Les Derniers Parisiens

A propos des Derniers Parisiens ou comment j’ai appris à ne pas m’en faire et à aimer le rap.
Lubomir Bakchev et Hamé Bouroukba, en arrière-plan, sur le sournage des "Derniers Parisiens"
Photo Thierry Valletoux

Nous avons décidé d’utiliser une Sony F55 pour le tournage des Derniers Parisiens. Le film se passe dans le quartier de Pigalle et de nuit la plupart du temps. Le film est fait entièrement avec une caméra à l’épaule, d’où la nécessité d’une caméra légère et sensible.
Le cadre a été merveilleusement bien mené par Yoan Cart, que j’ai rencontré pour ce film. Il avait déjà travaillé avec Hamé et Ekoué, qui me l’ont chaudement recommandé. Une petite partie du film a été tournée à deux caméras et j’ai utilisé une Sony F3.

A l’étalonnage, nous n’avions pas de mal à faire coïncider les couleurs. C’est Polyson qui a traité les rushes et c’est leur travail qui nous a permis de pouvoir matcher les 23,98 i/s de la F3 avec les 24 i/s de la F55. Evidemment, sur la F3, il y avait un enregistreur externe Nanoflash.
Nous voulions également faire quelques images de la manière la plus discrète, en suivant un personnage qui déambulait tel un sans-abris au milieu des touristes de Pigalle. Pour faire cela j’ai utilisé une Black Magic Pocket avec des optiques Zeiss 16 mm. Malheureusement, la qualité de la compression ne nous a pas permis de retrouver une image satisfaisante. Je suis quand même très content du résultat final, le film est beau et je trouve que le regard que portent Hamé et Ekoué sur Paris est très original, voire inédit.
J’ai beaucoup aimé travailler avec eux. Pour beaucoup, ce sont les rappeurs du groupe La Rumeur. Pour moi, ce sont deux talentueux réalisateurs qui travaillent dans le respect mutuel et celui de leur équipe. À la fin de journée ils applaudissaient les figurants !

J’ai fait ce film avec très peu de préparation car je travaillais sur un autre film jusqu’à la veille du premier jour de tournage et j’ai dû improviser comme pour un documentaire sur une partie des décors. Mais avec des réalisateurs qui connaissent par cœur leurs décors et qui maîtrisent totalement les ambiances et leur sujet cela n’était pas difficile.

Hamé et Ekoué ont réécrit plusieurs scènes pendant le tournage pour des acteurs qui apparaissaient initialement de manière épisodique. Cela leur a permis d’épaissir ces personnages. Mais c’est surtout parce qu’ils étaient excellents que ces scènes ont été rajoutées. Du coup, nous avons fait ce film avec beaucoup d’enthousiasme et de plaisir parce que nous sentions que tout prenait forme et sens sur le plateau, donc un film n’est pas qu’un bon scénario !

Portfolio

Équipe

Cadreur : Yoan Cart
Assistants caméra : François Quillard et Marc Marchaoui
Chef électricien : Lucilio Dacosta Pays
Chef machiniste : Benoît Féréol

Technique

Matériel caméra : TSF Caméra (Sony F55 et F3)
Traitement des rushes : Polyson
Etalonnage : Elie Akoka et Film Factory