Venise n’est pas en Italie

Venise n’est pas en Italie, d’Ivan Calbérac, a d’abord été un roman, puis ”un seul en scène” au théâtre et enfin un long métrage. C’est l’histoire d’un adolescent vivant au sein d’une famille fantasque et qui tombe amoureux d’une fille inaccessible. Entre "road movie" et comédie douce-amère, ce film est ma troisième collaboration avec Ivan après Irène (2002) et L’Étudiante et Monsieur Henri (2016).

L’histoire se passe en été, l’étalonnage épouse cette tonalité solaire. Des couleurs précises, pas trop saturées, des carnations riches en nuances.
Nous avons tourné en France avec la caméra RED Weapon Dragon et la caméra RED Monstro pour la partie italienne. Ces deux caméras se mélangent correctement à l’étalonnage en gardant pour les deux une débayerisation semblable : REDgamma4 et DRAGONcolor2.
La grande différence, c’est l’extraordinaire sensibilité de la Monstro que j’ai utilisée jusqu’à 4 000 ISO sans difficulté. Cela nous a beaucoup aidés pour les extérieurs nuit, notamment la scène de bal du camping au bord de la lagune. Contrairement aux apparences, l’intensité des guirlandes déco qui éclairent la scène est très faible. C’est tourné à haute sensibilité pour que les profondeurs existent. Idem pour le village dans lequel se rencontrent Fabrice et Natacha. La place du village était très faiblement éclairée.

J’ai choisi la série Zeiss Ultra Prime pour son homogénéité et sa polyvalence.

Palazzo

La partie du film qui montre le voyage vers Venise comporte cinq longues scènes, intérieur voiture, dont deux entre chien et loup. Elles ont été tournées sur fond vert et nous avons ensuite tourné les pelures.
Pour obtenir ce résultat très convaincant, notamment en ambiance soleil, nous avons d’abord choisi sur Google Earth les portions de route sur lesquelles nous irions tourner les pelures. Connaissant les temps de trajets entre les différents spots, j’en ai déduit les incidences du soleil approximatives (axe et altitude) pour chaque séquence et nous les avons recréées en studio avec un projecteur quartz de 20 kW.
Les pelures ont été tournées sur le trajet Paris-Venise avec une voiture travelling équipée de trois caméras. Cela nous a permis de tourner simultanément plusieurs pelures d’une même séquence, évitant ainsi les allers et retours sur la route.

Rapport VFX

Nous avons tourné deux semaines en Italie et seulement quatre jours dans Venise. La logistique y est compliquée car l’équipement est acheminé en bateau, puis à pied. Par conséquent, nous avons utilisé le moins de matériel possible.

Bateau matériel

A noter que les intérieurs sont bien souvent impossibles à éclairer depuis l’extérieur, les fenêtres donnant généralement sur un canal ou sur un passage très étroit… Pas de groupe électrogène puissant, pas de grosses sources sur tour ou sur nacelle, il faut faire avec la lumière du soleil ou éclairer depuis l’intérieur !

Malgré ces contraintes, c’est une expérience vraiment formidable de tourner à Venise, dommage que si peu de séquences du film s’y déroulent ! C’est une ville qui reste magnifique, malgré le cancer du tourisme de masse…

Portfolio

Équipe

Premier assistant caméra : Matthieu Normand
Opérateur Steadicam : Loïc Andrieu
Chef électricien : Cafer Ilhan
Chef machiniste : Dominique Lomet
Etalonnage : Gilles Granier
Superviseur VFX : Mika Tanguy (Umedia)
Chef décoratrice : Sylvie Olive

Technique

Matériel caméra : TSF Caméra (RED Weapon Dragon 6K ; série Zeiss Ultra Primes)
Matériel électrique et machinerie : TSF Lumière et TSF Grip (dollie Fisher 11 et bras Aerocrane)
Voiture travelling : Francis Auguy et Gilles Cappelletto
Tête Flight Head : Olivier Leblanc (TSF)
Drone France (RED) : Matthieu Raymond
Drone Italie (Arri Alexa Mini) : Claudio Zavanio