François Reumont

Presse

Résultats de la recherche

Articles (30)

Babette Mangolte se souvient de Chantal Akerman et du tournage de "Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles"
Entretien par Yves Cape, AFC et François Reumont

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Après des études scientifiques, Babette Mangolte choisit de bifurquer vers le cinéma et rentre à l’école de Vaugirard. Sortie diplômée en 1966 (avec entre autres Noëlle Boisson, devenue monteuse ou Philippe Rousselot, AFC et Eduardo Serra, AFC), elle part ensuite pour New York en octobre 1970. Une visite de trois mois devient un séjour de huit mois avec un retour après un été à Paris revenir à New York pour une autre année. C’est là, en octobre 1971, qu’elle rencontre la jeune cinéaste Chantal Akerman, ce qui la mène à filmer Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles, en 1975, une œuvre désignée depuis décembre 2022 comme le meilleur film de tous les temps selon le magazine Sight & Sound, publication officielle du British Film Institute. Retour avec elle sur le tournage en 1975 de ce manifeste féministe de 3h30 porté par l’interprétation de la grande Delphine Seyrig. (FR)

Jonathan Ricquebourg, AFC, revient sur ses choix techniques et esthétiques pour "Earwig", de Lucile Hadzihalilovic
Reflets dans une dent de verre, par François Reumont

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Dans une maison sombre aux volets perpétuellement fermés, Mia, une fillette édentée, vit seule en compagnie d’Albert, un homme payé pour prendre soin d’elle. C’est à partir de cet argument assez épuré que démarre le nouveau film de Lucile Hadzihalilovic, dans une ambiance d’uchronie qui n’est pas sans rappeler celle des premiers films du tandem Caro et Jeunet. Marc Caro ayant apporté une petite touche de direction artistique en concevant un étrange appareil buccal chargé de recueillir la salive de la jeune protagoniste. C’est Jonathan Ricquebourg, AFC, qui signe les images de ce film fantastique presque gothique où le spectateur cherche parfois ses repères. (FR)

The Louma, the first remote-controlled crane head in the history of cinema

Machinerie et Grues

Just as the Cinémathèque française is honoring Jean-Marie Lavalou, François Reumont, in this article, updates the terms he used to trace the Louma’s history in his Grip’s Guide to Filming (Guide Machinerie de la prise de vues), published in 2004 by Editions Dujarric (preface by Jean-Marie Lavalou and Alain Masseron). The text is followed by an interview published in 2005 in Le Technicien du film following the Academy Award of Merit given in Los Angeles, by a more personal contribution by the author, and by the aforementioned preface.

La Louma, première grue à tête télécommandée de l’histoire du cinéma
Par François Reumont

Machinerie et Grues

Au moment où la Cinémathèque française rend hommage à Jean-Marie Lavalou, François Reumont, dans cet article, reprend en les mettant à jour les termes avec lesquels il avait retracé l’historique de la Louma dans son Guide Machinerie de la prise de vues, publié en mars 2004 aux Éditions Dujarric (préface de Jean-Marie Lavalou et Alain Masseron). Le texte est suivi d’un entretien paru en 2005 dans Le Technicien du film à la suite de la distinction (Academy Award of Merit) obtenue à Los Angeles, d’une contribution plus personnelle de l’auteur et de ladite préface.

Entretiens et comptes rendus réalisés à Camerimage lors de l’édition 2022

Actualités AFC

Depuis l’ouverture de Camerimage 2022, à Toruń (Pologne), le 12 novembre derniers, nous avons publié chaque jour des entretiens écrits avec des directeurs de la photographie parlant de leur travail sur un film sélectionné dans l’une ou l’autre des sections du Festival, ainsi que de nombreux comptes rendus des conférences, master classes, séminaires, rencontres ou hommages. Voici réunis les liens permettant de lire ou relire chacun de ces articles rédigés par Margot Cavret, Clément Colliaux, Jean Mathieu Fresneau, Pascale Marin, AFC, et François Reumont. La couverture photographique de tous ces événements a été assurée par Katarzyna Średnicka.

