32e cérémonie de remise des ASC Awards

Par Richard Andry, AFC

par Richard Andry La Lettre AFC n°284

[English] [français]

Nos amis anglais de la BSC, tout comme nos amis américains de l’ASC, ont un rituel annuel qui nous est étranger, celui de la remise de prix ou Awards, à la gloire de la "cinematography" (que l’on traduirait par : photographie cinématographique).

Ces évènements se déroulent en été pour les premiers dans le cadre d’un Summer Luncheon dans la salle de réception des studios de Pinewood, et en hiver, quelques semaines avant la cérémonie des Oscars, dans une immense salle de bal à Hollywood, pour nos confrères américains. Dans la foulée de la Carte blanche qui leur avait été offerte lors du dernier Micro Salon AFC, Kees Van Oostrum, président de l’ASC, qui n’avait pu être présent à Paris, m’a invité à la 32e cérémonie de remise des ASC Awards. J’ai donc débarqué chez lui le mercredi 14 février au soir, après un voyage aller qui aura duré au total 18 heures.

Les ASC Awards, orchestrés de main de maître par Don McCuaig, ASC, ce n’est pas un petit événement visant seulement à entretenir l’esprit de convivialité mais un énorme show regroupant de nombreux acteurs du monde de l’image ; un repas rassemblant autour de plus d’une centaine de tables 1 550 participants. L’équivalent de l’assistance d’un vendredi de Micro Salon. Impressionnant. Il y a presque tout le monde. Arri était venu en force autour du Dr Jörg Pohlman, le dirigeant du groupe venu d’Allemagne en passant par Pékin. Il y avait aussi toute l’équipe de Camerimage, venue dans la foulée de leur huitième Winners Show tenu quelques jours auparavant à l’American Film Institute. Kazik en profitait pour remercier l’AFC chaleureusement, au passage, de la compilation d’entretiens et d’articles, réalisés pendant le dernier Camerimage, que nous leur avions adressée avec nos vœux, en début d’année.

Le rituel des ASC Awards s’étale sur plusieurs jours et débute le jeudi matin par un petit déjeuner de présentation, rassemblant les sponsors de la fête et tous les membres du comité d’organisation, et qui se déroule au Club-House, quartier général de l’ASC. Dans la salle d’honneur trône, maintenant, dans son petit sarcophage de plexiglas, la Mitchell BNC n°2 avec laquelle Gregg Toland a tourné Citizen Kane, que l’on vient tout juste de leur offrir.

Gregg Toland, Orson Wells et le Mitchell BNC 2
Le BNC 2 en vitrine

Dans le local de l’American Cinematographer, j’ai pu croiser Emmanuel "Chivo" Lubezki, ASC, AMC, qui essayait le nouveau T-shirt arborant l’image de la fameuse Mitchell qu’il comptait porter sous sa veste de smoking lors de la remise des prix dans la catégorie "long métrage projeté en salles", charge partagée avec son joyeux compère, Matty Labatique, ASC. La première chose qu’il m’a dite, c’est : « Est-ce que Bruno va venir ? » ; pendant ces deux jours de "prep", ce ne sera pas le seul à me poser cette question. Je n’avais pas la réponse. Puis, nous avons parlé chaussures et mal de dos, il m’a montré ses semelles internes, j’ai pu vanter mes "Paraboot frenchies" dont il m’a dit apprécier le confort mais visiblement moins le look. 

Emmanuel "Chivo" Lubezki et Matthew Libatique

On a vite dévié vers la HDR, quand je lui ai rappelé la projection de The Revenant qu’il nous avait proposé et commenté en 2016 au Dolby Theater, c’est un fan du Dolby Vision. Discussion simple et sympa avec un multi oscarisé qui n’a pas pris le melon. Le soleil tapait dur, j’ai hérité d’une casquette siglé ASC. Le soir les "AFC, ASC" locaux ont organisé un petit repas "welcome" très sympa chez Glynn Speeckaert ; Edu, sa compagne, avait préparé une superbe paella et Denis Lenoir un excellent cocktail. Kees nous ayant rejoint, nous avons pu échanger sur les spécificités de nos associations et, au passage, Denis m’a demandé pourquoi on n’organiserait pas des AFC Awards ? Oui, ce ne serait pas une mauvaise idée. Il faudra peut-être y penser ? Une occasion de faire la fête avec nos partenaires.

Vendredi soir, repas des nommés. Il n’y a que quelques happy few invités avec les lauréats des onze Awards qui vont être décernés ; Patricia Armacost, dite "Patty", la grande organisatrice de l’événement a bien voulu que j’y sois présent.

Le dîner des nommés

Bruno Delbonnel, AFC, ASC, qui est nommé pour Dark Hours, arrive juste de l’aéroport. Il fera l’aller-retour en l’honneur de cette occasion et repartira le dimanche. Je remarque encore une fois qu’il est très populaire et apprécié dans l’assemblée et je comprends pourquoi. Il rejoint Hoyte van Hoytema, ASC, FSF, NSC, nommé pour Dunkirk, et Rachel Morrison, ASC, nommée pour Mudbound. Cette fameuse Rachel que nous avions tant attendue à Paris pour la Carte Blanche. On parle de la vie, j’en profite pour faire un petit "selfie" avec elle. A table, je voisine avec Rodney Charters, ASC, très "jet-laggé" mais ravi de son séjour à Paris pour la Carte blanche, nouveau grand fan du Micro Salon, qui a suivi avec attention toutes les projections des essais caméras à grand capteur présentées à cette occasion par les membres de l’AFC, et apprécié l’ambiance studio de La Fémis et celle très conviviale des petits cafés alentour.

Bruno Delbonnel et Richard Andry
Hoyte Van Hoytema
Richard Andry et Rachel Morisson

Et il ne manquait pas de le faire connaître à nos voisins de table. Panavision, en les personnes de Kim Swyler et Hugh Wittaker, était très présente auprès des lauréats. Ainsi que Kodak. Kees Van Oostrum, ASC, dans sa présentation, n’oublie pas de me citer comme invité d’honneur venu de France pour représenter l’AFC et n’oubliera jamais, en public, de nous citer comme association amie respectée et très proche de l’ASC. La classe.

Ellen Kuras et Kees Van Oostrum

Enfin, le grand soir. Une foule animée mais disciplinée, en tenue de soirée, rejoint le "Grand Ballroom" et prend place autour des tables. Que le spectacle commence : Angelina Jolie, Stephen Lighthill, ASC, Russell Boyd, ACS, ASC, et Russell Carpenter, ASC, reçoivent un Award d’honneur ; Owen Roizman, ASC, un émouvant hommage et une standing ovation. Ainsi s’enchaînent les récompenses. C’est Roger Deakins, ASC, BSC, absent mais représenté par son épouse, qui est récompensé pour l’image de Blade Runner.

Angelina Jolie
Stephen Lighthill et Don McCuaig

La fête se poursuit après, de manière moins formelle, dans les jardins du Club-House où, quand même, environ huit cents personnes se retrouvent au son de la Salsa autour d’un buffet tex-mex. Elle se terminera tard mais sans moi ni sans un certain nombre d’Européens "jet-laggés" que je vois "hésitants", l’œil rivé sur leur smartphone dans l’attente d’un Uber qui n’arrive pas.

Dans le jardin du Club-House

Ils savent faire la fête, nos confrères de l’ASC. Bravo Président Kees. Cheers !

Voir l’article publié sur le site Internet de l’ASC.

Les photographies qui illustrent ce texte sont de Richard Andry.