Retour sur Caméflex-Amiens 2013

Par Alain Coiffier, Dominique Gentil, Rémy Chevrin, Jean-Noël Ferragut, Eric Guichard…

par Eric Guichard, Jean-Noël Ferragut La Lettre AFC n°237

[English] [français]

3 metteurs en scènes, 22 directeurs de la photo, 20 partenaires et associés des industries techniques ont été présents entre le 11 et le 15 novembre 2013 pour les rencontres Caméflex-AFC au Festival International d’Amiens.
Le Caméflex-Amiens et sa suite
De g. à d. : Philippe Piffeteau, Fabien Gaffez, Pascal Ridao, Olivier Assayas, Rémy Chevrin, Denis Lenoir, Richard Andry, Ricardo Aronovich, Jean-Marie Dreujou, Jean-Noël Ferragut, Hélène Louvart, David Quesemand, Robert Alazraki, Vincent Muller, Gérard de Battista, Laurent Dailland, Michel Abramowicz, Alain Coiffier, Dominique Gentil, Michael Henri Wilson - Photo Germain Suignard

Un grand merci à tous pour l’intérêt manifeste à ce rendez-vous deuxième du nom consacré au métier de la cinématographie que nous avions initié l’an passé.
Salles combles et une jeune assistance remarquée pour les évènements principaux programmés ce qui était très réjouissant.

Rétrospective des films photographiés par Denis Lenoir dans le cadre de son hommage
9 titres programmés, présentés par lui-même :
- Désordre (1986), d’Olivier Assayas
- Tandem (1987), de Patrice Leconte
- Monsieur Hire (1989), de Patrice Leconte
- L’Eau froide (1994), d’Olivier Assayas
- Carrington (1995), de Christopher Hampton
- Demonlover (2002), d’Olivier Assayas
- Angel (2007), de François Ozon
- La Loi et l’ordre (Righteous Kill) (2008), de Jon Avnet
- Carlos (2010), d’Olivier Assayas

2 films photographiés par Yorrick Le Saux, invité de Denis Lenoir avec qui il a co-photographié Carlos, d’Olivier Assayas
- Quand j’étais chanteur (2006), de Xavier Giannoli
- Amore (2009), de Luca Guadagnino

Projection de Série noire, d’Alain Corneau, photographié par Pierre-William Glenn et présenté par ce dernier

Conférence de Denis Lenoir : " Ma vie d’artiste en 15 films que j’ai pas tournés "
15 extraits de films dont les images ont marqué l’œil de Denis, de Pierrot le fou à Edward Munch en passant par Ordet et bien d’autres, itinéraire d’un maitre de la lumière doublé d’un cinéphile devant l’éternité.

Master Class Denis Lenoir : " Le responsable de la lumière du film ? "
Denis, un zeste provocateur, souhaitait nous convaincre, en présence d’Olivier Assayas, que c’était finalement le metteur en scène qui était le responsable de la lumière du film… Point de vue polémique, brillamment modéré par Michael Henri Wilson et Fabien Gaffez, qui a nourri deux heures d’échanges passionnants.

Hommage au cadreur Luc Drion disparu brutalement cette année, suivi de l’avant-première de Belle et Sébastien, réalisé par Nicolas Vanier, le dernier film auquel il a collaboré et qui lui est dédié, photographié par Eric Guichard.
Précédant sa projection, nous avons pu voir un montage d’extraits d’Océans, Toto le héros, Himalaya et Le Peuple migrateur, préparé par Dominique Gentil, et nous avons pu montrer au public du cinéma Gaumont-Amiens combien le travail au cadre de Luc Drion était précis, dynamique et souvent impressionnant.
Jacques Perrin, présent avec nous, a su dire avec l’humanité qui est la sienne sa reconnaissance pour le metteur en images qui l’avait accompagné dans ses projets les plus importants.
En sa compagnie, celle de Dominique Gentil et d’Eric Guichard, né le même jour que lui et qui avait tant travaillé avec Luc, nous avons su lui rendre un bel et vibrant hommage et le remercier pour sa contribution talentueuse au noble travail du cadreur. « Les yeux du metteur en scène… », comme le soulignait Eric avant un déroulant d’images à couper le souffle que l’on n’est pas près d’oublier.

