Jimmy Berliet

Direction de la photographie

Résultats de la recherche

Articles (5)

Des perles rares à (re)découvrir sur la plateforme Henri

Les Cinémathèques

Depuis son lancement par la Cinémathèque française, le 10 avril 2020, la plateforme Henri - en hommage à son père fondateur, Henri Langlois - propose, chaque soir à 20h30, la surprise d’un film rare qu’elle aura sauvegardé et restauré au cours des vingt dernières années. Sur le nombre de films programmés, nous avons sélectionné quelques perles rares, à ne manquer sous aucun prétexte, et tenons à jour les toutes dernières mises en ligne.

Jimmy Berliet, Henri Alekan et Louis Page à réécouter sur France Culture

Propos et entretiens

Au cours du mois d’août 1982, était diffusée sur France Culture une série d’entretiens sur l’histoire du cinéma français, dans le cadre d’émissions intitulées "Cinéromans", de Philippe Esnault. Deux d’entre elles furent exclusivement consacrées à des opérateurs : Jimmy Berliet, d’une part, Henri Alekan et Louis Page, d’autre part. On peut toujours écouter ces archives sonores du cinéma français dans le cadre des "Nuits de France Culture".

La Cinémathèque française lance "Henri", une plateforme de collections de films

Les Cinémathèques

Dans un communiqué datant du jeudi 10 avril, la Cinémathèque française annonce le lancement de "Henri", une plateforme qui propose, tous les soirs à 20h30, la surprise d’un film rare qu’elle aura sauvegardé et restauré au cours des vingt dernières années. Elle s’est ouverte avec le mise en ligne, ce même jour, du film de Jean Epstein La Chute de la maison Usher (1928), photographié par Georges Lucas.

Films de patrimoine, une campagne inédite du CNC pour leur redonner vie

Le CNC

La sauvegarde et la diffusion du patrimoine font partie des missions essentielles du CNC. A ce titre, il a financé de 2012 à 2019, dans le cadre d’une enveloppe exceptionnelle de 68 millions d’euros, la restauration et la numérisation de 1 200 films. Cet effort se poursuit de façon régulière, puisque le CNC continue de soutenir la mise en œuvre de ces travaux par les ayants droit des films, pour un montant annuel de 2,8 M€.