Présentation du directeur de la photographie Aymerick Pilarski, AFC

Par Thierry Arbogast et Gilles Porte, membres de l’AFC

par Thierry Arbogast, Gilles Porte La Lettre AFC n°312

[English] [français]

Ayant récemment été admis au sein de l’AFC en tant que membre actif, le directeur de la photographie Aymerick Pilarski est ici présenté par ses deux parrains, Thierry Arbogast, AFC, et Gilles Porte, AFC, qui ont tous les deux soutenu avec justesse sa candidature.

Aymerick Pilarski, un jeune directeur de la photographie talentueux méritant d’être soutenu, par Thierry Arbogast, AFC
Au cours de mes différents projets cinématographiques qui m’ont amené en Asie, j’ai eu le plaisir de rencontrer Aymerick et de travailler avec lui à plusieurs reprises. Sa connaissance du métier de directeur de la photographie, son professionnalisme et son sérieux ont été une aide inestimable. Ses connaissances techniques et culturelles font de lui un collaborateur de premier choix. De plus, le fait qu’il parle français, anglais et mandarin parfaitement fait de lui un directeur de la photographie français qui sait s’adapter aux exigences des coproductions internationales avec la France, tout en faisant preuve d’une grande habileté à communiquer techniquement et culturellement avec les différentes équipes avec lesquelles il travaille.
Du fait qu’il travaille essentiellement entre la France et l’Asie, j’ai également eu la chance d’avoir sa contribution sur un de mes derniers films tournés à Paris, intitulé Déflagrations. Les faits de pouvoir tourner rapidement et de lui faire confiance pour l’exécution des plans ont permis de finir le film dans les délais donnés, sans faire de compromis techniques ou artistiques.
Je trouve également que l’un de ses derniers films actuellement en salles en France, intitulé La Femme des steppes, le flic et l’œuf, est une belle réussite visuelle qui met bien en avant le talent de ce jeune directeur de la photographie qui mérite d’être soutenu. Les collaborateurs de l’AFC n’ont d’ailleurs pas été indifférents à son travail car ils lui ont récemment consacré un entretien autour de ce film.
C’est donc avec grand plaisir que j’ai tenu à soutenir la candidature de Aymerick Pilarski pour devenir membre de l’AFC.

Aymerick Pilarski au sein de l’AFC, une très bonne chose pour lui mais aussi pour chacun d’entre nous, par Gilles Porte, AFC
J’ai rencontré Aymerick Pilarski l’année dernière à Camerimage. Aymerick était présent à la Master Class AFC et était venu également à la projection de Celle que vous croyez. Nous avons beaucoup échangé sur le film que je présentais mais aussi sur son expérience en Chine, très éloignée de ce que nous connaissons dans l’Hexagone ou de ce qu’il m’est arrivé de vivre à l’étranger.
Aymerick m’a aussi posé beaucoup de questions sur le fonctionnement de l’AFC, et sur cette possibilité que nous avons d’échanger tant sur un point technique que politique ou artistique. En l’écoutant, j’ai eu confirmation que le site de l’AFC traversait très bien les frontières car Aymerick faisait référence à beaucoup d’entretiens de nos membres.
Plus tard, j’ai découvert La Femme des steppes, le flic et l’œuf, de Quan’an Wang, dont il a signé la photographie. J’ai apprécié son sens du cadre et certains postulats radicaux, décidés avec la mise en scène.
Je me suis à nouveau entretenu longuement avec Aymerick récemment puisqu’il est venu de me rejoindre sur le tournage du film que je tourne actuellement… Nous avons prolongé bien au-delà de ma journée de tournage et j’ai le sentiment que l’entrée d’Aymerick au sein de l’AFC sera une très bonne chose pour lui mais aussi pour chacun de nous.

En vignette de cet article, Aymerick Pilarski sur le tournage, en Mongolie, de La Femme des steppes, le flic et l’œuf, de Quan’an Wang.