Présentation de la directrice de la photographie Inès Tabarin, nouvelle venue à l’AFC

Par Caroline Champetier, AFC, et Benoît Delhomme, AFC


La directrice de la photographie Inès Tabarin a récemment été admise au sein de l’AFC en tant que membre. Elle est présentée ici par sa marraine et son parrain AFC, Caroline Champetier et Benoît Delhomme, tel que ces deux membres de l’association l’ont soutenue au moment de proposer sa candidature auprès du CA de l’AFC.

Inès Tabarin, une chance pour l’AFC, par Caroline Champetier, AFC
J’ai rencontré Inès Tabarin par Martin Roux qui me l’a présentée au moment où la préparation d’Annette s’annonçait.
J’ai tout de suite aimé la détermination d’Inès, le projet d’Annette était lointain, il allait nous demander un grand investissement et une constance à toute épreuve. Sans que cela soit explicité Inès l’a compris. Nous avons tourné quelques petits projets ensemble pub et autres puis le marathon de la préparation a commencé, premiers essais de la marionnette, premières émotions, premières tentatives de projection pour la tempête (essais joints), recherche de lune, de couleur… Inès a été présente, concentrée, impliquée, elle était de toute les réunions, discussions… son rapport à la technique est rapide comme tous les jeunes de sa génération mais très intelligent, elle va droit au but sans détour techniciste.
Ce serait intéressant de savoir ce qu’elle retire de cette expérience, toujours est-il qu’elle y a montré sa trempe et une loyauté remarquable.
Dès avant le tournage d’Annette, Inès travaillait sur des clips (Jeanne Added, Camilia Jordana…) et des courts métrages, son sens de l’image y est évident, sensible, elle me les montrait, nous en parlions comme nous parlons des derniers films sortis, de ce qui nous transporte et nous questionne, c’est une vraie cinéphile, tant sur les questions artistiques que techniques.
Aujourd’hui Inès a déjà deux longs métrages à son actif, des dizaines de clips, une série féministe engagée au côté d’Iris Brey, elle prépare le prochain film d’Alix Delaporte, elle va vite.
Sans doute pense-t-elle que c’est un honneur de rentrer à l’AFC, je crois que nous avons beaucoup de chance que notre association attire des jeunes femmes comme elle, qui doivent y prendre une place déterminante.

Inès Tabarin sur le tournage de "Air", vidéo-clip de Jeanne Added réalisé par Julien Mignot - Photo Ava du Parc
Inès Tabarin sur le tournage de "Air", vidéo-clip de Jeanne Added réalisé par Julien Mignot
Photo Ava du Parc

Inès Tabarin, une personne enthousiaste et inspirante, par Benoît Delhomme, AFC
J’ai rencontré Inès sur le tournage d’un défilé Chanel aux Baux de Provence sur lequel j’essayais de diriger la photographie malgré les dix caméras à ma disposition. Sur les dix cadreurs présents, Inès m’a semblé être la seule qui cherchait des vrais plans. Elle m’a tout de suite parue très précise, très volontaire dans son approche du cadre.
Puis j’ai appris qu’elle avait assisté Caroline sur le tournage d’Annette, de Leos Carax, ce qui m’a paru d’une évidence totale.
Je comprends qu’elles puissent s’entendre très bien jusqu’à récemment cadrer côte à côte le Par cœurs, de Benoît Jacquot.
Inès a éclairé beaucoup de courts métrages, de publicités, de clips et deux longs métrages seulement pour le moment. Dans tout ce que j’ai vu d’elle je retrouve une grande rigueur dans ses choix, une maturité de lumière qui ne cherche pas à se faire remarquer, et aussi de l’expérimentation parfois proche de l’art contemporain.
Inès est très enthousiaste à l’idée de faire partie de l’AFC, de partager ses connaissances très affutées des caméras et des optiques qu’elle a acquises au côté de Caroline.
Elle fait partie de ces "Cinematographers" qui rendent ce métier plus intéressant quand ils en parlent et qui donnent envie de continuer à l’être. C’est une personne inspirante.

Aussi il faut lire la préface qu’Inès a écrite pour le livre de Chantal Akerman Ma mère rit (L’Imaginaire, Gallimard), c’est très beau.

Inès Tabarin sur le tournage de la série TV "Split", d'Iris Brey - Photo Jean Charles-Couty
Inès Tabarin sur le tournage de la série TV "Split", d’Iris Brey
Photo Jean Charles-Couty