Cinematographer Sturla Brandth Grøvlen, DFF, talks about his work on Gunnar Vikene’s "War Sailor"
"Journey to the End of Hell" by François Reumont

Les entretiens de Camerimage

War films without soldiers are few and far between. Yet, this is what Norwegian Gunnar Vikene opted to do on his impressive film Kriegsseileren, which was screened in official competition for the Golden Frog for Best Cinematography 2022. Its narrative arc is evocative of Michael Cimino’s Deer Hunter (although it would have been entirely fitting for it to have adopted Cimino’s film’s French title : Journey to the End of Hell), this film whose title means “war sailor” is a film full of nuances in which destiny, friendship and survival combine to provide powerful dramatic fuel. Danish cinematographer Sturla Brandth Grøvlen, (Rams, 2015, winner of the Silver Frog) shot this epic yet very intimate story... (FR)

Edu Grau, ASC, AEC, and Shane Ainsworth talk about the technical challenge of shooting Lykke Li music video "5D", by Theo Lindquist
"I Follow You", by François Reumont

Les entretiens de Camerimage

Every year, the Camerimage festival honors music video cinematography during its big gala screening on Wednesday afternoon. This is the flagship event of our annual gathering, bringing together all the festival-goers and offering a unique window on the past year’s most innovative films. Amongst the contenders for the 2022 Golden Frog award for Best music video are director Theo Lindquist and cinematographer Edu Grau, who brought to life singer Lykke Li’s song “5D”. This astonishing cyclical ballet is well-attuned to the song’s melancholy mood. (FR)

Tommy Maddox-Upshaw, ASC, speaks about his cinematography on series "The Man Who Fell To Earth", by Alex Kurtzman
"The interstellar migrant", by François Reumont

Les entretiens de Camerimage

Extending rather than recreating the cult film by Nicholas Roeg, The Man who Fell to Earth – in which David Bowie plays an alien on Earth looking for a way to save his own planet – the eponymous TV series is a readaptation of the original novel that introduces a good dose of modernity. The impeccable British actor of Nigerian origin Chiwetel Ejiofor (Dirty Pretty Things, 12 Years a Slave...) lends his features to the visitor from another galaxy, while Noémie Harris (the mother in the film Moonlight) plays the Earthling who will be forced to accompany him on his mission. The screenplay by Alex Kurtzman and Jenny Lumet of course seizes the opportunity to show the social reality of present-day America, like an echo of the science-fiction short story that centers the theme of the foreigner.
Tommy Maddox-Upshaw ASC is the mind behind the images. He discusses with us the challenges involved in filming this series, a Spanish-British coproduction, which has been broadcast since April 2022 on Showtime. (FR)

Edu Grau, ASC, AEC, et Shane Ainsworth reviennent sur les défis techniques du vidéo clip "5D", de Lykke Li, réalisé par Theo Lindquist
"I follow you" par François Reumont

Les entretiens de Camerimage

Chaque année, le festival Camerimage met à l’honneur le travail d’image des vidéo clips lors de la grande projection de gala du mercredi après-midi. Un événement phare de chaque édition qui rassemble l’ensemble des festivaliers proposant une fenêtre unique sur les films les plus inventifs de l’année passée. Parmi les concurrents pour la Grenouille d’or de la vidéo musicale 2022, se trouvent le réalisateur Theo Lindquist et le directeur de la photographie Edu Grau, qui ont mis en image le clip "5D", de la chanteuse Lykke Li. Un étonnant ballet cyclique bien en phase avec l’ambiance mélancolique de la chanson. (FR)

Articles (30)

Peter Zeitlinger, BVK, ASC, speaks about "L’angelo dei muri" ("The Angel in the Wall"), by Lorenzo Bianchini
"Space and Time" by François Reumont

Les entretiens de Camerimage

Set almost exclusively in a dilapidated and dark apartment, Lorenzo Bianchini’s L’angelo dei muri (The Angel in the Wall) is a strange story mixing present and past, featuring a lonely old man threatened with eviction and new tenants. The result is particularly evocative of, both in its form and its staging, The others, by Alejandro Amenabar (2001). Austrian cinematographer Peter Zeitlinger was behind the camera on this film with few shots a very decisive choreography between actors and camera. A staging of space above all. (FR)

Peter Zeitlinger, BVK, ASC, nous parle de ses choix pour filmer "L’angelo dei muri", de Lorenzo Bianchini
"L’espace et le temps", par François Reumont

Les entretiens de Camerimage

Se déroulant presque uniquement dans un appartement vétuste et sombre, L’angelo dei muri, (The Angel in the Wall), de Lorenzo Bianchini, est une étrange histoire mêlant présent et passé entre un vieil homme seul menacé d’expulsion et de nouveaux locataires. Le résultat évoque dans sa forme et sa mise en scène notamment Les Autres, de Alejandro Amenábar (2001). C’est le directeur photographie autrichien Peter Zeitlinger, ASC, qui est derrière la caméra de ce film où les plans sont comptés, et la chorégraphie entre comédiens et caméra très déterminante. Une mise en scène de l’espace avant tout. (FR)

Le directeur de la photographie Sturla Brandth Grøvlen, DFF, parle de son travail sur "War Sailor", de Gunnar Vikene
"Voyage au bout de l’enfer" par François Reumont

