieux de regards, d’ambiances, de climats. La réalité est une source d’inspiration prodigieuse ». (P. L.)

Pierre Lhomme nous a quittés

Pierre Lhomme

Les directrices et directeurs de la photographie de l’AFC ont la très grande tristesse de faire part du décès de Pierre Lhomme, premier président et président d’honneur de l’AFC, survenu le 4 juillet 2019, à Arles, dans sa quatre-vingt-dixième année. Les images de ce maître de l’argentique auront illuminé jusqu’à la perfection le cinéma pendant près de cinquante ans.

Benoît Delhomme, l’image et le geste
Par Ariane Damain-Vergallo pour Leitz Cine Weltzar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

En 1935, le grand père de Benoît Delhomme - Georges Delhomme - avait participé à la création de Lancôme, une maison de parfums dont il réalisait alors les flacons, sculptures de verre aériennes, lumineuses et pleines de fantaisie. "Magie", "Trésor", "Peut-être", "Joyeux été" étaient les noms des senteurs que ces flacons renfermaient et qui devaient rendre les femmes plus heureuses au sortir de la guerre.

Emporté dans le tourbillon d’énergie d’Agnès Varda
Par Eric Gautier, AFC

Agnès Varda

J’ai rencontré Agnès Varda grâce à Patricia Mazuy, avec qui je venais de tourner Travolta et moi. Elle m’a proposé de tourner avec elle Les Cent et une nuits de Simon Cinéma. Avec tous ces acteurs magnifiques, de Michel Piccoli à Marcello Mastroiani, en passant par Sandrine Bonnaire et Alain Delon, Robert de Niro et Catherine Deneuve...

Jean-Pierre Beauviala a accompagné ma vie de chef opérateur
Par Eric Gautier, AFC

Jean-Pierre Beauviala

Jean-Pierre a accompagné toute ma vie de chef opérateur, depuis la fin des années 1970 et ses entretiens passionnants aux Cahiers du Cinéma, puis avec sa caméra S16 mm pour les courts métrages et les documentaires, puis l’Aaton 35 mm, que j’ai utilisée sur presque tous mes films avant l’arrivée de la magnifique Penelope, qui reste ma caméra de prédilection.

Bruno Nuytten at the Cinémathèque française : "a critical lens"
By Jean-Noël Ferragut, AFC

Actualités AFC

To Bruno Nuytten and Caroline Champetier, AFC
Although it might seem an exaggeration, this little wink at Robert Doisneau is the opportunity to remind our readers that over a dozen members of the AFC – and I may not have had the opportunity of recognizing everyone in attendance – attended a nearly-full auditorium on Wednesday, 20 March at 8pm to support Bruno Nuytten at the opening of the retrospective that was dedicated to him at the Cinémathèque française.

Bruno Nuytten à la Cinémathèque française, "au plus-que-parfait de l’objectif"
Par Jean-Noël Ferragut, AFC

Actualités AFC

A Bruno Nuytten et Caroline Champetier, AFC
S’il peut paraître exagéré, ce petit clin d’œil à Robert Doisneau est l’occasion de rappeler que nous étions une douzaine de membres l’AFC – peut-être n’ai-je pas eu l’occasion de croiser tous les regards présents –, mercredi 20 mars à 20 heures, à venir au milieu d’une salle quasi comble entourer Bruno Nuytten lors de l’ouverture de la rétrospective qui lui est consacrée à la Cinémathèque française.

Bruno Nuytten Retrospective at the Cinémathèque Française
In partnership with the AFC

Actualités AFC

From 20 March to 3 April 2019, the Cinémathèque française is organizing, in partnership with the AFC, a retrospective dedicated to Bruno Nuytten, cinematographer and director, through a selection of 22 films out of the 30 or so feature-length films that he lit and for the most part also shot during a fifteen-year period. This selection is complemented by three short films that he shot in the early 70s and three of the films he directed (Camille Claudel, Albert Suffers and Jim, la nuit).

Sobibor, October 14, 1943, 4 p.m.

In memoriam

During Claude Lanzemann’s funeral at the Montparnasse Cemetery in Paris on Thursday, 12 July 2018, Caroline Champetier, AFC, who worked alongside him, was one of the eulogizers and she spoke the following words.

Eric Gautier, AFC, a never-ending desire
by Ariane Damain Vergallo for CW Sonderoptic – Leica

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

As a child, Eric Gautier spends a long time in his grandmother’s flower shop in the Paris suburb of Bondy. He daydreams while devouring the Tintin comic albums (conceived and designed by Belgian artist-auteur Hergé), not knowing yet that his desire for cinema would be born right there in the midst of mortuary crowns and that, much later, he would say : "I owe everything to Hergé".

Cinematographer Eric Gautier, AFC, discusses his work on Jia Zhang-ke’s film "Ash Is Purest White"

Les entretiens au Festival de Cannes

Director Jia Zhangke is one of the most critically acclaimed Chinese director and the one best-loved by international audiences. He has already presented a number of films at Cannes (I Wish I Knew, A Touch of Sin, Mountains May Depart). He entrusted Eric Gautier, AFC, with the cinematography of his last feature-length film. Eric Gautier is the cinematographer of France’s greatest directors (Arnaud Desplechin, Olivier Assayas, Alain Resnais, Patrice Chéreau) and also shot Into the Wild, On the Road, and Hotel Woodstock for Ang Lee. He is accompanying Jia Zhang-ke on his walk up the red carpet at Cannes this year, where the film Ash Is Purest White is in official competition. (BB)

Armand Barbault, l’homme qui aimait le cinéma
par Isabelle Scala

In memoriam

Armand Barbault, l’une des figures de la production française, nous a quittés le 13 avril 2018 dans sa quatre-vingt-sixième année. Son nom, cité au générique d’une trentaine de films en tant que producteur exécutif ou directeur de production, est étroitement lié à celui de cinéastes qu’il a accompagnés, tels que Truffaut, Miller, Godard, Chéreau, Téchiné, Cavalier ou encore Mikalkov.

Films (117)