De Gaulle

Lors du festival Camerimage 2018, j’ai découvert, grâce à Patrick Leplat, la série anamorphique T de Panavision. Je l’ai testée lors des essais de Kaamelott, d’Alexandre Astier. J’ai pensé à cette série lorsque Gabriel Le Bomin m’a proposé son film, De Gaulle, et expliqué l’image qu’il souhaitait.
Photogramme


Je remercie Patrick et Oualida, qui ont dû beaucoup insister pour la faire venir en France !
Après avoir établi les visuels avec le chef décorateur Nicolas de Boiscuillé, la créatrice de costumes Anaïs Romand et Gabriel, les essais filmés avec les comédiens ont permis à tous les services (costumes, maquillage, coiffure) d’être en harmonie avec l’image que nous avions définie.

Voici quelques visuels et les photogrammes des séquences :

Visuel


Photogramme


Visuel - Champs de bataille


Photogramme

Je voulais vous présenter De Gaulle en avant-première à La Fémis, mais le distributeur SND, refusant toute projection en avant-première gratuite, ne l’a pas autorisée.
Les temps changent, hélas...

Bande-annonce officielle

https://youtu.be/gzkGfqvuS_c

Portfolio

Équipe

Caméra A
Première assistante opératrice : Amandine Hanse-Balssa
Second assistant opérateur : Joris Julian
Assistante vidéo : Léna Delorme

Camera B
Cadreur : Guillaume Dreujou
Premiers assistants opérateurs : Dorian Lebeau et Arthur Chassaing
Seconde assistante opératrice : Nathalie Dziedzic
Chef machiniste : Vincent Trividic
Chef électricien : Philippe Porte

Technique

Matériel caméra : Panavision Alga (caméra Arri Alexa Mini en ArriRaw Opengate 3.4K et série T Anamorphique complète + zoom T 42-425 mm)
Matériel électrique : Transpalux
Matériel machinerie : Panagrip
Laboratoire : Le Labo Paris
Coloriste : Gilles Granier
Étalonnage des rushes : Delphine Penne

synopsis

Mai 1940. La guerre s’intensifie, l’armée française s’effondre, les Allemands seront bientôt à Paris. La panique gagne le gouvernement qui envisage d’accepter la défaite. Un homme, Charles de Gaulle, fraîchement promu général, veut infléchir le cours de l’Histoire. Sa femme, Yvonne de Gaulle, est son premier soutien, mais très vite les évènements les séparent. Yvonne et ses enfants se lancent sur les routes de l’exode. Charles rejoint Londres. Il veut faire entendre une autre voix : celle de la Résistance.