Remise de La Licorne d’Or à Denis Lenoir avec ces quelques mots de Vincent Muller :
« Cher Denis,
Je suis une nouvelle recrue de l’AFC depuis quelques jours.
Je projetais Monsieur Hire en 1989 dans un petit cinéma de banlieue. En voyant ce film (et Sandrine Bonnaire), je me suis dit que je voulais faire ces images, passer dans l’écran et fabriquer ce que je voyais. Je ne savais rien, je ne connaissais rien, juste j’admirais ces images. C’était une chimère.
Aujourd’hui, grâce à l’AFC, j’en ai attrapé une, cette Licorne d’Or, et je vous la remets, avec toute notre admiration pour votre vie de cinéma. »

Sans oublier la participation de Gérard de Battista au jury de la compétition officielle aux côtés de Stéphane Brizé (réalisateur et président du Jury), Hélène Ruault (scénariste), Sonia Rolland (comédienne), Nicolas Sarkissian (monteur).

A travers son soutien à notre manifestation, à travers la qualité et l’importance des tables rondes organisées autour de l’ensemble de sa programmation (à travers la composition même du jury), le Festival d’Amiens confirme sa transversalité avec tous les métiers du cinéma et son intérêt pour la transmission de nos savoirs.
La magnifique Master Class de Lam Lé sur le story-board ou celle de Mike Hodgis sur la mise en scène en sont d’autres exemples…

On disposera bientôt des entretiens filmés à Amiens à notre initiative durant ces journées :
- entre Denis Lenoir et Channa Desapryia le directeur photo de Asoka Andagama venus du Sri Lanka présenter ses films. Des images chargées d’intensité sur la condition des femmes et l’après révolte des tamouls filmées sur un mode impressionniste et avec un clin d’œil marqué pour Nestor Almendros,
- entre Vincent Lignier, photographe qui exposait à la Maison de la Culture ses portraits de stars et Gérard de Battista sur le thème Le portrait en photo et au cinéma,
- entre Pierre-William Glenn et les étudiants en image de l’université d’Amiens.

Un grand merci
- Au Festival d’Amiens pour sa collaboration et son appui financier

  • A Fabien Gaffez et à toute l’équipe du Festival dirigée par Hélène Rigolle avec qui nous avons préparé cette édition
    - A Germain Suignard qui a improvisé un studio sur place pour nous photographier tous derrière l’œilleton mythique d’un Caméflex prêté par Ken Legargeant et accessoirisé par Panavision Alga
    - A Vincent Muller, Rémy Chevrin et David Quesemand qui, avec Dominique Gentil, ont initié des conversations fructueuses avec les jeunes metteurs en scènes venus présenter leurs projets au Fond d’aide d’Amiens au développement de scénario, après avoir étudié leurs dossiers individuels.
    - A Pierre Frank Neveu, Sony et à leur installateur R2D1 pour leur contribution à la qualité des projections numériques.
    - A Eric Vaucher et Angelo Cosimano de la CST pour leur collaboration technique
    - A Marc et Kenny Galerne (K5600) pour leur soutien amical et leur matériel d’éclairage
    - A Tommaso Vergalo et Digimage pour l’édition du film sur Luc Drion.

… Et à vous tous, sans votre soutien et votre présence ces moments d’une convivialité rare et si importants pour la vie de l’AFC n’auraient pas pu exister.

Le mot de la fin
« A Amiens, j’ai pu redécouvrir Diamants sur canapé en DCP 4K, projeté avec l’aide de Sony qui avait installé un projecteur 4K pour l’occasion durant le festival.
Un grand merci à l’équipe de Sony de nous avoir soutenus et permis, entre autres, de revoir ce film magnifique. »
Eric Guichard, AFC

(En vignette de cet article, Denis Lenoir et sa Licorne d’or, entouré de Fabien Gaffez, à gauche, et Alain Coiffier)