Henri Alekan

Direction de la photographie

Résultats de la recherche

Articles (22)

"Le Toit de la baleine", de Raoul Ruiz, photographié par Henri Alekan
François Ede se souvient...

Les Cinémathèques

Dans le cadre de sa plateforme Internet "Henri", la Cinémathèque française propose de redécouvrir ce film de Raoul Ruiz, tourné en Hollande, en 1982. Le Toit de la baleine est une fable ethnographique censée se situer dans d’improbables paysages de Patagonie. Nous avons demandé à François Ede, qui participa au tournage ainsi qu’à la restauration du film en 2016, de se replonger dans ses souvenirs afin de revenir, en particulier, sur le travail d’Henri Alekan, toujours audacieux et inventif.

Centième anniversaire de la naissance d’Henri Alekan

Henri Alekan

La Cinémathèque française organise une séance spéciale, le samedi 27 juin 2009 à 14h30, Salle Henri Langlois, autour d’une projection de L’Etat des choses de Wim Wenders.
Et, après la projection, une rencontre avec Agnès Godard, Willy Kurant, Jean-Louis Leconte et, sous réserve, Wim Wenders.



Parution d’"Henri Alekan - Le Vécu et l’Imaginaire"
Un recueil de souvenirs présenté par José-Louis Bocquet et Philippe Pierre-Adolphe

Livres et revues

En avril 1987, Philippe Pierre-Adolphe et José-Louis Bocquet rencontraient Henri Alekan dans le cadre d’un reportage réalisé dans sa propriété en Bourgogne ; âgé de 78 ans, il était au sommet de sa carrière. Plus de dix ans après, en 1999, une première édition du Vécu et l’Imaginaire paraît aux éditions de La Sirène évoquant ses souvenirs. En octobre 2019, une réédition est publiée, complétée et enrichie de textes inédits bénéficiant d’une iconographie issue des archives d’Henri Alekan, déposées à la Cinémathèque française par son épouse Nada.

Jimmy Berliet, Henri Alekan et Louis Page à réécouter sur France Culture

Propos et entretiens

Au cours du mois d’août 1982, était diffusée sur France Culture une série d’entretiens sur l’histoire du cinéma français, dans le cadre d’émissions intitulées "Cinéromans", de Philippe Esnault. Deux d’entre elles furent exclusivement consacrées à des opérateurs : Jimmy Berliet, d’une part, Henri Alekan et Louis Page, d’autre part. On peut toujours écouter ces archives sonores du cinéma français dans le cadre des "Nuits de France Culture".

"Sculpter la lumière", écouter ou réécouter Henri Alekan et Louis Page parler de leur métier

Propos et entretiens

Les Nuits de France Culture, dans son émission nocturne du 19 mars 2021, passé minuit, rediffusait le 5e épisode de "Cinéromans, les archives sonores du cinéma français" intitulé "Sculpter la lumière". Deux de ses grands artisans, les directeurs de la photographie Henri Alekan et Louis Page, évoquant leur parcours respectif, remontaient le temps pour dérouler le demi-siècle d’histoire d’un métier qui n’avait déjà plus grand chose à voir, au moment de l’enregistrement – en août 1982 –, avec ce qu’il était quand ils ont débuté, dans les années 1930.

La Cinémathèque française lance "Henri", une plateforme de collections de films

Les Cinémathèques

Dans un communiqué datant du jeudi 10 avril, la Cinémathèque française annonce le lancement de "Henri", une plateforme qui propose, tous les soirs à 20h30, la surprise d’un film rare qu’elle aura sauvegardé et restauré au cours des vingt dernières années. Elle s’est ouverte avec le mise en ligne, ce même jour, du film de Jean Epstein La Chute de la maison Usher (1928), photographié par Georges Lucas.

Où Claude, Evelyne et bien d’autres cessèrent de se languir au fond d’une boîte à chaussures...
par Eric Dumage, AFC, et Jean-Noël Ferragut, AFC

Actualités AFC

Le hasard fait parfois bien les choses. Nous sommes un dimanche soir, juste avant la fermeture du dernier Salon des vieux papiers – il s’est tenu en février, pour la première fois cette année sous la Halle Freyssinet (Paris 13e) –, quand une boîte en carton rectangulaire ne payant pas de mine, à première vue, du genre boîte à chaussures passablement écornée, attire notre attention.
Sur celle-ci, remplie à ras bord d’une pile de petits tirages photographiques (13 x 18 au plus), de toute évidence d’époque, on peut lire, écrit en travers de la main du marchand qui la propose, la mention " Collection Chevereau ". Ça alors !

Films (70)

Rubriques (1)