L’éditorial de la Lettre de septembre

Par Richard Andry, coprésident de l’AFC

La Lettre AFC n°278

[English] [français]

Je viens d’apprendre la mort de Jeanne Moreau. J’ai croisé ses pas, quand j’étais assistant sur le tournage de Monsieur Klein, de Joseph Losey. J’avais une grande admiration pour elle, héroïne de cette Nouvelle Vague qui a tant influencé ma génération.

Elle aimait bien les chefs opérateurs et je me souviens l’avoir entendu souvent, complice, plaisanter avec Gerry Fisher, BSC, sur le plateau. Raoul Coutard me rappelait souvent l’ambiance extraordinaire qu’elle apportait sur le tournage de Jules et Jim, de François Truffaut. Généralement les comédiennes aiment bien les chefs opérateurs. Nous les rassurons et personnellement, je préfère suivre les prises en les regardant "in vivo" qu’en scrutant un écran.

De retour à Paris, je remonte la rue de Babylone et ne peut que m’arrêter devant la Pagode, mon "cinéma de quartier". Cela ne peut que rajouter à ma tristesse et cela me fait toujours un choc terrible de voir cette mythique salle de cinéma, dans un tel état d’abandon. Ses portes sont murées par des panneaux de contre-plaqué, le toit est recouvert depuis des années d’une bâche gris sale et les bambous ont envahi le si beau jardin où on pouvait aller fumer une clope ou bouquiner entre deux films du temps de sa splendeur. C’est là que j’ai pu découvrir les films de Rohmer, de Truffaut et Lumière, le film réalisé par Jeanne Moreau et photographié par notre ami Ricardo Aronovich, AFC, ADF. Comment pouvons-nous laisser dépérir un tel lieu chargé de tant d’histoire et de mémoire cinématographique ? « La nostalgie n’est plus ce qu’elle était. »

Il y a heureusement des monuments de notre 7e art qui ont su se renforcer à l’épreuve du temps et passer avec succès le cap de la révolution numérique. C’est le cas de Arri, notre fidèle membre associé, qui fêtera ce 12 septembre ses 100 ans à l’Isarforum de Munich.
Voilà, c’est la rentrée, pour les enfants, pour l’AFC et pour nos associés et le redémarrage de nos activités, qui, je l’espère, sauront nous regrouper.
Et en attendant le retour de Marie, notre coordinatrice, à qui nous souhaitons un prompt rétablissement, Christine assurera l’assistance administrative. A bientôt.