Retour sur la Conférence des lumières 2020 : les essais de LEDs

par Philippe Ros La Lettre AFC n°306

Lors du dernier Micro Salon, certains d’entre vous ont assisté à la conférence de Light, Camera, Action (LCA) sur les essais de LEDs auxquels j’ai participé l’année dernière à Berlin. Les résultats de ces tests ont été publiés par LCA et sont désormais téléchargeables en ligne, au format PDF *.

Bref historique : en mai 2019, j’ai été invité par Nick Shapley de LCA à participer à ces essais sans savoir vraiment de quoi il s’agissait.
Ce qui m’a vraiment intéressé dans ces tests, c’est qu’ils ont été initiés par Timm Brückner (chef électricien) et Michaël Carstens (responsable du département cinéma de la maison de location DRS à Berlin), avec l’idée de voir comment s’opérait la prise en main sur le plateau, mais aussi ce qu’entraînait, en postproduction, le mélange de sources LEDs avec du tungstène ou du HMI.

Timm Brückner et Nick Shapley

Il ne s’agissait pas de classer les éclairages entre eux, mais de connaître la qualité de ces produits avec la volonté de ne pas oublier qu’ils sont conçus d’abord pour éclairer des acteurs.
Les moyens étaient assez importants : une journée de prélight, trois jours de tournage et une journée de postproduction. Grâce à Michael et Timm, tout avait été fait pour que l’atmosphère soit extrêmement conviviale. Devant la richesse de ces tests, j’ai décidé d’en faire un rapport.

Lors d’un travail de supervision l’année dernière, j’avais pu voir les lacunes que j’avais face à ces nouveaux outils, aussi ce rapport reflète un peu la formation personnelle que j’ai entreprise sur ce sujet. Sachant que les outils de mesure classique (Sekonic, Gossen, Aventek) souffrent de manque de précision, j’ai demandé à mon ami Dirk Meier, coloriste, BVK, de venir mesurer les sources avec un outil de laboratoire pour en avoir une idée plus précise.

Nous n’avons pas été déçus, et ce rapport, que j’imaginais simple, nous a donné une foule d’informations pertinentes qui ont changé mon point de vue.

On se retrouve avec les LEDs devant une jungle d’informations. Il s’agit d’un nouvel univers que ce rapport exhaustif en six parties entreprend de décrypter pour permettre un meilleur contrôle de la lumière et donc de l’image.
Un chef électricien va désormais passer autant de temps à lire les menus des projecteurs que celui que nous passons, avec nos assistants, à lire et à comprendre les menus des caméras.

Ainsi vous trouverez dans la quatrième partie du rapport, "Explanation of the measurements", les explications sur les mesures réalisées, que j’ai rédigées avec l’aide de Dirk et Juan Antonio Fernandez, directeur de la photo, AEC, membres du comité technique d’Imago.

Les données fournies par les fabricants deviennent de plus en plus importantes et le futur semble se diriger tout droit vers des projecteurs en accord avec les espaces couleurs utilisés pour la chaîne numérique du film (TV HD/UHD ou cinéma 2K/4K).
Des productions comme Netflix accordent, dans leur feuille de route, énormément d‘importance à la qualité technique de ces outils et à l’approche technologique des fabricants.

Cette quatrième partie du rapport vous permettra de voir les limites réelles des instruments de mesure que nous utilisons sur le plateau et aussi de juger la valeur des informations données par les fabricants (qui se laissent aussi piéger par les instruments).
A cet égard, les comparaisons que nous avons effectuées entre les valeurs fabricants, les valeurs données par les outils de mesure classiques sur le plateau et les outils "de labo", se révèlent particulièrement intéressantes et parfois surprenantes.
Ce rapport vous permettra de comprendre les différentes valeurs de mesure (IRC, TLCI, CQS, TM-30-15/18).

Vous apprendrez à lire le spectre d’une source, à décrypter les fiches techniques des fabricants et à comprendre la confusion concernant les puissances des LEDs.
A travers un test d’étalonnage, vous pourrez voir le temps nécessaire à l’harmonisation de différentes sources LED.
En clair, vous disposez d’un rapport que nous avons voulu le plus efficace possible.
Il est important de savoir qu’une seule valeur de mesure, la dernière - TM-30-15/18 - est reconnue par les instances de mesure internationales pour les LEDs. Malheureusement très peu de fabricants donnent ces valeurs.

Je précise, la question m’ayant été posée, que ces essais sont indépendants et que personne n’a été rémunéré.
Nick Shapley, de Light, Camera, Action, a été un important supporter de ces essais, c’est lui qui a pris en charge nos voyages pour aller aux conférences des Micro Salon de Madrid et de Paris ainsi qu’au BSC Expo.

Les LEDs qui ont été essayées ne sont pas toutes distribuées par LCA.

  • Caméra et workflow :
    - Tous les essais ont été tournés avec une Arri Alexa LF
    - Fichiers d‘enregistrement : ArriRaw
    - Optique : 85 mm Signature Prime à T:4
    - Chaîne numérique : 4K DI sur Scratch avec Cinechromatix, Berlin.
  • Liste des LEDs essayées :
    - Aladdin Fabric Lite 35
    - Astera Titan Tubes
    - Cineo Lb 800
    - Creamsource Micro Colour
    - Creamsource Space X
    - Kino Flo Freestyle Tubes
    - Kino Flo Celeb 850
    - Litegear Litemat Spectrum 4
    - Litegear Litetile
    - Rosco / Dmg Lumiere Sl1 Mix
    - Arri Skypanel S360-C
    - Velvet Evo 2
  • Les essais filmés :
    - 3100K Bright skin
    - 3100K Dark skin
    - 5600K Bright skin
    - 5600K Dark skin
    - Lowlight
    - Special lights
    - Grading test : matching different LEDs
  • Les six parties du rapport, en anglais :
    1. Introduction
    2. 3100K Bright & Dark Skin tones
    3. 5600K Bright & Dark Skin tones
    4. Explanation of the measurements
    5. Comparison & Measurements 3200K
    6. Comparison & Measurements 5600K.