Bis

Comédie tournée à Paris et région parisienne avec de nombreux acteurs très heureux de retrouver pour nombre d’entre eux le réalisateur Dominique Farrugia. Une histoire qui nous a ramenés dans l’esthétique colorée des années 1980 avec des personnages qui voyagent dans le temps.

Tourner une comédie est toujours un challenge car les mécanismes du rire ne sont pas si évidents chez l’humain, bien que le rire soit le propre de l’homme : le déclencher avec justesse n’est pas si simple. De ce point de vue, Dominique Farrugia a su donner au film Bis une vraie couleur personnelle jonglant avec brio et justesse entre rires et émotions, le sujet des rapports familiaux étant traités avec beaucoup de simplicité et sincérité quant aux rapports père-fils.

Le réalisateur, avec qui je travaillais pour la première fois, avait aimé ce que j’avais fait sur Nos jours heureux, de Toledano et Nakache, ainsi que Ma femme est une actrice, d’Yvan Attal. Il m’a demandé de retrouver un certain raffinement, un plaisir du contraste et des couleurs, mêlant ombre et lumière avec élégance : j’espère avoir réussi à répondre à sa demande et, de même, à m’amuser avec ces outils du noir et de l’éclat. Un film de soleil où toute l’action se passe en quelques jours du mois de juin 2014 et juin 1986 : du doré, de l’éclat du soleil et de l’ombre, du mystère et de la révélation, bref un panel large d’effets pour accompagner le film toujours dans une cinématographie désirée.

Le choix de la Sony F65 s’est imposé très rapidement à moi afin de traiter l’étalonnage avec le maximum de liberté et d’espace colorimétrique. Les rushes sont traités par David Béguier pour un étalonnage sur Scratch tous les soirs et un retour sur disque dur et DVD pour le metteur en scène. J’y ai associé des optiques Cooke S4 et les zooms Angénieux 24-290 ou 25-340 mm ainsi que les petits zooms ponctuellement utilisés du 28-76 au 45-120 mm, zooms toujours agréables d’utilisation et très compacts.

Du côté de la lumière, pour assurer des belles entrées de lumière et des rayons de soleil, toute la gamme Alpha de K5600 a été utilisée, Alpha 1 600, 4 kW, 9 kW et surtout deux 18 kW bien pratiques pendant ces mois d’août et de septembre particulièrement exécrables du point de vue de la météo. Je tiens à remarquer l’exceptionnel outil que sont les Superbeam 1 200 W que Transpalux a achetés pour finaliser des rayons de soleil pointus à plus de 15 m sur des tours avec 5,6 de diaph sur l’effet (key light à 2,8 en intérieur jour) : une puissance incroyable pour un effet magnifique... Un outil à mettre toujours dans le camion, comme les Joker-Bugs.

Au cadre, j’ai aussi eu le plaisir de travailler avec Antoine Struyff, camarade de rire au travail légèrement déstabilisé par les premiers jours de rigolade dans lequel je me trouvais, qui a su " steadicamer " avec justesse et force quand j’" easyrigais " avec tendresse...

Le film est découpé autour de la comédie et du texte : nous avons passé 15 jours de réflexion autour des décors avec Dominique et Stéphane Gluck son assistant, reprenant chaque décor dans son ensemble ainsi que le ton des scènes et l’esprit qui s’en dégageaient : un film bien préparé et qui a eu donc une liberté au moment du tournage car nous savions où nous allions et nous pouvions nous en éloigner aussi facilement que nous y tenir.

Super équipe, caméra, électrique et machinerie.
Super et rapide équipe trucage avec Olivier Cauwet, dont je tiens à saluer la qualité de travail, professionnelle et impliquée.
Et surtout super équipe décoration... Bravo à Etienne Méry et ses assistants qui nous ont livré des décors exceptionnels en temps et en heure, et qui m’ont permis de travailler facilement et aisément : tout était là. Alors, quand c’est bien fait, c’est facile et agréable à éclairer !

Je tiens à remercier chaleureusement toute l’équipe de Digital Factory qui a suivi le projet avec grand professionnalisme, Next Shot pour la qualité formidable de la préparation et de la réactivité aux demandes journalières. En effet, le film était compliqué à gérer d’un point de vue du plan de travail pour des raisons de multiplicité de décors et de disponibilité d’acteurs et là aussi, merci à Stéphane Gluck !

Je tiens enfin à remercier Dominique Farrugia pour la confiance qu’il a eue dans les choix que nous avions échangés ensemble et aussi à Dominique Brunner, la productrice exécutive qui m’a soutenu... et que j’ai soutenue, un chouette travail de réflexion, d’équipe et d’écoute.

On en reveut.

Production : Europa Corp, Few.

(Dans le portfolio ci-dessous, quelques photogrammes du film qui sont des sorties directes de l’étalonnage)

Portfolio

Équipe

Assistants opérateurs : Loic Savouré, Francois Gallet, Luna Jappain, Anastasia Durand, Rafaelle Imperatori
Chef électricien : Stéphane Bourgoin
Chef machiniste : Olivier Delaunay

Technique

Matériel caméra : Next Shot (deux caméras Sony F 65 en raw 4K, _ Optiques : série Cooke S4, zoom Angénieux Optimo 24-290 mm
Matériel lumière : Transpalux
Matériel machinerie : Next Shot
Laboratoire : Digital Factory
Etalonneur : Fabrice Blin
VFX : Buff Compagnie Pierre Buffin - Olivier Cauwet en 2K