Les métiers de l’habillage sur les cintres du CNC

La Lettre AFC n°313

Poursuivant son parcours d’un métier à l’autre du cinéma et/ou de la télévision, le site Internet du CNC a publié, courant septembre, un article intitulé "Les habilleurs, au-delà du costume". Stéphanie Boissard, habilleuse – mais aussi créatrice de costumes –, y explique la façon dont elle aborde son travail, dans l’idée, parmi les facettes du métier, de créer un personnage et une histoire à travers un vêtement. Extraits...

Présente sur le tournage, l’habilleur/habilleuse a pour mission de poursuivre le travail du chef costumier tout en prenant soin au jour le jour des costumes et en réglant les éventuels problèmes inattendus qui naissent sur le tournage. [...]

« Certaines personnes souhaitent devenir habilleuses parce qu’elles aiment bien la mode, ce qui a tendance à m’agacer. C’est un vrai métier. Ce n’est pas un métier où il faut seulement aimer la mode. J’aime vraiment le costume, l’idée de créer un personnage et une histoire à travers un vêtement. »

La première des multiples facettes de son "métier-passion" est, dit-elle, le rôle essentiel qu’elle joue lors de la préparation d’un comédien sur le tournage. C’est en effet à elle de préparer chaque matin les costumes dont auront besoin les acteurs, selon les scènes tournées. Si certains habilleurs laissent les vêtements en loge et ne reviennent que lorsque le comédien est préparé tout en restant à proximité, Stéphanie Boissard préfère de son côté l’accompagner au-delà du simple habillage.

« J’aime bien le matin expliquer le contexte du costume, dire au comédien qu’il doit s’habiller comme ça pour être raccord avec telle ou telle séquence. Il comprend ainsi le costume.
Il s’habille ensuite seul, sauf lorsqu’il s’agit d’un vêtement d’époque qui peut nécessiter une aide extérieure pour l’enfiler. Nous ne sommes pas là que pour repasser et faire en sorte qu’un col soit bien mis. L’aspect relationnel est important, même si c’est en fonction des caractères de chacun. »

Au-delà de l’habillage
Mais le travail d’un(e) habilleur(se) ne se limite pas au moment où le comédien enfile son costume, loin de là. Sur le tournage, ces professionnels sont aussi présents pour entretenir quotidiennement les costumes, les repasser, les laver, mais surtout pour faire attention aux raccords et régler les éventuels changements de dernière minute.

« Le chef costumier peut, par exemple, avoir choisi un costume rouge pour un comédien. Mais finalement, il y a un canapé de la même couleur dans le décor. C’est à nous d’improviser pour changer le costume tout en respectant le travail du chef costumier.
Si la journée est caniculaire et les comédiens en pull, nous pouvons intervenir sur le look en faisant attention à ce que le changement soit raccord avec ce qui a déjà été tourné. Il arrive parfois également que le producteur ou le réalisateur, en découvrant le costume porté, ne l’apprécie plus. Il faudra faire des propositions. Mais la personne à la tête du département costumes prévoit généralement un stock pour parer à ce genre de situations. »

  • Voir enfin, en bas de page d’un article consacré au photographe de plateau, une liste de liens vers d’autres métiers vus sous la loupe grossissante du CNC.

En vignette de cet article, image publiée sur la page d’accueil du site de Stéphanie Boissard.