Pierre Lhomme

Hommage confraternel à Pierre Lhomme
Par Jimmy Glasberg, AFC

Mon cher Pierre,
Tu viens de nous quitter après une longue et brillante carrière. Je t’avais croisé dès les années 1960. Tu étais un pionnier du cinéma direct, tu avais expérimenté, caméra à l’épaule, le prototype KMT avec Antoine Bonfanti et Etienne Becker.

LHOMME... à la caméra
Par Éric Dumage, AFC

Quelle belle rencontre, j’eus… de partager dix années d’assistanat caméra avec Pierre… À la fin, en 1984…, Pierre me proposa de voler de mes propres ailes, tout en précisant que si je ne trouvais pas de films, je pourrai l’appeler ! Ce n’était pas qu’il souhaitait se séparer de moi, bien au contraire, mais juste sa générosité. Notre amitié resta intacte jusqu’au bout.

Pierre Lhomme, un ardent défenseur de l’image
Par Eric Guichard, AFC

Lorsqu’on lit tous les hommages des réalisateurs sur le travail de Pierre, on mesure combien il fut un collaborateur précieux. Mais au-delà de la fabrication des images au tournage, Pierre fut aussi un ardent défenseur de la préservation et de la restauration des films auxquels il avait participé, préservant le sens et le récit que le metteur en scène avait défendu lors du projet initial tout en étant attentif à ce que pouvait apporter les nouvelles technologies d’étalonnage.

Don de Pierre
Par Vincent Jeannot, AFC

À la fin des années 1980 je fus brièvement l’assistant de Pierre Lhomme, remplaçant Jean-Yves Le Poulain quelques jours sur Camille Claudel et par la suite sur des films publicitaires. Nous nous sommes revus à mon entrée à l’AFC et particulièrement lors du Micro Salon de 2010 où j’avais exposé mon entière collection de cellules.

Eduardo Serra, AFC, contribue à l’hommage rendu à Pierre Lhomme

Eduardo Serra aurait, bien sûr, voulu rendre hommage à Pierre dont il fut assistant à ses tout débuts. Il ne peut pas le faire avec ses mots actuels mais c’est ainsi qu’il exprimait souvent son admiration pour lui, même à l’étranger.

"Les Lumières de Lhomme" à paraître bientôt
Par Luc Béraud

« Je ne suis pas entré dans le cinéma par amour de l’image, j’ai fait de l’image par amour du cinéma. » Pierre Lhomme
La première fois que je vois Pierre Lhomme, c’est à l’été 1970 sur le Pont-Neuf. Il tourne avec Robert Bresson Quatre nuits d’un rêveur. C’est en août mais les soirées sont glaciales et toute l’équipe est couverte de vêtements chauds. Elle est peu nombreuse et travaille en silence. Et curieusement, malgré la nuit, avec peu de matériel d’éclairage.

Pierre Lhomme : Un grand Maître, un grand Monsieur
Par Richard Andry, AFC

Pierre Lhomme, AFC, notre Président d’Honneur, nous a quittés. Il était une des figures tutélaires de notre association et jusqu’au plus bel âge, n’a jamais manqué d’assister à un CA quand son agenda parisien et sa santé le lui permettaient. Et n’avait pas peur de donner son avis.

Pierre Lhomme, une compréhension mutuelle totale
Par James Ivory

En 1980, quand je suis venu pour Quartet, le premier long métrage que j’allais tourner en France, je n’ai pas emmené mon chef opérateur anglais, Walter Lassally. Lui et moi avions déjà tourné cinq films ensemble, mais peut-être était-il déjà pris sur un autre film. Humbert Balsan, l’un des producteurs de Quartet, m’a recommandé Pierre Lhomme.

Bon voyage, monsieur Pierre !
Par Jean-Noël Ferragut, AFC

C’était bien avant le début des années 1990 et mon arrivée à l’AFC, je ne faisais pas partie des connaissances de Pierre Lhomme mais j’ai souvenir d’être tombé en admiration, comme d’autres apprentis opérateurs de ma génération, devant les images de Quatre nuits d’un rêveur (1971), La Chair de l’orchidée (1974), L’Ombre des châteaux (1976), Mortelle randonnée (1983), par exemple. Que chaque film puisse donner aux petits jeunots de notre espèce l’impression d’un "sans faute", il semblait évident que l’opérateur derrière sa cellule et son verre de contraste fût un Monsieur.

Pierre Lhomme, de Sidney Bechet à "la lumière du bon Dieu"

La carrière de Pierre Lhomme traverse près de cinquante ans de cinéma français, passant avec la même aisance et les mêmes exigences d’Alain Cavalier à Chris Marker, de Jean Eustache à James Ivory, de Joris Ivens à René Féret, de Jean-Pierre Melville à Jean-Paul Rappeneau, de Marguerite Duras à Patrice Chéreau, de Robert Bresson à Bruno Nuytten…, collaborations riches par leur diversité qui se nourrissent d’une observation attentive et ininterrompue de la lumière naturelle sous toutes ses formes : « Je fais mon œil partout, dans la rue, au cinéma. Je suis très curieux de regards, d’ambiances, de climats. La réalité est une source d’inspiration prodigieuse ». (P. L.)

Pierre Lhomme, l’ami de la famille
Par Arthur Cloquet, AFC

Dans ce petit monde du cinéma, on se connaît tous, enfin presque. Il y a ceux qui ont fréquenté les mêmes écoles, ceux de votre réseau. Il y a ceux avec lesquels on a noué des liens d’amitié, de fidélité. Et puis, beaucoup plus rares, il y a ceux de votre famille.

Pierre Lhomme ou faire partie de la famille !
Par Jean-Michel Humeau, AFC

Évoquer Pierre Lhomme, c’est plonger dans un passé qui commence à mes années d’études à l’IDHEC, de 1957 à 59, où Ghislain Cloquet, pour nous familiariser avec le milieu du cinéma, nous présenta Pierre Lhomme, Jean-César Chiabaut, Sacha Vierny, Chris Marker, Yann Le Masson et d’autres.

Disparition de Pierre Lhomme, AFC, quelques brefs témoignages

A la suite du décès de Pierre Lhomme, de nombreux témoignages sont parvenus à l’AFC. Nous publions ici certains de ces témoignages, plutôt brefs, messages de directeurs de la photographie membres de l’association, dont il était le président d’honneur, suivis de ceux de connaissances l’ayant côtoyé et de quelques institutions.

Quand Pierre Lhomme évoquait "L’Armée des ombres", de Jean-Pierre Melville

Lors d’une projection AFC à La fémis, le 3 octobre 2005, Pierre Lhomme était intervenu pour présenter le film, et son travail de restauration effectué l’année précédente. Après la projection, il a répondu aux questions de ses collègues. La retranscription de ses propos ci-dessous a été publiée en 2006 dans le n° 1 de la revue Lumières / les cahiers AFC.

Pierre Lhomme nous a quittés

Les directrices et directeurs de la photographie de l’AFC ont la très grande tristesse de faire part du décès de Pierre Lhomme, premier président et président d’honneur de l’AFC, survenu le 4 juillet 2019, à Arles, dans sa quatre-vingt-dixième année. Les images de ce maître de l’argentique auront illuminé jusqu’à la perfection le cinéma pendant près de cinquante ans.