L’actualité de mai d’ACS France

par ACS France La Lettre AFC n°297

[English] [français]

Dans l’actualité d’ACS France en mai, la sortie de Nous finirons ensemble, de Guillaume Canet et photographié par Christophe Offenstein, avec notre Russian Arm exploité en mer sur semi-rigide. Retour sur nos tournages en coordination aérienne avec différents types d’aéronefs, sur des films à gros budgets et des films photographiés par des membres de l’AFC.

Nous finirons ensemble, réalisé par Guillaume Canet et photographié par Christophe Offenstein, sort en salle le 1er mai 2019. Nous remercions l’équipe du film de nous avoir fait confiance sur ce beau projet. Nous avons placé notre Russian Arm sur un semi-rigide afin de stabiliser la caméra sur l’eau au large du Cap Ferret.

Nous avons su acquérir l’expérience nécessaire pour réaliser des prises de vues stabilisées depuis un bateau quelle que soit l’importance de la houle et du roulis. En cas de mer hachée, les bateaux sont souvent sujets aux chocs de l’eau contre la coque. Ces chocs peuvent être visibles à l’image mais surtout dangereux pour le matériel. Nous utilisons dans ce cas des systèmes de suspension ou amortisseurs pour contrer ces deux problèmes à la fois. Une multitude d’autres accessoires et options, tel qu’un "rain spinner" ou des ventilateurs anti-buée, nous permettent au final d’affronter les éléments sereinement et produire les images que vous aviez imaginées.


Bateau semi-rigide et notre Russian Arm au Cap Ferret

La coordination aérienne
L’arrivée de nouvelles technologies de stabilisation des caméras a rendu la réalisation de prises de vues aériennes plus accessible. La coordination aérienne et administrative de vols d’aéronefs (drones, hélicoptères, avions...) ou d’hélicoptères de jeu va de pair avec ces prises de vues.
Ces images s’intègrent de plus en plus dans les productions et se vulgarisent. Le drone a notamment bouleversé cet univers grâce à son efficacité, sa rapidité de déploiement et son faible coût de production.

Pour répondre aux besoins de nos clients, nous disposons d’une large palette de technologies et de produits, mais notre principal atout reste notre offre de service de coordination aérienne qui nous permet de produire des contenus d’une grande qualité.

Notre expertise nous permet de traiter des demandes très variées : obtention de permis de vol pour un avion d’époque, définition d’une zone de travail avec plusieurs appareils en vol, mise en œuvre de plans de vol, synchronisation de mouvements au sol ("air to ground") ou en l’air ("air to air") en liaison avec les aéronefs, choix d’appareils opérationnels dans un pays étranger et travail avec les équipes locales...

Sans l’aide d’un coordinateur aérien professionnel, ces tâches peuvent devenir sources d’obstacles et mettre en péril le tournage. Notre expérience et notre réseau nous permettent de lever ces blocages tout en garantissant la sûreté des équipes. Établir des briefings de sécurité sur le plateau avant le démarrage, mettre en place un pilote au sol pour anticiper les demandes du réalisateur et les mouvements d’un hélicoptère de jeu sont des éléments essentiels à prendre en compte pour être efficace.

Nous travaillons pour le compte des productions afin d’anticiper ensemble ces verrous et trouver les clés permettant la mise en place de ces tournages périlleux.
Dunkirk, photographié par Hoyte van Hoytema, ASC Mission Impossible : Fallout, photographié par Rob Hardy, ou Le Chant du loup, photographié par Pierre Cottereau, sont de beaux exemples de coordinations aériennes réalisées en amont et réussies.

Mais notre offre ne s’arrête pas aux blockbusters à gros budget. D’autres productions telles que Normandie nue, photographié par Jean-Claude Larrieu, AFC, ou L’Outsider, photographié par Jérôme Alméras, AFC, font aussi appel à nos services.

Contrairement aux idées reçues, un service de coordination aérienne facilite la mutualisation des équipes, permet de travailler avec des opérateurs locaux et offre un gain de temps non négligeable afin d’optimiser au mieux le budget alloué à ces projets. L’anticipation est la clé. Les points de blocages résolus en amont laisseront le champ libre à la mise en scène et à la réalisation de ces images exceptionnelles.

Inspire 2 : un allié de poids et de taille
Le drone permet aujourd’hui d’aborder les prises de vues aériennes avec beaucoup de flexibilité et offre un accès à des angles de travail nouveaux, tout en restant un outil complémentaire de l’hélicoptère ou de la grue.
Pour filmer des images avec un drone, les chefs opérateurs peuvent choisir deux options : soit embarquer la caméra qui opère au sol sur un drone gros porteur, soit utiliser un drone plus léger avec une caméra intégrée. ACS France vous propose ce type de drone léger : l’Inspire 2 avec sa caméra Zenmuse X7.

La Zenmuse X7 est la plus adaptée pour se substituer à un capteur cinéma (type RED ou Arri Alexa Mini). En effet elle possède une résolution de 6K en cinema DNG (5,2K en Apple ProRes) et offre une plage dynamique de 14 diaphs. A titre de comparaison l’Alexa Mini offre une résolution maximale de 4K.

ACS France reste à ce jour la seule à avoir obtenu les autorisations nécessaires pour voler dans Paris Intramuros au pied de la tour Eiffel, en pleine nuit pendant un feu d’artifice.

De plus la Zenmuse X7 est fournie avec un jeu d’optiques de différentes focales (16 mm, 24 mm, 35 mm, 50 mm). Un changement de focale ne nécessitera aucun rééquilibrage de la nacelle contrairement à un gros porteur équipée d’une caméra cinéma. Il ne sera pas non plus nécessaire de tout démonter pour passer d’un décor à l’autre.
Le déploiement de l’Inspire 2 et de sa caméra Zenmuse X7 est très rapide (environ 10 à 15 min). Sur des gros porteurs, cette opération peut durer plus de 30 minutes afin d’installer la tête gyrostabilisée sur le drone et de procéder à son équilibrage. L’Inspire 2 peut également être décollé et atterri à la main.

L’inspire 2 est le drone qui possède la meilleure autonomie dans sa catégorie (15 min de vol pour 4,3 kg) et sa portée est de 2 km sans nécessité d’y ajouter un Teradek pour le retour vidéo.

Enfin l’Inspire 2 est contraint à un faible périmètre d’exclusion (11 m de rayon autour du drone). L’association de son poids léger et de sa faible restriction lui permet des vols en agglomération qui seraient plus délicats avec un gros porteur (70 m de rayon). A Paris intra-muros, c’est l’aéronef le plus avantageux pour les prises de vues aériennes. Son faible coût est aussi très attractif.

L’inspire 2, avec sa caméra intégrée et gyrostabilisée Zenmuse X7, est un drone léger et particulièrement pratique surtout pour vos tournages en agglomération. Il vous permettra de réaliser des mouvements simples (plans stationnaires, translations horizontales et verticales), comme des parcours plus complexes, sa faible taille lui permettant de voler dans de très nombreux environnements.

ACS France
240, rue Hélène Boucher
78530 Buc
+33 1 39 56 79 80
acs chez aerial-france.fr

Images stock Paris et région parisienne
Catalogue 2018

Pour nous suivre :
Facebook
Twitter
Vimeo
Instagram