Les entretiens de Camerimage

Rares sont les films de guerre sans soldats. C’est le parti pris du réalisateur norvégien Gunnar Vikene et de son impressionnant Kriegsseileren (War Sailor), projeté en Compétition principale pour la Grenouille d’or de la meilleure image 2022. Évoquant par sa construction narrative Deer Hunter, de Michael Cimino (auquel il pourrait emprunter sans complexe le titre français, Voyage au bout de l’enfer), ce "matelot de guerre" est un film tout en nuances où destin, amitié et survie forment un puissant carburant dramatique. C’est Sturla Brandth Grøvlen, DFF, directeur de la photographie danois (Rams, en 2015, déjà récompensé par une Grenouille d’argent), qui met en image cette histoire à la fois épique et très intime... (FR)

Michał Dymek, PSC, speaks about the shooting of "EO", by Jerzy Skolimowski
"Cinema and chance", by François Reumont

Les entretiens de Camerimage

A tribute to Robert Bresson’s Au hasard Balthazar, EO, by Jerzy Skolimowski, took everyone by surprise on the first day of competition at the 2022 Cannes Film Festival. At the end of the Fortnight, he won a deserved award from the jury and gave a hilarious speech in which the 84-year-old director thanked his equine actors. To mark the occasion of the screening of this film at Camerimage this year, the film’s cinematographer, Michał Dymek, aged 32, sat down with us to discuss this extraordinary collaboration situated between a road movie, a visual poem and an animal fable. (FR)

Michał Dymek, PSC, revient sur le tournage de "EO", de Jerzy Skolimowski
"Le cinéma et le hasard" par François Reumont

Les entretiens de Camerimage

Hommage à Au hasard Balthazar, de Robert Bresson, EO, de Jerzy Skolimowski, a pris tout le monde par surprise lors de la première journée de compétition à Cannes 2022. Remportant à l’issue de la quinzaine un Prix du jury mérité, avec à la clé un discours hilarant de remerciements à ses comédiens équidés de la part de son réalisateur de 84 ans. A l’occasion de sa présentation hors compétition en Séance spéciale à Camerimage, nous revenons avec le directeur de la photographie Michał Dymek, PSC, (32 ans) sur cette collaboration hors norme entre road movie, poème visuel et fable animaliste. (FR)

Entretien avec Vittorio Storaro, AIC, ASC, à propos de sa conception de son métier, sa carrière et ses projecteurs "Muses of Light"
"Zeus et ses neuf filles", par François Reumont pour l’AFC

Entretiens avec les partenaires "industries techniques" de l’AFC

Faisant équipe depuis 2015 avec Woody Allen, Vittorio Storaro est actuellement en tournage à Paris. Annoncé comme un retour au thriller (dans la veine de Crimes et délits ou Match Point, les deux perles noires de sa longue filmographie, ce film est annoncé comme l’ultime réalisation du cinéaste New Yorkais. Vittorio Storaro, AIC, ASC, revient avec nous sur sa carrière mythique, sur sa définition du rôle d’"Auteur de la cinématographie" (et non pas de directeur de la photographie) ainsi que sur les "Muses of Light", sa série exclusive de projecteurs LED développés avec De Sisti et baptisés des noms des neuf filles de Zeus. Une gamme distribuée en France par Dimatec et Stéphane Samama, avec qui nous l’avons rencontré. (FR)

Et la lumière fût
Un dossier sur les sources de lumière venues des scènes du spectacle vivant, par François Reumont pour l’AFC

Lumière, Energie et Accessoires

Depuis la numérisation du son, puis celle des caméras (et de la diffusion), la généralisation des LEDs et des lumières contrôlées en direct par console marque une troisième étape dans le bouleversement des techniques sur les plateaux de cinéma. Avec l’arrivée de nouvelles sources venues du monde de la scène, entièrement télécommandables, le travail du chef électricien a considérablement évolué, nécessitant de plus en plus de compétences dans le domaine de la gestion des protocoles de communication, et leurs applications pour contrôler les nombreuses sources installées sur un film. L’AFC vous propose une immersion dans cet univers où des termes comme "adresses réseau", "univers et canaux DMX" côtoient les automatiques, gobos, Depence et autres grandMA.

Tuning optiques
Chacun cherche son verre

Optiques

Depuis l’avènement de la prise de vues numérique, on constate que le marché des optiques est devenu la pierre angulaire des loueurs cinéma. En passant d’une époque où les directeurs de la photo n’avaient qu’un choix assez restreint en matière d’objectifs pour équiper les caméras argentiques, on est désormais face à une offre pléthorique entre objectifs modernes, objectifs anciens recarrossés et séries fabriquées plus ou moins sur mesure selon les demandes des utilisateurs. L’AFC vous propose un tour d’horizon des solutions offertes par les fabricants et les loueurs. (FR)

Films (1)