Le Brio

Un sujet fort et d’actualité qui touche une grande partie de la jeunesse. Le projet qu’Yvan Attal m’a proposé de tourner résonnait fortement dans ma tête. Parler d’éducation, parler d’égalité des chances, parler de déracinement, parler d’éloquence et d’esprit, la proposition était alléchante et nous nous sommes engouffrés dans ce film avec la même énergie d’une première rencontre et d’une envie forte de partager notre passion du cinéma et de la fabrication des images.

Nous nous connaissons bien, Yvan et moi, depuis Ma femme est une actrice et Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, sans oublier le film très personnel, Ils sont partout.
Film tourné entièrement à Paris et Créteil en décors naturels. Nous avions envie du format 2,40 anamorphique pour capter l’ensemble des scènes d’amphithéâtre d’Assas ainsi que la solitude des personnages dans un amphi vide. Le choix des optiques s’est porté sur une série C anamorphique de Panavision et un merveilleux petit zoom, le 50-95 mm à 2,8, qui a été utilisé presque sur toutes les scènes ; celui de la caméra sur la RED Weapon en format Anamorphique 4,2K, worflow classique sans DIT sur plateau avec un réglage de LUT Red gamma 3 en rec 709. Le regret d’un capteur un peu petit pour profiter pleinement des flous anamorphiques de la série C, par contre, joie du zoom 50-95 avec anamorphose frontale !
Une machinerie simple pour un filmage adapté à l’intimité des deux personnages dans de grands espaces vides (ou pleins). Un Sky Cam de XD motion nous a permis aussi de tourner une belle scène d’amphi autour de Daniel Auteuil, qui s’exprime autour d’un très beau texte de Baudelaire, Les Bijoux.

La référence qui nous a accompagnés pendant le tournage est celle du cinéma américain des années 1970 mais un peu moins charbonneux et dense : pas de beauté sur les visages, je n’ai jamais rééclairé les faces pour laisser les visages toujours un peu plus denses. Quelques ballons à hélium dans des scènes d’amphithéâtre pour donner une direction plus marquée par le haut et creuser un peu plus les visages. Des entrées de soleil dures et froides : ce fut l’esprit des scènes de jour pour brûler un peu les peaux avec des Alpha 18K et, de temps en temps, de l’Arrimax.
Pas de LED ou de lumière à la face, je jouais avec les reflets naturels des grosses sources qui rebondissaient sur les matières que l’on avait choisies avec la chef décoratrice, Michelle Abbe. Des taches de soleil agressives et brûlantes.

Rémy Chevrin, 2e en partant de la droite, et son équipe caméra
De g. à d. : Anastasia Durand, François Gallet, Raphaëlle Imperatori, Christophe Perraudin

Et toujours accompagné par ma fidèle équipe caméra, François Gallet, Raphaëlle Imperatori, Christophe Perraudin et Anastasia Durand, ainsi que Xavier Chollet et sa douce équipe électrique, et Cyril Kunholtz à la machinerie. Le Steadicam et la deuxième caméra étaient activés par Sieur Antoine Struyff. Bravo aussi au Labo et à l’équipe de Didier Dekeyzer avec de très beaux rushes de Delphine Penne, un étalonnage final de Gilles Granier et une magnifique postprod d’Ana Antunes. Lumière et machinerie exécutées par Transpagrip et Transpalux.

Le Brio
Directeur de production : Patrice Arrat
Chef décoratrice : Michelle Abbe
Son : Pierre André.

Dans le portfolio ci-dessous, quelques photos de travail prises par Rémy Chevrin.

Portfolio

Équipe

Opérateur Steadicam : Antoine Struyf
1er assistant opérateur : François Gallet
2de assistante : Raphaëlle Imperatori
Assistante retour vidéo : Anastasia Durand
DIT backup : Christophe Perraudin
Chef électricien : Xavier Chollet
Chef machiniste : Cyril Kunholtz

Technique

Matériel caméra : Panavision (RED Weapon Ana, objectifs anamorphiques série C et zoom 50-90 mm)
Matériel lumière : Transpalux
Matériel machinerie : Transpagrip
Laboratoire : Le Labo, Didier Dekeyser
Etalonneur rushes : Delphine Penne
Coloriste : Gilles Granier