Palmarès du FESPACO 2019

La Lettre AFC n°296

La 26e édition du FESPACO (Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou) s’est tenue du 23 février au 2 mars 2019. L’Étalon d’or de Yennenga a été remporté par le film rwandais La Miséricorde de la jungle, de Joël Karekezi, photographié par Joachim Philippe, SBC. Le prix de la Meilleure image a été décerné à Mabata Bata, de Joao Luis Sol de Carvalho, photographié par Jorge Quintela, AIP.
Le réalisateur rwandais Joël Karekezi reçoit l’Étalon d’or de Yennenga

Au palmarès
Étalon d’or de Yennenga
La Miséricorde de la jungle, de Joël Karekezi, photographié par Joachim Philippe, SBC. Ce film remporte aussi le Prix d’interprétation masculine décerné à Marc Zinga pour son rôle du Sergent Xavier.

Étalon d’argent de Yennenga
Karma, de Khaled Youssef (Egypte), photographié par Rauf Abdel Aziz

Étalon de bronze de Yennenga
Fatwa, de Mahmoud Ben Mahmoud (Tunisie), photographié par Mohamed Maghraoui

Prix d’interprétation féminine
Samantha Mugotsia, pour son rôle dans Rafiki, de Wanuri Kahiu (Kenya), photographié par Christopher Wessels.

Prix de la meilleure image
Mabata Bata, de Joao Luis Sol de Carvalho (Mozambique), photographié par Jorge Quintela, AIP.

Cette 26e édition du Fespaco, dont le thème était "Mémoire et avenir des cinémas africains", marquait aussi les 50 ans de l’existence du Festival, d’abord dénommé “Premier festival de Cinéma Africain de Ouagadougou” puis rebaptisé Fespaco en 1972. La célébration du cinquantenaire était placée sous la triple dimension de la mémoire, de l’identité et de l’économie. Un colloque, qui avait pour sujet "Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité", s’est déroulé sur deux jours et a regroupé, entre autres professionnels des médias, chercheurs, hommes de lettres, autorités politiques et étudiants, des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel.

Sélection spéciale pour la célébration du cinquantenaire :
- Les classiques des cinémas d’Afrique et de la diaspora, les films emblématiques des 50 dernières années
- Une rétrospective des films étalons d’or de Yennenga
- Les films restaurés du patrimoine des cinémas d’Afrique et de la diaspora.

A noter que le CNC est l’un des partenaires du Fespaco.

Rappelons pour mémoire que quelques membres de l’AFC figurent au générique de certains films primés par un Étalon d’or de Yennenga :

En 2017 : Étalon d’or de Yennenga pour Félicité, d’Alain Gomis (Sénégal), photographié par Céline Bozon, AFC

En 2013 : Étalon d’or de Yennenga pour Tey (Aujourd’hui), d’Alain Gomis (Sénégal), photographié par Crystel Fournier, AFC

En 2011 : Étalon d’argent de Yennenga pour Un homme qui crie, de Mahamat Haroun Saley (Tchad), photographié par Laurent Brunet, AFC

En 2001 : Étalon de Yennenga pour Ali Zaoua, de Nabil Ayouch (Maroc), photographié par Vincent Mathias, AFC

En 1997 : Étalon de Yennenga pour Buud Yam, de Gaston Kaboré (Burkina Faso), photographié par Jean-Noël Ferragut, AFC

En 1991 : Étalon de Yennenga pour Tilaï, d’Idrissa Ouadraogo (Burkina Faso), photographié par Jean Monsigny, AFC.

En 1997 : Prix de la meilleure photo à Bertrand Chatry, AFC, pour son travail sur Tableau ferraille, réalisé par Moussa Sene Absa.